Une coopé sans soufre et une île sans limites

23/03/2018 - L’actualité nous emmène cette semaine du Nord du Rhône au Sud de la Grande Bleue… de Tain à Palerme.

La Cave de Tain croit au sans soufre

Le sans soufre pourrait-il se généraliser dans les structure de grande dimension, et à des cuvées d’un certain volume?  A la Cave de Tain, on en est convaincu, pour l’avoir expérimenté sur Crozes-Hermitage; d’abord sur 60 hl, en 2015 ; puis, en 2017, sur 1.000 hl, répartis en deux cuvées.

Pour les deux oenologues de la maison rhodanienne, cela suppose que plusieurs conditions soient réunies, aussi bien à la vigne qu’au chai:

  • Eviter l’éclatement des baies avant l’encuvage et ainsi favoriser les transferts de vendanges, respectant l’intégrité des baies (vendange manuelle ou mécanique avec machines dernière génération, transfert en wagonnet ou en pompe péristaltique et queue de cochon) ;
  • Protéger la vendange à l’encuvage (refroidissement, inertage en gaz inerte) ; maîtriser les conditions de stockage des vins sous gaz inerte et à basse température pour préserver le potentiel réducteur de la Syrah ;
  • maîtriser l’hygiène en cave (mesure d’ATPmétrie) pour éviter des développements microbiens non souhaitables et préjudiciables à la qualité des produits élaborés ;
  • contrôler des populations levuriennes et sélectionner des souches pour éviter une production naturelle des sulfites ;
  • favoriser les conditions d’un départ rapide en fermentation alcoolique, et des cinétiques fermentaires franches et rapides pour la fermentation alcoolique et malolactique ;
  • favoriser les extractions douces et les macérations courtes ;
  • assurer un suivi analytique rigoureux de l’élevage, sur lie fine pour prévenir toute évolution négative ;
  • filtrer et conditionner les vins en atmosphère « stérile » ;
  • stocker les produits finis à température constante et à l’abri de la lumière.

A l’arrivée, La Cave de Tain peut donc à présent proposer deux cuvées sans soufre; pour l’une d’entre elles, elle pourrait même revendiquer le titre de vin naturel, car les raisins sont issus de vignes bio. Ce qui prouve qu’en pratique, ni le vin nature ni le vin sans soufre ne sont plus seulement qu’une affaire de petites structures.
www.cavedetain.com
www.biobelvin.comwww.cinoco.comwww.lambrechtwijnen.beinfo@lambrechtwijnen.beinfo@biobelvin.comComptoir des Vins

La production des DOC/DOCG de Sicile en forte progression en 2017

Quelque 29,5 millions de bouteilles de DOC Sicilia (générique) ont été produites l’an dernier, contre 26 millions en 2016. Quant aux 7 DOC ou DOCG dites «territoriales» (DOCG Cerasuolo di Vittoria, DOC Conte Sclafani, DOC Contessa Entellina, DOC Eloro Menfi, DOC Noto, DOC Vittoria), leur production cumulée atteint 2,3 millions de bouteilles, soit une augmentation d’un peu plus de 20 % par rapport à 2016.

Un accord vient d’être signé entre le Consorzio de la DOC Sicilia et celui de la DOCG Cerasuolo di Vittoria, aux termes desquels le premier apportera à présent une aide administrative et promotionnelle au second, aux fins d’accroître l’efficacité des actions en faveur de leur «marque» commune – la marque Sicile.

Hervé Lalau

Pour les autres News cliquer ici

Laisser un commentaire