Un petit tour à Pessac-Léognan, Malartic-Lagravière

12/08/2019 - Malartic Lagravière, un château un peu belge parmi les grands crus classés de Graves

Le domaine a été racheté par la famille Bonnie en 1996 et rénové, il en avait bien besoin, dans la foulée. Comme quoi, l’Eau Écarlate enlève les taches et ravive les vêtements autant que les vieilles pierres. En 1988, en effet, Alfred-Alexandre Bonnie avait racheté cette société de détachants pour la remettre sur pied, ce qu’il a fait. Une fois celle-ci revendue, il a investi dans le vin à Malartic.

Son épouse Michèle et lui ont redoré le blason de la maison. Aujourd’hui, les enfants ont pris le relais, ce sont Véronique, Jean-Jacques et leurs conjoints qui gèrent les 53 ha auxquels s’ajoutent les 30 ha dont 22 ha de vignes du Château Gazin-Rocquencourt, racheté en 2006. Il y a de quoi faire, sans oublier l’Argentine où la famille est présente, au travers de la Bodega DiamAndes, dans la Vallée d’Uco, près de Mendoza.

Les vins

C’est ce qui nous intéresse le plus.
Tout d’abord, l’autre Château, le rouge en premier…

Château Gazin-Rocquencourt rouge 2014 – Pessac-Léognan 

La robe grenat au très léger brunissement respire les confitures de prunelle et de mûre, relevées d’un rien de Cayenne, nuancé d’un soupçon de cuir. En bouche, les tanins souples laissent couler les jus frais des baies senties, y ajoutent de la fraise et de la groseille servies sur un lit d’aiguilles de pin.
Quelques épices et herbes aromatiques renforcent la complexité, thym, sauge, anis et une très agréable note de safran. Cette dernière nous suit bien après la fin de bouche. Le bois est bien intégré dans la densité du vin, qui garde toutefois une légèreté bienvenue.
Assemblage de 50% de Merlot et 50% de Cabernet-Sauvignon qui poussent dans des graves avec sous-sol calcaire. Élevage de 15 mois en barriques dont 40% neuves.

Château Gazin-Rocquencourt blanc 2015 – Pessac-Léognan 

La robe vert jaune illumine le verre, le nez nous rappelle la pomme douce, la pêche de vigne, le bourgeon de cassis. La bouche onctueuse, pimpante et joyeuse ajoute quelques accents floraux de roses anciennes et de camomille aux senteurs nasales.
Une bonne fraîcheur au goût de groseille à maquereau avive le palais. Finale un rien capiteuse.
Ce 100% Sauvignon, loin d’être variétal, pousse sur une lentille d’argile déposée sur un sous-sol calcaire. Élevage de 11 mois sur lies bâtonnées en barriques dont 40% neuves.

Ce pourquoi, nous sommes en fait venus, le Grand Cru Classé de Graves

Château Malartic-Lagravière rouge 2012 Pessac-Léognan

 Robe grenat carminé, le nez joliment fruité prodigue avec générosité ses parfums de framboise, de fraise, de cerise et de groseille. Quand on est généreux, on n’y regarde pas. Et ce n’est pas fini, histoire de nous en mettre plein le nez, on adore ça, quelques fragrances florales de rose et de jasmin apportent leur élégance. Viennent encore du poivre rose, un rien de cuir et du vétiver pour compléter le tableau.
La bouche fraîche aux tanins encore bien présents, serrés et légèrement hérissés, se noie dans le jus des baies humées. Un vin encore bien jeune qui garde de la gourmandise et du croquant. Et puis, on aime cette longueur épicée acidulée, certes élégante.
Assemblage de 50% de Cabernet-Sauvignon, 45% de Merlot, 3% de Cabernet Franc et 2% de Petit Verdot qui poussent dans des calcaires coquillés veinés d’argiles. Élevage de 18 mois en barriques dont 60% neuves.

Château Malartic-Lagravière blanc 2012 Pessac-Léognan

Robé dorée aux délicats reflets verts. Le nez grillé développe des effluves de foin après le regain, puis devient floral avec son bouquet fringant de fougère et d’aubépine, du poivre nuancé d’un soupçon de cumin souligne les gelées d’agrumes, citron jaune et kumquat, enfin un rien de litchi apporte sa note exotique. La bouche fraîche, mais ronde, avec sa pointe de citron, reproduit avec élégance les parfums respirés.
Puis y ajoute un rien de vanille, de l’anis et de la réglisse dont l’amertume gracieuse booste la fraîcheur. De la chair fondante de poire et de pêche blanche renforce aussi l’impression d’onctuosité acidulé.
Assemblage de 75% de Sauvignon et 25% de Sémillon, plantés à 10.000 pieds/ha, qui poussent dans des graves déposées sur des calcaires coquillés veinés d’argiles. Élevage de 12 mois sur lies en barriques dont 50% neuves.

Une dégustation sympathique qui, d’une part, montre que les vins équilibrés gardent longtemps leur jeunesse; et d’autre part, qu’il est possible de préserver le fruit dans les vins issus de Cabernet et de Merlot, ou plus simplement dit, de ramasser mûr et de ne pas masquer le vin avec un excès de bois.

www.malartic-lagraviere.com
www.mouchart.bewww.chai-bar.bewww.deconinckwine.comwww.rob-brussels.be – www.ucclevins.bewww.hasseltmillesime.bewww.vanhende.com  –  https://grandsvins.colruyt.behttp://topwijnen.bewww.dercor.be  – www.magnuswijnen.be  – www.espritdesvins.com

Marc Vanhellemont

Pour accéder aux autres articles de la rubrique «Portrait», cliquer ici

 

Laisser un commentaire