Rioja façon Ijalba

09/01/2019 - On se fait souvent une idée surannée de la Rioja. L’imaginant loin des tendances actuelles, réfugiée dans son autosatisfaction comme une vieille gloire. Et pourtant…

Une envie de faire différent

Ne pensons pas que le vieux style bois coco caramel sur vin pré-usé n’existe plus, il y a pour ces délicatesses poussiéreuses et dépassées un vieux fond d’aficionados, clientèle fidèle qui disparaîtra en même temps qu’elles.

Mais venons-en à l’actuelle production, nombre de caves ont bien évoluée, créant chacune leur style, du classique revisité à l’innovation totale. Des Rioja qui se reboivent avec plaisir, plaisir du fruit et de l’élégance. Dans cette mouvance, on trouve Ijalba.

Une origine inattendue

Dioniso Ruiz Ijalba fut pendant longtemps entrepreneur dans la construction. Il était entre autres propriétaire de carrières de gravier à ciel ouvert. Au milieu des années 70, il décide de les réhabiliter et d’y planter de la vigne. Ses premières récoltes se vendent à d’autres bodegas. Les réhabilitations continuent et couvrent bientôt une quarantaine d’ha. Dioniso Ruiz décide alors de faire son propre vin, de construire sa cave dans la banlieue de Logoño sur le site d’une ancienne carrière et de passer en mode biologique début des années 90, c’est l’une des premières. Il ne s’arrête pas en si bon chemin et commence à travailler avec l’université de la Rioja pour remettre en valeur des cépages autochtones, Maturana Blanca et Maturanan Tinta en premier. Il poursuit ses expérimentations en plantant pas mal de Graciano et ensuite du Tempranillo Blanco. Ses parcelles se répartissent dans toutes les zones de la Rioja et totalisent 90 ha.

La gamme

 Comme le domaine s’est fait une spécialité des cépages anciens, je passe rapidement sur les Jóvenes qui comprennent en blanc le Genoli-Viura, assemblage de 90% de Viura ou Macabeu et 10% d’autres cépages, un vin frais, sympa et croquant qui parle de fruits blancs. En rosé, Rosado issu d’une saignée de Tempranillo aux accents floraux et fruités, au relief légèrement tannique. En rouge, Tempranillo qui compte 7 jours de macération et offre un nez bien fruité qui rappelle les marmelades de mûre et de cassis teintées de sauge et de thym.

Varietales

De variedades de ayer nacen los vinos de hoy, des variétés d’hier naissent les vins d’aujourd’hui. Voici les quatre vins de ‘cépages’ qui composent la série Varietales. Une première pour le Maturana Blanca, comme pour la Tinta, jusqu’ici inconnue au bataillon des cépages.

Mais comment ne pas apprécier cette tendance aux cépages anciens qui refont surface. On comprend que nombreux furent abandonnés à cause de leur fragilité, leur rendement faible, leur maturité trop tardive et autres paramètres ennuyeux quand après le phylloxéra il fallait produire. Leur redécouverte et leur remise en chantier permettent d’un part de nous changer des sempiternels internationaux bien galvaudés par toutes les sauces auxquelles on nous les a produits. Et puis, une bonne fraction des cépages oubliés offre une maturité à moindre degré alcoolique ce qui dans l’évolution climatique est un nouvel atout. Plus un apport de complexité qui n’est pas à dénigrer.

Maturana Blanca 2017

La robe jaune blanc et un nez qui ne s’exprime guère. La bouche est plus prolixe et nous entraîne tout de go vers des horizons minéraux peuplés de bigarreaux, d’écorces de citron vert et de groseilles teintées de fenugrec. La bouche pleine, ample, avec une note saline bien marquée, me fait un peu penser au Godello qu’on trouve à Bierzo. Comme lui, il donne une impression tannique qui finit sur le poivre. La Maturana offre toutefois en plus un très agréable confort buccal dû au crémeux de sa texture. Élevage en cuve béton et 10% en barriques.
Le cépage semble être autochtone, on ne le trouve qu’en Rioja. Ses traces remontent au 17es et seraient la première authentification du cépage dans la région. Son homonyme rouge ne partage pas son ADN, il ne s’agit donc pas d’une mutation.

Maturana Tinta 2016

La robe grenat foncé se parfume de cerise poivrée et de fraise confite avec l’accent grillé du toast. La bouche droite aux tanins serrés mais bien veloutés offrent le léger rugueux du crêpe de Chine, texture délicate au caractère fruité, à la fraîcheur bien en place. Une force tranquille qui diffuse ses notes aromatiques avec douceur et constance.
Fermentation alcoolique et malolactique en barriques de chêne français, élevage sur lies de 10 mois.
La Maturana Tinta n’est autre que le Trousseau qu’on trouve en Jura. Et si le cépage est relativement répandu en Espagne comme au Portugal outre le Jura, son importance reste modeste. En Rioja, il n’y a guère que Ijalba qui mette le cépage en avant, mais l’idée de ces cépages particuliers fait son chemin…

