Trois Coups de Cœur à Saint-Joseph

04/12/2018 - Dans la continuité de notre dossier Saint-Joseph du mois d'octobre, Bernard Arnould s'est fait plaisir et nous délivre ses sentiments pour trois domaines.

Lien vers dossier  » Saint-Joseph, une appellation en mouvement  « 

Domaine Lionel Faury, à Chavanay

Ce jeune trentenaire représente la troisième génération sur ce domaine situé dans le nord de l’AOP Saint Joseph. Il en est depuis 2005 déjà à son treizième millésime, ce qui lui a permis de peaufiner son travail même s’il ne devient seul maître à bord qu’en 2012. Les 17 ha se répartissent pour 50% en Saint-Joseph, le reste se partageant entre Condrieu et Côte Rôtie. Le granit des coteaux escarpés de Saint-Jo entre 100 et 300 m. d’altitude favorise la recherche de Lionel vers des tanins fins dans des matières élégantes. Il laboure les sols ce qui l’amène à pratiquer l’enherbement pour freiner l’érosion. Mais les résultats sont probants sur ses trois cuvées en Saint-Joseph :

Hédonism 2016

Vinification en cuves béton avec environ 50 % de vendange entière et élevage en demi-muids pour une matière à la structure tanique plutôt ferme mais dans l’élégance et avec un fruit noir juteux. La qualité du raisin amène de la profondeur à un classique de syrah sur granit à la fois fraîche et gourmande, élégante et dense, avec une belle allonge finale.

La Gloriette 2016

Des vieilles vignes de serines offrent ici plus de tannicité, plus de profondeur et plus de minéralité à une bouche au fruit juteux à nouveau, un côté sanguin aussi. Fruits noirs mûrs au nez, puissance maîtrisée et grande franchise. Un authentique vin de terroir avec un potentiel de garde important.

Saint-joseph blanc 2016

Des vignes entre 10 et 40 ans pour cet assemblage de 60% marsanne et 40 % roussanne sur un coteau granitique à exposition sud-est. A ce stade le nez est plutôt marqué roussanne bien mûre mais la richesse du fruit est balancée parla fraîcheur et le petit amer d’une marsanne en tension. L’élevage de 60% en cuve et 40% de fûts usagés reste discret.
A retenir aussi les deux cuvées en Côte Rôtie et Condrieu pour leur complexité, leur franchise, leur présence en bouche.
www.domaine-faury.fr 

Domaine Pierre Gonon, à Mauves

Comment, lorsque l’on évoque Saint-Joseph, passer à côté de cette valeur sûre que les frères Pierre et Jean ont repris de leur père fin des années 80. Le domaine travaille au treuil, au cheval et au microtracteur 10ha dont 20% pour le blanc sur des coteaux escarpés. Les sols de granit et granit décomposé sont trop pauvres en azote que pour pouvoir enherber, il faut donc labourer et piocher, y compris l’hectare et demi de vignes plantées après la guerre 14-18. Mais le plus gros travail reste d’attacher les vignes taillées en gobelet avec trois ou quatre bras porteurs sur les échalas même si la maintenance des murets de soutènement sur les parcelles en amphithéâtres exige aussi du temps. Les traitements sont ceux de la viticulture bio en limitant les de cuivre et en pulvérisant des préparats biodynamiques.  Les termes « vin de terroir » trouvent ici pleinement leur sens auprès de vignerons vrais, libres de tout excès de mode : » nous maintenons notre philosophie de saint-Joseph rouges plus stricts demandant au moins 5 ans de garde. » Nulle besoin pour les frères de se pousser du col,  le niveau des vins suffit à leur assurer une   renommée bien méritée comme le démontre la mini-verticale qui nous a été proposée :

Dégustés bruts de cuve, les Saint-Joseph 2017…

…possèdent tant en blanc qu’en rouge une fraîcheur de fruit, une verticalité et un équilibre de bouche peut-être inattendus en raison de la chaleur et de la sécheresse de l’été. Ces vins seront mis en bouteilles en février 2019.

Saint-Joseph

Rouge 2016
Choisissant de ne pas faire de cuvées monoterroirs, Pierre et Jean assemblent les différentes parcelles de Mauves (granit), Tournon (granit et gore) et Saint-Jean-de Muzols (gneiss décomposé et oxyde de fer) pour proposer un seul rouge avec 80% de grappes non éraflées. Une structure tannique avec de la personnalité mais aussi une sorte de distinction, une superbe fraîcheur, de l’équilibre dans un millésime plus délicat climatiquement et au rendement plus élevé que 15 ou 17 et donc une syrah moins concentrée.

