What’s in a name? What’s in the bottle!

13/06/2016 - Voici deux coups de coeur pour deux vins toscans dégustés, non à Montalcino, mais chez Bart Rogiers (Châteaux Vini).

 

Francesco Illy, un des petits fils du fondateur de la marque de café éponyme à Trieste, a acheté en 1997 les 54 hectares du domaine Podere Le Ripi, près de l’Abbaye de Sant-Antimo, à Montalcino (dont neuf hectares de Sangiovese, mais un seul hectare en DOCG Brunello di Montalcino). Son premier millésime a été 2000. Mais quand on démarre sa carrière de vigneron à 47 ans, vise-t-on a produire soi-même un grand vin, ou met-on sa passion au service de ses enfants ou de ses petits enfants?

podere-le-ripiFrancesco cultive sa différence, avec, notamment, ce qu’il appelle sa machine viticole à accélérer le temps: 62500 plants de Sangiovese sur un hectare – plus de dix fois le nombre habituel de plants; en augmentant la concurrence, il accélère leur croissance car le système racinaire se développe plus vote et va plus profond, afin d’accéder aux ressources minérales du sol. Ce que la biodynamie appelle la “vigne bonsaï” est ici une réalité. Les plants de Francesco sont plus petits et sont maintenus à cette taille; chaque plant donne à peine 200 g de raisin.

Avec l’esprit pionnier de son grand père, Francesco a choisi la biodynamie pour parvenir à une qualité optimale. En témoigne aussi sa nouvelle cave écologique en briques, en forme de spirale –un peu comme si le Guggenheim de New York s’était installé à Montalcino; last but not least, il s’est assuré les services d’un jeune oenologue aussi déterminé que prometteur, Sebastian Nasello… ce n’est pas pour rien qu’il a reçu cette année le Premio Gambelli!

Rosso di Montalcino DOC, Amore & Magia 2010

amore-e-magia-11Si cette parcelle en avait reçu l’homologation, ce Rosso se serait appelé ‘Brunello Riserva’ – mais ce n’est pas le cas. Sur un sous sol d’argile, de sable et de tuf,  planté de Sangiovese à une densité de 11.000 plants à l’hectare, il est fermenté pendant 25 jours en futs, avant d’être élevé pendant 34 mois en barriques de chêne des Vosges. Avant d’être mis sur le marché, le vin passe encore deux mois en bouteilles.
Sa rode rouge sombre a des légers reflets bruns. Le nez explose de notes de burlat, de fraise des bois, avec en prime une bouffée de tabac blond. La bouche aussi exhale les fruits rouge, mais aussi les quetsches, le tout sur des tannins élégants; la finale juteuse ajoute une touche de cuir et un bel amer.

Rosso di Montalcino DOC, Bonsai, 2011

bonsaiUn grand vin… de petits ceps, et en petite série. Seulement 600 bouteilles. 100% Sangiovese.  62.500 plants qui se battent pour une place au soleil et dans le sol (argile, sable et tuffeau) et pour ses nutriments (le silicium, notamment), d’où de  petits ceps et de petites baies.
La robe est presque noire. Le nez demande un peu d’aération pour se révéler. Il se montre alors à la fois profond, complexe et très fruité  – cerises de Bâle et myrtilles, notamment. Un fruit noir que l’on retrouve en bouche, englobé dans des tannins très nobles, et complété par du poivre noir et une belle salinité, sans oublier une note de cuir. Un vin plein de sève et de finesse, qui fera honneur à un beau gibier.

www.podereleripi.it
www.chateauxvini.be

Johan Degroef

Pour accéder aux autres «Portrait», cliquer ici

cantina-montezemolo

Laisser un commentaire