Val de Loire Millésime 2018, de Nantes à Tours

22/06/2018 - 2ème édition de cette opération destinée à sensibiliser la presse internationale au grand potentiel des terroirs ligériens sur 50 AOP et dénominations et leurs 24 cépages. 2700 vignerons, 300 négoces et 15 coopératives y produisent 41% de blancs, 27% de rosés, 19% de rouges et 13% de bulles.

De la sélection des vins qui nous ont été présentés, j’ai tiré la substantifique moëlle des trois journées et soirées pour mettre en évidence des domaines et appellations qui valent à mon avis le détour.

Soirée Chenin

En ouverture des trois jours, au Château de Blois, une soirée Chenin nous a permis de déguster plus de 100 cuvées de haut rapport qualitatif vin/terroir. Ce merveilleux cépage ne cesse jamais de m’enchanter dans sa capacité à s’adapter à différents sols, sous-sols, climats, expositions ou encore altitude pour en refléter la nature. Appelé aussi pineau de Loire, il est originaire d’Europe Centrale. Il est apparu en Val de Loire vers le 4è siècle mais n’est devenu populaire qu’au 10è siècle sous les noms de  « plant d’Anjou » ou « gros pineau ». Cépage blanc de maturité tardive, il permet de produire selon les appellations des blancs secs, des bulles mais aussi des demi-secs sans oublier les moelleux et liquoreux grâce à sa capacité à botrytiser lorsque les conditions climatiques le permettent.

Voici en vrac quelque unes des cuvées qui m’ont séduit lors de cette soirée inaugurale :

  • Vouvray fines bulles, Champalou
    brut, sur sol argilo-calcaire, élevage sur lies de 24 à 30 mois, 2gr/l de sucre, vinosité et finesse
    champalou.com
  • Anjou blanc, Domaine de Montgilet 2016,
    sol argilo limoneux sur schiste, vinification et élevage bois de 12 mois, 0,8 gr/l de sucre, pureté et énergie
    montgilet.com
  • Anjou blanc, Château Pierre Bise, le Haut de la Garde 2015,
    sols de schistes, grès et rhyolite, élevage en fût de chêne de 12 à 18 mois, 3,6 gr/l de sucre, relative ampleur et minéralité
    chateaupierrebise.com
  • Jasnières, Domaine les Maisons Rouges, cuvée L’Eclos 2016,
    biodynamie, argile à silex sur tuffeau, fermentation et élevage en fûts de 400 l. moins de 1 gr/l de sucre, éclat, sincérité
    https://www.maisonsrouges.com
  • Jasnières, Domaine de la Roche Bleue, le Clos des Molières 2015,
    bio sur argile à silex et tuffeau, fermentation en barriques et élevage sur lies, 3 gr/l, franc et complexe
    jasnieres.fr/viticulteur_cornille.htm
  • Savennières Roche aux Moines, Domaine aux Moines 2015,
    bio, schiste gréseux, roches volcaniques, élevage sur lies en barriques de 13 mois, sucre 2gr/l de sucre, épure, énergie
    domaine-aux-moines.com
  • Coteaux de l’Aubance, Domaine de Montgilet, les Trois Schistes 2015,
    limono-argileux sur schistes, 12 mois en barriques, 10°5 alcool pour 192,2 gr/l de sucre, équilibre, vitalité
    www.montgilet.com
  • Quarts-de-Chaume G.C., Domaine Patrick Baudouin, les Zersilles 2013,
    carbonifères et schistes, 3 tries, 21 mois sur lies en barriques, 12° alcool pour 141 gr/l de sucre, délicatesse, précision, longueur.
    patrick-baudouin.com

