Vignes buissonnières en Pic Saint Loup

19/10/2015 - Que voilà un joli nom pour une activité oeno-touristique! Le concept est osé. Et la réalité carrément décoiffante dans le genre. Une ballade pédestre de 6,5 km à travers garrigues, combes, failles et vignes. Le tout sous le regard de l’Hortus et du Pic Saint Loup. A côté de la vigne, oliviers, chênes verts, chênes, pins d’Alep, arbousiers, thym, laurier, cade, romarin et cistes déploient leurs parfums. Six étapes gourmandes jalonnent le parcours, agrémentées de la dégustation de 72 vins. En route…

Samedi 13 juin 2015, 10h30 : de nombreuses voitures occupent déjà un parking couvert d’herbes, boue et paille. Le ciel se partage entre nuages et soleil, il fait doux : beau progrès comparé à la veille où orages et pluie diluvienne ont sérieusement refroidi l’atmosphère. Les premiers promeneurs, avant-garde des 1.600 attendus ce jour- les 1.600 autres viendront demain- s’élancent dans le sentier les menant au point de départ réel : distribution de chapeaux de paille, d’un verre et de tickets  à remettre à chacun des six postes de dégustation. Pour chacun d’eux, avec nombre de tentes, tables et chaises l’espace a été gagné par défrichage de la garrigue. Rien d’étonnant à ce que la préparation de ce week-end prenne pas loin de six mois. A partir de là, les 6 km suivants voient un long serpent de promeneurs passer du poste mise en bouche au poste dessert, en passant par les entrées froide et chaude, le plat chaud et les fromages. A chaque halte, de 10 à 12 vignerons offrent une de leurs cuvées en dégustation. Tout se déroule dans une ambiance d’école buissonnière, le vin contribue à la bonne humeur dans la chaleur. 

PIC2 1

L’Appellation Languedoc Pic saint Loup.

Une sorte de long couloir, résultant d’un effondrement géologique, court des contreforts des Cévennes, au nord, jusqu’aux portes de Montpellier, au sud. Au milieu d’un océan de garrigues piquées ici et là de petits villages se dresse le Pic Saint Loup : haut de 658 m, il domine le paysage. Face à lui, l’Hortus, extrémité arrondie d’une longue falaise calcaire. Celle-ci délimite l’ouest de la zone d’AOP entre Corconne au nord et Valflaunès. Au-delà, un second causse ferme le vignoble.  Celui-ci s’arrête à Saint-Gely-du Fesc, à peine à 15 km de Montpellier. Rien d’étonnant, dès lors, que le vignoble du Pic aie de forts liens avec la ville. Le parcellaire viticole potentiel totalise 3.000ha mais à ce jour, seuls 900 ha sont exploités par 66 caves, dont trois coopératives.

Spécificités de la zone

L’ensemble des sols de l’appellation est lié au soulèvement des Pyrénées il y a 40 millions d’années, puis à la naissance de la mer Méditerranée. Adossé aux premiers contreforts des Cévennes, le vignoble plonge ses racines dans une palette de sols extrêmement variée: calcaires durs, calcaires tendres, conglomérats, dolomies, éboulis, calcaires fluviaux et marnes.  De nombreuses failles et effondrements en escalier ont marqué le paysage. Dont celui orienté nord-est/sud-ouest, qui a créé un fossé rempli par des sédiments argilo-calcaires. Les vignes sont plantées dans ces combes alors que les versants des falaises sont couverts de chênes verts. Les parcelles sont enchâssées dans une garrigue plus ou moins boisée et aux multiples essences méditerranéennes. Ce qui offre un double avantage en termes phytosanitaire et bio diversité. La Syrah règne ici en maître. Les expositions nord lui conviennent bien ainsi que les marnes profondes. Les expositions sud sous les falaises sont utiles au Mourvèdre alors que le Grenache trouve sa place  sur les marnes moins profondes. A trois, ces cépages couvrent environ 70% de la surface plantée. Cinsault et Carignan occupent un rôle mineur. Des cépages blancs y sont également plantés : Grenache, Vermentino, Roussanne, Marsanne, Viognier… Mais les blancs n’ont pas droit à la mention Pic Saint Loup, aucune demande en ce sens n’ayant été faite en 1985 lors du passage en AOC. Ils sortent donc en AOP Languedoc.

 

Banniere Sud de France 960px X 180px_3

Une typicité moins  languedocienne 

Autre aspect capital: le climat. Si les étés sont chauds et secs, les hivers et les automnes sont froids et pluvieux. La pluviométrie y est élevée : de 700 à 1.000mm/m2 par an. L’altitude varie de 80 à 400 mètres d’altitude, ce qui induie des écarts sensibles de température. De plus, le vent dominants est une tramontane relativement modérée, alors que l’impact du vent marin humide est limité. D’où limitation des maladies et apport d’air frais et sec bénéfique aux raisins. Descendue des contreforts cévenols au Nord, l’influence du climat continental se mêle à celle du climat méditerranéen portée par la proximité du littoral au Sud. Les étés chauds et secs, précédés des printemps frais, alternent avec les saisons hivernales et automnales, froides et pluvieuses. Avec sa position de “sentinelle avancée des Cévennes”, le Pic Saint Loup influe sur la courbe de ces précipitations. De fait, ces dernières qui enregistrent une moyenne 1000 millimètres, assurent le besoin en eau nécessaire aux sols, compensant ainsi le déficit pluviométrique que la vigne peut subir en saison estivale. Le terroir du Pic Saint Loup est d’ailleurs le plus arrosé du Languedoc. De même, ses températures et en particulier ses amplitudes thermiques sont ici très caractérisées. Fortement contrastées entre le jour et la nuit en période de véraison, celles-ci favorisent une maturation des raisins apportant fraîcheur et équilibre dans les vins. Cela confère aux vins du Pic Saint-Loup un profil moins généreux, moins corsé que les autres appellations languedociennes. Certaines cuvées évoquent, avec plus de puissance malgré tout, la Syrah du Rhône nord. La fraîcheur y est omniprésente. 

Dégustations et coups de cœur

Valflaunes-A.Reynaud 1

Entre le 19 avril et le 13 juin 2015, j’ai participé à trois dégustations des rouges du Pic. Cela m’a donc permis de me faire une idée plus précise de cette typicité que je viens d’évoquer. Bien sûr la climatologie des différents millésimes influe sur le caractère des vins. Ainsi, 2013 propose des vins «plus joueurs, plus gais» que 2012. Au contraire, ce dernier possède un certain sérieux.  2011 tend lui à s’habiller de velours avec des acidités plus faibles. Je vous livre ici mes coups de cœur pour ces trois séries de vins.

 1/ Dégustation dans le cadre de la semaine Terroir et Millésime, à Montpellier (17 vins à l’aveugle)

pic-saint-loup 1

2/ Dégustation du syndicat Pic Saint Loup à Valflaunès (33 vins à l’aveugle)

pic-saint-loup 2 1

pic-saint-loup 2 2

3/ Dégustation lors des Vignes Buissonnières
(72 vins proposés, environ 50% dégustés sans aveugle)

pic-saint-loup 3

Je n’ai pas repris ici les vins déjà sélectionnés plus haut et qui m’ont à nouveau plu.

Bernard Arnouldarnould

Pour accéder aux autres Dossiers IVV, cliquer ici

 

Terroirs Pic St Loup 1

 

Laisser un commentaire