Graciano 2016

Rubis sanguin, le nez peu expressif, mais la bouche pleine et ferme aux tanins fins, serrés qui libèrent un jus délicat. Vraiment élégant, il passe des fleurs aux fruits, des épices aux aromates et vice-versa, une suite aromatique qui évolue sans cesse, avec en plus un petit caractère sauvage qui accroît son charme.
Une vendange manuelle pour ce 100% Graciano vinifié en cuve inox, puis élevé en barriques de chêne français et américains pendant 10 mois.
Le Graciano se retrouve assez régulièrement dans les assemblages auxquels il ajoute de l’élégance et un soupçon de caractère, mais le voir seul est plus exceptionnel. On le trouve ailleurs, c’est le Bovale en Sardaigne et le Minustellu en Corse, le Morastell du Languedoc.

Tempranillo Blanco 2017

Blanc doré au nez qui hume la poire, le bigarreau, l’écorce de citron vert et le fenugrec. La bouche étonne par ses notes salines qui mettent bien en valeur les fruits tout en les rafraîchissant. L’impression tannique de la texture apporte un relief, trame qui structure ce vin ample et onctueux. La finale se poivre et donne envie d’y revenir sans cesse.
Macération pelliculaire de 10 heures, vinification en béton sauf 15% en barriques neuves, élevages de 3 mois sur lies.
Le Tempranillo Blanco est une mutation du cépage rouge. Elle a été identifiée en 1988, mais la première cuvée 100% Tempranillo blanco est due à Ijalba en 2005.

Ces variétés peu courantes, c’est un peu la signature Ijalba qui s’y est consacré depuis bien avant la tendance actuelle.

Los criados

Plus classiques, les cuvées à majorité de Tempranillo nous donnent toutefois une vision actuelle de la dénomination aux vins axés sur le fruit et l’élégance, sans néanmoins renier la tradition de l’élevage, mais bien maîtrisé. À l’image, le Crianza 2015, qui démarre sur les plantes aromatiques vite rattrapées par les confitures de fruits rouges, griotte et fraise en tête, groseille et framboise à la suite. La bouche dense aux tanins bien présents offre ce mélange de grillé légèrement toasté et de marmelades bien épicées ombrées de cacao et soulignées de réglisse. Une belle présence en bouche grâce à son caractère affirmé. Une dizaine de pourcents de Graciano complètent le Tempranillo. Élevage de 12 mois en barriques de chêne américain, plus une maturation de 6 mois en bouteille.

Le Reserva 2014 allonge la durée d’élevage, 18 à 22 mois, mélange barriques de chêne français et américain, renforce la présence du Graciano à 20%. Le grenat carminé de la robe reste bien intense, tandis que les fruits frais sautent au nez, la menthe nuance les senteurs de groseille et de fraise. On retrouve la note grillée. La bouche ample et fraîche avoue son élégance dès la première gorgée. L’assise minéral à la note saline porte les arômes fruités. Les tanins fins déroulent leur velouté. La longueur qui refait à l’envers le chemin fruité augure d’un avenir encore plus délicieux.

La Cuvée 2016 ou quand le Tempranillo s’accoquine de la Maturana Tinta en plus du Graciano. Un vin plus jeune, très tendance nouveau ‘style riojanais’ avec son fruité gourmand, sa fraîcheur mentholée, son quota d’herbes aromatiques. Déjà la robe rubis violacé en dit long sur le croquant du vin. La bouche confirme et ajoute de l’aérien, de la délicatesse, mais aussi du caractère, une trame tannique bien en place et puis cette générosité qui nous fait craquer !
Assemblage de 70% de Tempranillo, 20% de Graciano et 10% de Maturana Tinta. Fermentation en foudre et élevage de 10 mois en barriques neuves de chêne français. La déguster après les deux précédents ne la déforce en rien !

L’effet Ijalba

Rien ne se ressemble tout en ayant des traits communs, comme dans une famille nombreuse dans laquelle chaque membre possède son caractère mais ne peut nier sa filiation. C’est la gamme Ijalba, chaque cuvée possède son style propre, l’arrondit des tanins, le fruit généreux, les épices, … mais la trame, le fond les disent vins d’Ijalba. Déguster cette gamme, c’est une bonne façon d’appréhender le renouveau de la Rioja qui laisse une place de plus en plus importante à l’élégance, à la ‘buvabilté’, mais aussi au patrimoine viticole qui enrichit les assemblages. Certes Ijalba n’y est pas étranger. Sa vieille envie de remettre au goût du jour les cépages oubliés doublé d’une conduite biologique à contribué ‘sin embargo’ à ce mouvement de fond qui chamboule lentement mais sûrement la vieille dame qui semble aujourd’hui enfin prendre un ‘coup de jeune’.

https://ijalba.com
www.hetwijnmagazijn.behttps://artevino.bewww.wijnhandelvandenbossche.be

Marc Vanhellemont

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

 

Laisser un commentaire