L’AOP Vouvray

Ah, Vouvray, peut-être le plus beau terroir de roche de tuffeau au monde ! Les 2200 ha de vignes sont plantés en surplomb de la Loire sur deux types de sols qui chacun apportent une spécificité aux vins : les perruches ou sols d’argiles à silex, les aubuis ou sols argilo-calcaires pierreux. Les deux reposent sur le tuffeau à des profondeurs variables selon que le vignoble est situé sur les pentes ou le plateau. Le chenin est roi dans tous les cas de figure.
Mais…n’oublions pas le rôle du vigneron. Et là, hélas, depuis des décennies Vouvray consacre, selon les années, entre 60 et 80% de ses surfaces à produire de la bulle afin de réduire les risques liés à l’attente d’une haute maturité des raisins nécessaires à des demi-secs ou de moelleux et à s’assurer une trésorerie plus facile.
L’appellation ne brille réellement au firmament de grands vins de terroir que par l’entremise de quelques domaines dont les deux maisons historiques que sont Huet et Foreau, avec à leur suite des personnalités comme Vincent Carême , François Pinon, Bernard Fouquet, Sébastien Brunet.
Fort heureusement, comme nous l’a montré une promenade dans les vignes par un après-midi ensoleillé de jeunes talents sont en train d’éclore tels Denis Meunier à Vernou, Eric Gaucher à Chançay, Damien Pinon à Vernou, Mathieu Cosme à Noisay,  Tanguy Perrault à Chancay,  Florent Cosme à Noisay.
Ajoutez-y deux néo-vignerons venus d’autres carrières professionnelles comme l’américain Peter Hahn au Clos de la Meslerie ou l’ancien médecin Michel Autran, sans oublier les brillantes locomotives de Montlouis que sont François Chidaine et Jacky Blot.
Et vous partagerez l’espoir des amateurs de grands Vouvray que le cocotier syndical dominé encore par les domaines traditionnels, rois de la chimie, du non travail des sols, de la délimitation large de l’aire d’AOP, de la bulle, se réveille de son long endormissement et s’ouvre enfin à une plus large expression authentique de ses terroirs.

Mouzillon-Tillières, AOP Muscadet Sèvre et Maine

Belle Découverte que cette appellation se situant dans l’est du Muscadet sur les coteaux de la Sanguèze. Son terroir se compose essentiellement de sols d’altération d’une roche magmatique au doux nom de « gabbro ».
Celle-ci provoque des débourrements et une maturité plus tardifs que sur d’autres zones. La présence en surface d’une couche sablo-argileuse qui recouvre cette roche-mère amène une certaine puissance à une matière par ailleurs nullement dépourvue de finesse dans une structure à la trame tendue.
On note aussi de beaux amers en bouche. La palette aromatique allie des notes d’écorce d’agrumes, de thym, de poire et d’épices douces. Pour avoir dégusté les vins ci-dessous, je peux affirmer que quelques années de garde ne font pas peur à des vins à la jeunesse parfois austère :
Patrice Aubron – Mouzillon-Tillières 2009 et 2007 – aubron.patrice@orange.fr
Domaine du Colombier – Mouzillon-Tillières 2012 –  www.lecolombier.com
Luneau Michel et Fils – Mouzillon -Tillières 2007 – www.closdesbourguignons.fr

Dégustations de diverses appellations

Chinon

Par rapport à l’année précédente, un réel progrès a été accompli par les organisateurs quant aux vins présentés durant les matinées, dans la mesure où contrairement à 2017, les sessions ne se limitaient plus au seul dernier millésime. Dont acte ! Quoi qu’il en soit, pour moi, trop rares étaient les bouteilles qui méritent de figurer ici. Voici donc la très courte sélection de domaines que j’ai retenus :

  • Domaine La Chapinière, Cot Garnon 2017 AOP Touraine rouge
    Des vignes de 30 ans, élevage en cuve pour un cot gouteux, juteux, frais, aux tanins fruités.
    domainedelachapiniere.com
  • Domaine Laurent Mabileau, 2017 AOP St Nicolas de Bourgueil
    Typé sol de graves avec souplesse, fraîcheur, petits tanins.
    mabileau.fr
  • Domaine de la Paleine, Moulin des Quints 2016, AOP Saumur Puy Notre dame, sol argilo-calcaire , du fruit fais, des tanins sans excès, un grain calcaire
    www.domaine-paleine.com/fr
  • Domaine du Closel, Clos du Papillon 2016 AOP Savennières
    Sol argilo-schisteux et roches volcaniques, vitalité, race, fine minéralité, petite rondeur, fruits blancs, belle persistance, un beau potentiel d’avenir
    www.savennieres-closel.com
  • Domaine Pierre et Bertrand Couly, 2015, AOP Chinon
    Vignes de 50 ans sur sol argilo-siliceux, rondeur à l’attaque puis des tanins encore un rien fermes, du fruit mûr, du jus.
    www.pb-couly.com
  • Domaine des Tabourelles, Cuvée Félicie Blanche 2016, AOP Touraine Chenonceaux
    Argilo-calcaire, de vieilles vignes de sauvignon sur des parcelles sélectionnées, arômes de fruits blancs, des notes de fleurs blanches et d’agrumes. Fruit savoureux, sans thiol.
    www.lestabourelles-leveret.com/fr

Bernard Arnould

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

Un commentaire

Laisser un commentaire