Musée de Lodève en Larzac et Salon en Alsace

22/08/2018 - Le vin, c'est comme la culture, il en faut pour tous les goûts, le grand public et les aficionados...

Millésime Alsace: l’élite ou la masse ?

Ce salon s’est déroulé en juin, 107 domaines viticoles y présentaient leurs vins. Au grand dam d’autres domaines qui n’ont pas eu cette chance. Motif ?
Ils ont été pris de vitesse par la règle de l’attribution des stands disponibles aux premiers inscrits. Les déçus remettent en cause bien sûr ce critère de sélection décidé par le Comité Interprofessionnel des Vins d’Alsace qui a remis la main sur l’organisation.
Ce salon avait été relancé par l’actuel propriétaire du domaine « Martin Schaetzel par Kirrenbourg », l’homme d’affaire Marc Rinaldi. Ce dernier avait choisi un critère différent, à savoir réserver ce salon aux domaines qui obtiennent les plus hautes évaluations par la presse, travaillent à l’international et vendent à prix suffisamment élevés.
Bref, le débat peut se résumer ainsi: élitisme ou démocratie?
Un très renommé vigneron alsacien (non, il ne s’agit pas de J.M. Deiss !) me disait : «25 % des domaines ici présents ne devraient pas y être. Car ils ne valorisent pas l’image de l’Alsace comme productrice de grands vins. Ce qui était pourtant l’objectif de Rinaldi».
Que décidera le CIVA pour la prochaine édition en 2020 ?
Bernard Arnould

 

Les Terrasses du Larzac dédient une cuvée à la réouverture du Musée de Lodève

Le Musée de Lodève, implanté au cœur de l’ère de dénomination des Terrasses du Larzac, rouvre ses portes après quatre ans de travaux sur une nouvelle muséographie de ses collections permanentes et une exposition inaugurale : « Faune, fais-moi peur ! Images du faune de l’Antiquité à Picasso ». Reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture, elle fait dialoguer des œuvres d’époques et de techniques différentes autour des multiples facettes de cet être mystérieux : hybride, espiègle, érotique, dont la joie de vivre est souvent rattachée aux plaisirs bachiques du vin, de la danse et de l’amour.

Une cuvée spéciale a été lancée pour l’occasion, dont l’étiquette est à l’effigie du faune, une figure mythologique qui porte en lui toute la facétie des Terrasses du Larzac : une trame commune de fraîcheur, l’éclat et la jeunesse des terroirs de schistes de Saint-Jean-de-la-Blaquière et les argilo-calcaires plus austères de Jonquières, mais avec une jolie structure pour la garde. Cette cuvée sera commercialisée 15 euros la bouteille dans la boutique du musée et dans les boutiques de l’Office de tourisme de Lodève et de la Baume Auriol à Saint-Maurice-Navacelles. On le retrouvera dès cet été dans les restaurants gastronomiques du Lodévois. Autrement dit, le partenariat se colore de mécénat, offrant la possibilité aux visiteurs du musée, d’acquérir au prix caveau une cuvée collector de cette pépite des AOP du Languedoc (tarifs entre 15 et 25 euros la bouteille pour un Terrasses du Larzac).

Pour les autres News cliquer ici

Laisser un commentaire