Stefano Leonucci, vigneron hors appellation, vins hors normes

02/05/2017 - Ce métier de journaliste viticole, ce sont aussi - ou peut être d'abord - le plaisir de rencontres imprévues, de dégustations impromptues, de vins hors normes.

La rencontre, ce fut celle de Stefano Leonucci, un vigneron d’Ombrie, hors système, hors appellation, mais pas hors sol pour autant (merci à l’ami Fabien Lainé de me l’avoir présenté).

La dégustation, ce fut celle de ses deux cuvées de Vino da Tavola ; deux vins dont le dénominateur commun, outre la personnalité de leur créateur, est le Sagrantino. Majoritaire, pour l’un, in purezza, pour l’autre.

L’Azienda Leonucci (70 ha dont 10 seulement de vignes) est situé à Massa Martana, sur la Via Flaminia ; la référence est pertinente, car on fait du vin ici depuis la période romaine. Toujours familial, le domaine pratiquait à l’origine une polyculture de subsistance, le vin étant produit pour la consommation sur l’exploitation. C’est Stefano qui a professionnalisé  la production de vin, tout en la gardant à taille humaine.

Le plus gros du vignoble est constitué de Sagrantino (8,5 ha), complété de Merlot et de quelques petites parcelles de Lugliolo (une variété apparentée au chasselas), à titre expérimental.

Re Del Sole 2010

6 ans déjà, et encore tout jeune. Le nez, un peu fermé de prime abord, s’ouvre bientôt sur du chocolat ; quant à la bouche… en bouche, on mange autant qu’on boit ! Quelle suavité, quelle ampleur, quelle matière ! Les tannins soutiennent l’ensemble comme les piliers d’une cathédrale ; rien de vert, rien de rêche, cependant ; en finale, le chocolat revient.

Cette superbe maturité des tannins, M. Leonucci la contrôle en mâchant et grains et pépins plus de 20 fois avant de récolter ; comme il n’obtient pas cette qualité à chaque millésime, ce «Re del Sole» n’est intronisé que dans les grandes années. La cuvée est issue d’une parcelle sablo-argileuse de 4 ha, exclusivement plantée de Sagrantino, et orientée Nord-Sud. Seul le vin de goutte est utilisé. En 2010, la production n’a été que de 7.000 bouteilles.

Ah, j’oubliais : ce vin titre 17 degrés (le soleil était décidément au rendez-vous). Et pourtant, s’il est puissant, il ne m’a absolument pas semblé marqué par l’alcool – la mention sur l’étiquette m’a vraiment surpris.

Montignanello 2012

Cette cuvée assemble 85% de Sagrantino à 15% de Merlot.
Si la cuvée Re del Sole nous offrait du chocolat, celle-ci est plutôt cacao.
Au nez, l’orange sanguine le dispute au pruneau ; la bouche décline ces arômes en version dense ; puis on part hardiment sur une onde de fraicheur mentholée; les tannins sont marqués, légèrement rugueux sur la langue, et cela donne du relief au vin. Un peu de tabac en finale. 16° d’alcool, et là encore, qui l’eût cru?

En résumé

Deux vins, deux faces d’un même cépage, le Sagrantino, qu’il joue solo ou en duo – une main de fer dans un gant de velours, ou bien de crin. Et à la baguette, un vigneron qui va au bout de ses convictions, de la maturité de ses raisins, de ses vinifications, de ses élevages. Pas d’œnologue, ici, tout est fait en famille. Pas de recette. Stefano ne cherche pas à séduire, il ne se coule dans aucun moule, il trouve normal que ses vins ne plaisent pas à tout le mode. Il travaille à la passion.

Et si des vins méritent le titre de «vins d’auteur», ce sont bien les siens.

www.leonucci.it/vini.htm
Cherche importateur

Hervé Lalau

Connectez-vous

J'ai oublié mon mot de passe

Abonnez-vous ou inscrivez-vous au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (gratuit)

IVV numérique, c'est tout le magazine In Vino Veritas, avec les fonctionnalités modernes en plus. Un contenu réactualisé 4 fois par semaine.
Pour accéder à tous nos articles, et à nos outils de recherche et d'interactivité, une seule solution, l'abonnement!
Quatre formules :

  • L’accès gratuit au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (compris avec l’abonnement)
  • L’abonnement d’un an à 40€
  • L’abonnement de 2 ans à 76€
  • L’ offre d’essai de 15 jours à 5€

Je m’inscris et/ou je m’abonne