Trebbiano des Charentes

31/01/2019 - Petit voyage dans une bouteille, de l’Italie aux bords de la Charente

Le Trebbiano est un des cépages blancs les plus répandus en Italie (il représente un tiers de la production de blanc dans ce pays), des Abruzzes à la Vénétie (Soave) en passant par l’Ombrie, la Toscane et le Latium (Castelli Romani).
Assez neutre de goût, il ne donne pas toujours des vins très remarquables, même si certaines variantes (Trebbiano di Lugana et Trebbiano di Spoleto, notamment) sont plus intéressantes.

Ugni giorno

Présent en France depuis le Moyen-Age (sans doute apporté par les Papes en Avignon), il ne s’y est vraiment développé à la fin du 19ème siècle, notamment dans les zones de production d’alcool; ainsi, à Cognac, sous le nom d’Ugni (de l’italien ogni, «tout, à tout faire» ?) il a remplacé en bonne partie des cépages locaux (folle blanche et colombard, notamment) après le phylloxéra. Dans ce type de productions, on apprécie surtout son potentiel d’acidité.

Au Domaine des Quillets

C’est le cas de Paul Rumeau, vigneron-récoltant au Domaine des Quillets, à Champagne-Vigny, dans les Fins Bois. Ce domaine de 50 hectares produit surtout du Cognac, mais c’est son Pineau des Charentes qui nous intéresse aujourd’hui.
En général, le Pineau des Charentes blanc séduit par son harmonieux mélange entre alcool et sucre (on ne peut pas dire qu’il est sec, mais il paraît quand même plus sec que le rouge). Seul petit bémol: beaucoup se ressemblent. Est-ce dû au mutage ? Malgré tout, de temps à autre, on tombe sur un pineau qui étonne, et c’est le cas de celui-ci.
Je lui trouve des arômes très particuliers de sureau, de violette et de miel d’acacia; la suavité du miel revient en bouche, mais accompagnée de notes de pêche et de fruits secs. L’alcool est très présent, mais plus dans le style du marc (façon Macvin) que dans celui des alcools bruns.
http://domainedesquillets.com

Hervé Lalau

Pour accéder aux autres Coups de Coeur, cliquer ici

 

Laisser un commentaire