Trentino, là où le Nord rencontre le Sud

22/11/2017 - Près de la frontière autrichienne se trouve la plus septentrionale des régions viticoles d’Italie : le Trentino-Alto Adige.

La partie Sud de cette entité alpine doit son nom à la ville de Trente, celle du fameux concile. C’est celle qui présente le caractère le plus italien. La partie Nord, quant à elle, présente un caractère nettement plus germanique – on la connaît d’ailleurs plutôt sous son nom allemand de Süd-Tirol. Située le long du cours supérieur de la rivière Adige, elle appartenait jusqu’en 1919 à l’Empire austro-hongrois. Elle bénéficie d’ailleurs du statut de région autonome au sein de la République italienne.

Le Trentin viticole s’étend de Mezzolombardo à Rovereto, au Nord du Lac de Garde, avec la ville de Trente en son centre. Viticolement parlant, le Trentino est moins connu que son voisin l’Alto Adige. Les quatre jours passés sur place, à l’invitation du Consorzio Vini del Trentino, ont donc constitué pour nous une véritable découverte, tant du côté des grosses coopératives locales que des petites structures familiales.

Le vignoble du Trentin englobe environ 10.000 ha, plantés à 77% de cépages blancs, au premier rang desquels le pinot gris, le chardonnay et le müller thurgau ; les 23% restants se répartissant entre quelques cépages rouges locaux comme le teroldego, le marzemino et le lagrein, mais aussi le merlot.

Logiquement, la région est donc d’abord connue pour ses blancs et ses mousseux. La production totale était de 932.900 hl en 2015.

Sols, climats et viticulture

L’altitude des vignobles varie entre 250 et 1000 mètres – une grosse amplitude thermique entre le jour et la nuit favorise la conservation de l’acidité. Ajoutez à cela les différentes expositions sur des pentes plutôt raides, et les différentes orientations des vallées, et vous obtenez une belle mosaïque de climats.

Côté sols, on distingue deux grands ensembles ; dans la vallée de l’Adige, des moraines très riches en calcaire, des sables et des cailloutis alluviaux. Plus à l’Est, dans le Val di Cembra, on trouve plutôt des sols granitiques, du calcaire et du porphyre d’origine volcanique.

Le Trentin présente un climat continental alpin, avec influence méditerranéenne : 30 jours de soleil, peu de précipitations et de belles arrière-saisons – un vrai don du Ciel pour les vignerons lors des vendanges.

Très montagneuse, la région n’est cultivée qu’à raison de 15% de sa surface, et il s’agit le plus souvent de petites parcelles, travaillées à la main. Raison pour laquelle bon nombre de viticulteurs n’exercent cette activité qu’à temps partiel, et sur des surfaces parfois inférieures à 1 ha ; c’est ce qui explique l’importance des coopératives, qui vinifient quelque 80% des raisins de la région. Ces coopératives, qui ont pour nom Mezzacorona (www.gruppomezzacorona.it), Rotari (www.rotari.it) ou encore Cavit (www.cavit.it), produisent d’ailleurs d’excellentes cuvées

Traditionnellement, la vigne est ici conduite en pergola, de telle sorte que les feuilles protègent au maximum les raisins du soleil et de la grêle. Cependant, la taille Guyot gagne du terrain.

Les appellations

La région possède une appellation générique: la DOC Trentino ; à ne pas confondre avec la DOC Trento ou Trentodoc, qui produit quelque 50.000hl de vin effervescents selon la méthode traditionnelle. Il y a également la DOC Teroldego Rotaliano (qui reprend le nom d’un cépage rouge local) et qui pèse environ 43.000hl. On citera aussi quelques DOC plus petites comme Lago di Caldaro, Casteller, Valdadige et Valdadige Terradeiforti.
Enfin, n’oublions pas les IGT, et notamment l’IGT Vigneti delle Dolimiti (113.000 hl), l’IGT Vallagarina (45.600 hl) et l’IGT Delle Venezie.

Les bulles  

Les bulles de méthode traditionnelle du Trentin, sous la DOC Trento, sont issues des mêmes cépages que le Champagne : le chardonnay, le pinot meunier et pinot noir. Après une deuxième fermentation en bouteille, ils doivent rester sur lattes au moins 15 mois – mais la plupart des belles cuvées bénéficient d’un élevage beaucoup plus long. Les vins de cette appellation que nous avons dégustés étaient du niveau de meilleures bulles italiennes –  on trouvera ci-dessous nos cinq coups de cœur.

