Terroirs (s) de Champagne

31/08/2015 - Terroirs (s) de Champagne: La viticulture champenoise se félicite de l’entrée des Coteaux, Maisons et Villages de Champagne au Patrimoine de l’Humanité.

Et s’intéresse d’un peu plus près à ses terroirs – ce sera même le thème d’un colloque, à Epernay, le 15 octobre prochain, dans le cadre du salon Viteff. Œnologues, géographes, géologues, journalistes, il y aura du beau monde !
En attendant, je ne peux m’empêcher de constater à quel point le lien censé unir la Champagne et son terroir – ou plutôt ses terroirs – semble ténu.
Il n’est Champagne que de la Champagne, certes; mais la Champagne est vaste, et l’origine exacte des cuvées, en termes de zones, de villages, ou de types de sols, sans parler des parcelles, est un élément secondaire, aussi bien pour le consommateur que pour le metteur en marché.
Il faut dire que  la communication du Champagne n’a jamais vraiment mis l’accent sur ce point.
Rien de plus normal, si l’on songe que le Champagne est d’abord un produit d’assemblage. La plupart des grandes maisons achètent leurs raisins à de nombreux producteurs, dans plusieurs sous-régions de l’aire Champagne. Sans compter que pour le plus gros de la production, les  millésimes sont assemblés.
En outre, le processus de vinification (double fermentation, prise de mousse) tend à prendre le pas sur l’effet terroir.
La complexité du Champagne, ce qui en fait le prix et prestige, c’est d’ abord le travail du maître de chai. Du «master blender», pour reprendre un terme du whisky. Le rapprochement n’est pas fortuit: tout comme les grands alcools, le Champagne est d’abord un produit de marques, celles-ci se voulant la garantie d’une régularité dans la production. Or, aucun terroir n’est régulier dans la production, ne serait-ce que par l’effet millésime.

Ne jetons pas le bébé avec la liqueur d’expédition
Cependant les cuvées  «monocru» existent (même si elles sont surtout le fait de récoltants-manipulants), les millésimés aussi, et c’est sans doute là que l’effet terroir peut le plus se faire sentir. Elles sont tout de même ultra-minoritaires.

La seule question qui vaille est la suivante: il y a-t-il une demande pour intégrer plus d’éléments de terroir dans le Champagne? Amis oenophiles, votre avis nous intéresse.

Hervé Lalau

Photos Champagne Francis Boulard & Fille

Pour accéder aux autres Editos, cliquer ici

Banner AT Gent

Laisser un commentaire