Rouge 2015
« vu la chaleur, on a eu peur que le fruit soit trop cuit », déclare Jean. Et si ce vin est plus riche que le précédent, plus dense aussi on n’y trouve ni lourdeur ni notes de cuit. 200mm de pluie pendant les vendanges ont détendu la matière. De beaux tanins se resserrent en finale, il faut attendre ce vin quelques années pour lui permettre de dépasser ce côté strict, on apprécie sa verticalité et sa persistance.

Rouge 1997
Un vin né à une autre époque, à l’harmonie assagie entre tanins fondus, fraîcheur et un reliquat de petite chair. Toujours bien vivant 20 ans après sa naissance mais sans ni la longueur ni le fond des vins actuels.

Saint Joseph Les Oliviers

2016
20% de roussanne et 80 de marsanne sur sol d’argile et loess recouvrant un socle granitique. Ce vin fait l’improbable synthèse entre une matière de bonne maturité avec une alcool à 13°8 et une précision du dessin. La bouche se montre ample, grasse en attaque avec des notes de quetches. Cette amplitude se resserre ensuite pour une finale plus pointue grâce à sa fraîcheur minérale.

2011
Un nez de bergamote, un peu d’épices puis une bouche entre ampleur et verticalité avec une touche d’agrumes confits. A l’aération, une minéralité épicée s’impose, le délicat amer final contribue à la vitalité de ce superbe blanc de gastronomie.
Domaine Pierre Gonon
https://vinspirard.be

Domaine Aléofane, à Mercurol

Si le Saint-Joseph 2016 est commenté dans l’article de mon collègue, une visite au domaine de Natacha Chave m’a offert une vue plus fouillée de la personnalité et du travail de Natacha Chave. Née dans une famille vigneronne, elle s’était tout d’abord tournée vers des études de philosophie, dont selon ses propres dire : « je n’en ai rien fait au plan professionnel ». N’y aurait-il toutefois pas un lien entre sa sensibilité philosophique et le caractère de ses vins : élégance, subtilité, texture raffinée et précision ? Sans compter une capacité de réflexion et d’évolution : » en 2004, lorsque j’ai démarré avec 1,5 ha sur Saint-Joseph j’étais plutôt idéaliste dans mon interventionnisme. En bientôt 15 ans, j’ai gagné en réalisme et réactivité ; je connais bien mieux mes vignes et j’apporte énormément d’attention aux détails dans le vignoble, par exemple je pratique une taille non mutilante. Je sais aussi attendre le bon moment pour vendanger, ce qui n’était pas le cas au début. » Le vignoble (6,5 ha) est en bio depuis le départ et Natacha applique certains pratiques biodynamiques, tout en précisant que dans ce cas son approche est plus pragmatique que philosophique. Son projet a été de créer son propre domaine plutôt que de s’associer au domaine parental qui est lui aux mains de son frère Yann depuis le début des années 2000. Ce projet,elle l’a brillamment concrétisé, comme le démontre la dégustation de ses vins :

Saint-Joseph

Rouge 2017
Joli nez de mûre, de fruits des bois avec une touche plus suave, la bouche à ce stade est encore serrée mais elle offre du jus, une fraîcheur minérale et la verticalité que l’on attend d’un sol de granit. Le vin possède cet éclat et cette pureté auxquels la vigneronne nous a habitué depuis plusieurs années.

Rouge 2015
Dans ce millésime chaud, le nez voyage entre richesse d’arômes tel le cacao la cerise noire bien mûre et les notes plus fraîches de mûre poivrée. La bouche est tendue avec une fine minéralité épicée qui contribue à la vitalité de la matière malgré la générosité 2015, les tanins sont à la fois présents et soyeux , la finale persistante. Il y a du raffinement dans ce St Jo !

Bien que hors sujet de ce dossier, je m’en voudrais de ne pas vous recommander les Crozes-Hermitage rouges pour leur complexité, leur finesse de tanins, la pureté du fruit, leur fraîcheur et leur fond. Sans oublier le C-H blanc 17 marsanne/roussanne allie rondeur, fraîcheur, tendresse et précision. Et pour conclure, un scoop : Natacha plante 2,5 ha en Cornas !
Natacha Chave
www.cavedesoblats.com  –  www.maisondesvins.be  – www.etiquette-wines.com  – www.lavolnaysienne.be  – Les Bouchons Liegeois

Bernard Arnould

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

 

Laisser un commentaire