Sangiovese, sì  – ma di Romagna !

15/01/2018 - La Romagne dispute à la Toscane la paternité du Sangiovese. Non sans arguments historiques. Plus important, à nos yeux : elle en produit de très bons.

Pourquoi toujours ce besoin de se comparer, de la part des régions de moindre renom, par rapport à celles qui ont mieux réussi ? Pourquoi le Crémant de Bourgogne devrait-il être « aussi bon que le Champagne » ? Le chardonnay de Limoux aussi bon que le Bourgogne blanc ? Le cencibel de La Mancha aussi bon que le tempranillo de La Rioja ? Le sangiovese de Romagne (ou le Niellucio de Corse) aussi bon que le Chianti ?

Et si on parlait plutôt de l’origine ?

Se comparer sur la base du seul cépage, c’est abandonner toute véritable identité.
D’autant que la Toscane n’a pas bâti sa réputation sur le sangiovese, mais sur ses appellations – Chianti, Montepulciano, Montalcino. On fera aussi remarquer que ces appellations utilisent des variétés particulières du sangiovese – prugnolo gentile, brunello… et recourent généralement à l’assemblage avec d’autres cépages (canaiolo, mammolo…).
A ceci, il faut ajouter la propension des riches appellations florentines ou siennoises de recourir à des élevages longs, qui gomment une bonne partie des notes variétales.
C’est moins le cas en Romagne, au pays de Peppone, où le vigne a longtemps servi à étancher les soifs populaires plutôt que les palais patriciens.

Quelques chiffres

Avec plus de 8.500 hectares, le Sangiovese représente environ 15% du vignoble d’Emilie-Romagne; c’est le second cépage de la région, loin derrière le trebbiano romagnolo (15.000ha), mais quasiment à égalité avec les trois lambrusco (salamino, grasparossa et sorbara) et largement devant l’ancellotta, le barbera et la croatina.

Qautre provinces se partagent l’essentiel des vignes de Sangiovese ; il s’agit, par ordre décroissant, de celles de Forli (3.200 h), de Ravenne (1.300), de Rimini (1.200) et de Bologne (700). Dans la partie ouest de la région (l’Emilie), il est virtuellement absent. C’est là, en effet, que règnent les trois variétés de lambrusco.

Bref, quelque soient ses droits historiques (c’est en effet à Faenza, en 1672, qu’apparaît la toute première mention du mot Sangiovese), la Romagne aurait tout intérêt à mettre l’accent sur l’origine, les spécificités de ses terroirs (12 bénéficient d’une mention de zone), plutôt que sur le cépage, ou même sa proximité géographique avec la Toscane (qu’elle borde, au Nord, sur toute sa longueur, il est vrai). Elle ne devrait pas non plus s’interdire de pratiquer l’assemblage avec quelques autres cépages rouges locaux, comme la croatina, par exemple…
Quoi qu’il en soit, voici quelques exemples de ce que peut donner le sangiovese en Romagne, sur la base d’une récente dégustation sur place, lors du salon Enologica Bologna.

Six vins pour l’exemple

Enio Ottaviani 168 Rosso Sangiovese Rubicone IGP 2016 

Nez expressif de myrtille, de prune et de groseille; très juteux en bouche, le genre de vin guilleret qui vous égaye un dîner. La preuve qu’en Romagne, la valeur n’attend pas le nombre des années d’élevage.
www.enioottaviani.it
www.webshop.larco.be

 Torre San Martino Gemme 2014

Très joli nez de cuir et de laurier, suivi par de la prune et du pruneau. Un peu de menthe, aussi, et juste ce qu’il faut d’amertume en finale. Ce rouge de table, issu des collines au pied de l’Apennin romagnol, près de Forli, ne craindra ni la charcuterie de montagne, ni le gibier des banditi de Romagne. Et dire que c’est l’entrée de gamme de la maison !
hwww.torre1922.co/wines

Ulziano Romagna Sangiovese Superiore 2014

Tous les sangiovese ne sont pas égaux devant la maturité. Celui-ci se distingue par des notes de cendre, des tannins astringents et une acidité mal fondue. Tous les goûts sont dans la nature : le sommelier commis d’office pour les commentaires, lui, a trouvé ce vin d’une grande buvabilité. Je la lui laisse.
www.palazzonadimaggio.it

Noelia Ricci Godenza Romagna Sangiovese Superiore 2013 

Un côté pinot au nez ; en bouche, des notes de tapenade, de menthol et de rose fanée. Beaucoup d’élégance, et un rien d’espièglerie – comme le petit singe qui orne l’étiquette.
www.noeliaricci.com
www.webshop.larco.be

San Patrignano Romagna Ora 2015

Très joli nez fumé-lardé, avec des notes d’encens et de cuir ; des tannins suaves, du jus, une belle acidité et une pointe de sel en finale. Le vin de gibier par excellence.
www.vascogroup.com

Nicolucci Predappio di Predappio Riserva 2013 – Vigna del Generale 

Joli nez très floral, bel équilibre en bouche entre des tannins assez marqués et un beau jus ; plus sur la délicatesse que sur la puissance, mais vaut le détour.
http://vininicolucci.com

Hervé Lalau

Dossiers IVV, cliquer ici 

Laisser un commentaire