Cantine Ferrari 

Avec sa production de quelque 5 millions de cols par an, Ferrari est le 8ème plus gros producteur de bulles au monde – et ceci, à un très bon niveau de qualité. L’entreprise a été fondée à Trente en 1902 par Giulio Ferrari, puis reprise en 1952 par Bruno Lunelli ; la troisième génération de Lunelli est aujourd’hui aux commandes. Depuis cette année, les vignes qui appartiennent en propre au groupe sont certifiées bio.Mais surtout,Ferrari a signé les contrats de longue durée avec plus de 500 viticulteurs auxquels ils apportent un soutien œnologique et technique. Tous les raisins sont ramassés à la main.

Ferrari Perlé Nero Riserva 2009, Trentodoc
Ce blanc de noir (100% pinot noir) est issu de vignes en propre de la famille situées autour de la superbe Villa Margon, à 400 m d’altitude. Cet effervescent à la robe jaune a déjà six ans d’élevage sur lattes. Son nez est concentré et expressif : légèrement toasté, il présente un fruit croquant ; la bouche est ronde, crémeuse, avec un cœur minéral et une longue finale. Une grande bulle de repas.

Ferrari Perlé 2010, Trentodoc
Ce blanc de blanc (100% chardonnay) est le fleuron de la maison. Sélectionnés avec soin, les raisins sont issus de vignes d’altitude. Le vin a été élevé 5 ans en bouteilles. Jolie robe paille et bulle fine. Nez typé chardonnay – pomme, agrumes et amandes, avec une touche de pêche. Bouche séduisante, au fruit croquant, frais et juteux. Ce vin élégant et d’une grande pureté offre en plus une longue et jolie finale.
www.ferraritrento.it
www.raineri.be – www.tannico.be

Cesarini Sforza

La maison a été fondée en 1974 par le Comte Lamberto Cesarini Sforza ; au départ, elle produisait des mousseux selon la méthode Charmat. Depuis 1986, cependant, elle produit des vins en Trentodoc selon la méthode traditionnelle. Elle fait aujourd’hui partie de la coopérative La Vis, qui contrôle quelque 800 ha de vignes dans la partie supérieure du Val di Cembra, à Meano, Cortesano, Sorni et sur les collines de Pressano, de Trento et de Besagno: une grande variété de sols et de microclimats, donc, qui expliquent la riche palette des cuvées proposées. La production est de 1,2 millions de cols par an.  Nous avons particulièrement apprécié les deux cuvées suivantes:

Cesarini Sforza 1673, Riserva 2009 Tridentum, Trentodoc
Cette cuvée se réfère à l’année du mariage entre Teresa Livia Cesarini et Federico Sforza. Il s’agit d’un blanc de blanc issu de chardonnay cultivé en pergola à une altitude variant entre 550 et 670 m, dans le Val di Cembra. Cet extra brut (dosage 1,5g/l) a passé 72 mois sur lattes. Il présente une robe dorée très intense et une fine mousse.  Son nez complexe nous offre de la pêche mûre et du coing, avec une petite touche exotique. Sa bouche est large, opulente, avec des belles nuances de fleurs blanches et jaunes et un soupçon de citron confit, une délicate fraîcheur et des épices d’Orient. La finale, sur des notes de brioche chaude, est particulièrement envoutante. Cette cuvée fera merveille sur un buffet d’huîtres.

Cesarini Sforza Aquila Reale, Riserva 2008, Trentodoc
Ce blanc de blanc est issu d’une parcelle d’un hectare de chardonnay cultivé en pergola, sur Maso Sette Fontane, toujours dans le Val di Cembra ; les vignes exposées à l’Ouest sont situées à 500 m d’altitude, sur des sols calcaires. 50% de la cuvée est fermentée en fûts de chêne, le reste en cuves inox. Le vin reste 72 mois sur lattes. La production est d’à peine 10.000 bouteilles.
Sa robe d’un jaune intense présente des reflets dorés. Nez exubérant d’agrumes bien mûrs (pamplemousse) et pétulante minéralité. La bouche riche et opulente nous offre des fruits confits, de la brioche et un peu de beurre salé. Ce vin à la fois élégant et complexe est aussi très harmonieux en finale. Un vin de grande classe, très polyvalent gastronomiquement parlant.
www.cesarinisforza.com

Letrari 

La maison Letrari est un domaine familial de 23ha, situé dans la partie Sud du Trentin, où, l’après-midi, on profite des vents chauds venus du Lac de Garde – ce qu’on appelle l’Ora del Garda. Leonello Letrari a été un des pionniers de l’appellation dans les années 1960.

Letrari Riserva 2017 Dosaggio Zero, Trentodoc

Cette cuvée qui assemble 60% chardonnay et 40% de pinot noir a été notre favorite lors de la dégustation des quelque 130 vins proposés lors de la Mostra Vini del Trentino, dans le cadre du Palazzo Roccabruna (www.palazzoroccabruna.it).
elle robe dorée, bulle abondante. Nez séduisant et vif d’agrumes, avec des touches d’amandes, de brioche et un soupçon de vanille. Bouche riche, mûre et complexe, pleine de caractère. Longue et harmonieuse finale ; bonne vivacité.
www.letrari.it

Vins tranquilles

Comme les vins effervescents, les vins tranquilles de la région reflètent leur position au confluent du Nord et du Sud.
Très marquée en Alto Adige, l’influence septentrionale se fait sentir aussi dans le Trentin avec la présence de cépages comme le riesling, le kerner (un croisement entre le riesling et le trollinger), ou le gewürztraminer. Au Trentin, et plus particulièrement au Val di Cembra, sur sols volcanique de porphyre, le müller thurgau est le cépage dominant – nous avons particulièrement apprécié celui de la Cantina Villa Corniole.

Villa Corniole

Cette cave – qui possède son propre petit restaurant – appartient à la famille Pellegrini ; elle est située dans la jolie vallée de Cembra, dont les terrasses ont une vue sur les sommets des Dolomites. Sa production ne dépasse pas les 60.000 bouteilles, mais il s’agit de vins de grande qualité.
Les Pellegrini possèdent 5 ha dans la plaine de Rotaliano, bien adaptée aux cépages locaux teroldego, et 5 ha supplémentaires de cépages blancs, plus haut dans le Val di Cembra. Ses vignes de müller thurgau poussent à 800 m d’altitude, ce qui explique des maturités tardives, mais assure une belle conservation de l’acidité. Ce n’est pas pour rien que ces vins se profilent comme les élégants ambassadeurs des vins de montagne. 

Müller Thurgau, Petramontis 2015, Trentino DOC, Villa Corniole
Ce monocépage müller thurgau assemble les raisins de plusieurs parcelles du Val di Cembra, sur porphyre volcanique ou sur calcaire. Les Pellegrini cultivent leurs vignes en pergola ; les terrasses abruptes nécessitent une vendange manuelle. La fermentation et l’élevage des vins sont effectués en cuves inox.
Jolie robe jaune-vert.  Nez aromatique de rose et de camomille. A l’agitation, s’ajoutent de la pêche blanche, du citron et des senteurs exotiques. La bouche tendue offre un fruité très frais, une belle structure minérale et une finale longue et juteuse. Ce vin destiné au repas est sans doute le meilleur müller thurgau qu’il m’ait jamais été donné de boire. Je le vois très bien sur des asperges à la flamande ou sur une anguille au vert.
www.villacorniole.com

Endrizzi

Illustrant le mariage Nord-Sud dans nous parlions en introduction, la maison Endrizzi unit Christine Kemmler – une architecte allemande éprise de design en d’écologie – et Paolo Endrici, un avocat italien passionné de viticulture bio. Les deux époux gèrent donc ensemble la Cantina Endrizzi à San Michele all’Adige – une maison fondée en 1885 qui compte aujourd’hui 55 ha de vignes dans le Trentin, ainsi que le domaine Serpaia di Endrizzi dans la Maremma toscane. Cette cave historique propose aussi de la petite restauration et même un service banquets.
Les Endrizzi travaillent dans le plus grand respect de l’environnement aussi bien à la vigne (pas de cuivre) qu’au chai. Ils préfèrent le Guyot, un mode de conduite qu’ils estiment plus qualitatif, bien que les vignes ainsi taillées soient plus sensibles aux gelées.   

Gran Masetto 2012, Vigneti delle Dolomiti Rosso IGP, Endrizzi
Le teroldego est la variété rouge locale la plus importante – le lagrein en est d’ailleurs un descendant, et elle est apparentée au cépage ardéchois, la Dureza, et donc, de manière plus lointaine, au pinot.
Cette cuvée est le cheval de bataille de la cave ; il est issu de raisins soigneusement sélectionnés dans les secteurs de Mezzolombardo et Mezzocorona.  Ici, contrairement au vignoble historique du Masetto, la conduite en pergola ne donne pas des rendements trop élevés – on les limite à 50hl/ha. La moitié des raisins subit un passerillage et le vin fait ensuite un long séjour en barrique.
Sa robe est d’un rouge sombre, son nez très développé –  myrtilles, épices et vanille. La bouche, elle, nous apporte une belle corbeille de fruits des bois et un peu de poivre noir. La texture crémeuse enveloppe des tannins soyeux. Un vin à la fois riche, puissant (15,5°), long et équilibré. On le voit bien sur un bon plat de gibier.
www.endrizzi.it

Cantina d’Isera

Cette cave coopérative fondée en 1907 compte 150 membres qui cultivent 200ha de vignes dans les collines basaltiques qui entourent Isera. 80 ha sont plantés de marmezino d’Isera, un autre cousin du teroldego. 

Etichetta Verde, Marzemino d’Isera 2015, Trentino Superiore DOC, Cantina d’Isera
Cette cuvée 100% marzemino provient de vignes situées entre 200 et 400 mètres et vendangées à la main. La vinification s’effectue en cuves inox et l’élevage en cuves béton.
Robe rubis intense aux reflets violines. Nez de fruits noirs et rouges, avec quelques notes florales. La bouche, elle, présente un fruit bien mûr, pas mal de vivacité, et des tannins solides mais mûrs ; la finale est à la fois minérale et juteuse.  
www.cantinaisera.it

www.dewitwines.be

Cavit

Fondée en 1950, la Cavit est un groupement de 10 coopératives qui rassemble quelque 4.500 viticulteurs du Trentin. Sa production tourne autour de 60 millions de bouteilles par an (dont 60% issus du Trentin) ; 80% sont exportés. Cavit est connue pour sa ligne haut-de-gamme Altemasi. Dans sa large gamme, nous avons choisi une perle rare, un vino santo, une tradition qui remonte à plus de 200 ans au Trentin.

Arèle 2000, Vino Santo Trentino DOC, Cavit
Ce Vino Santo est issu du seul cépage nosiola, récolté dans la Valle dei Laghi, au pied des Dolomites. Ne sont utilisés que les raisins les plus sains, qui sont laissés à sécher sur des étagères traditionnelles appelées Arèle dans le dialecte local, dans des caves naturellement ventilées, et ce, pendant 5 à 6 mois. Ensuite, les raisins sont pressés et laissés à fermenter dans de petites cuves, dans la partie inférieure de la cave. Ils vieillissent ensuite entre 5 et 6 ans en petits fûts de chêne usagés; une fois soutirés, ils sont laissés à reposer encore de 8 à 10 mois en bouteilles de 50cl.
Le vin présente une robe ambrée aux reflets orangés. Le nez typé rancio présente aussi de beaux arômes d’agrumes, notamment de zeste d’oranges, et de raisin blanc, avec une pointe de vanille. La bouche riche et opulente nous offre des abricots confits et de l’ananas au miel de renoncule. Une bonne acidité assure un équilibre et de l’élégance. On ajoutera de jolis tannins et une longue finale agréablement amère. Que rêver de mieux pour finir en beauté ?
www.cavit.it
www.tannico.be

En guise de conclusion

Si, en route vers la très médiatique Toscane, vous passez le col du Brenner, faites une pause à Trente et profitez du soleil, de la gastronomie et des vins locaux.

Le vieux centre-ville, sa superbe cathédrale et ses maisons anciennes aux belles fresques murales valent déjà le détour, sans oublier le nouveau musée MUSE ( www.muse.it) conçu par le célèbre architecte Piano Renzo.

Johan De Groef

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

Connectez-vous

J'ai oublié mon mot de passe

Abonnez-vous ou inscrivez-vous au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (gratuit)

IVV numérique, c'est tout le magazine In Vino Veritas, avec les fonctionnalités modernes en plus. Un contenu réactualisé 4 fois par semaine.
Pour accéder à tous nos articles, et à nos outils de recherche et d'interactivité, une seule solution, l'abonnement!
Quatre formules :

  • L’accès gratuit au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (compris avec l’abonnement)
  • L’abonnement d’un an à 40€
  • L’abonnement de 2 ans à 76€
  • L’ offre d’essai de 15 jours à 5€

Je m’inscris et/ou je m’abonne