In Vino Veritas

vasco

BAN Vasco

gare

 

Lundi 05.10.2015 de 10h30 à 18h30
Dégustations exceptionnelles de vins et spiritueux

Gare de Schaerbeek – Musée du Train 

Rencontre privilégiée avec plus de 40 producteurs / Master Classes / Lunch Buffet
WWW.SAVOURSDAY.COM

MASTER CLASS (INSCRIPTIONS SUR PLACE)

  • Cocktail’s Spirit (Gin)
  • Le café Másalto dans tous ses états
  • Les 4 terroirs de Châteauneuf-du-Pape par Ogier,
  • Intervention de César Roman, meilleur sommelier Gault&Millau 2015

WINE DINNER RESTAURANT BALTHAZAR
by PIERRE BALTHAZAR (The Hotel)

19h30 • Accueil à « The Hotel»
Boulevard de Waterloo, 38 – 1000 Bruxelles
Vous souhaitez dîner en compagnie de nos producteurs ?
Inscrivez-vous au plus tard le 18/09/2015.
Prépaiement impératif : 65€ / pers. TVA incluse (Champagne Taittinger,
vins et autres boissons offerts par VA.S.Co). Nombre de places limité !
Pour plus d’infos : info@vascogroup.com
UNIQUEMENT SUR INSCRIPTION PRÉALABLE ET PRÉPAIEMENT
WWW.SAVOURSDAY.COM

AOP Savennières : elles sont trois, elles sont minérales.

Château de Varennes 2013  Vignobles Alain Châteauchateau-de-varennes-vin-blanc-2012 1

Complexité du nez associant fougères, tilleul, pamplemousse, pommes cuites et minéralité poivrée. La trame de bouche, construite sur l’acidité et le minéral, offre donc de la vivacité mais dans l’harmonie grâce à un fruit mûr. Finale épicée.
Idem 2012
Fruits blancs, minéralité au nez, bouche saline dominée par le duo amer minéral-acidité www.domaine-belle-rive.com
www.vascogroup.com

Huîtres et Muscadet

GÇnaudiairesDomaine des Genaudières 2012, Muscadet Coteaux de la Loire sur lie, Athimont et ses enfants.

Un Muscadet classique au bez élégant d’agrumes et d’ananas. La bouche présente une matière à la fois fruité, fraîche et saline. Voilà qui convient très bien au caractère sucré-salé de l’huître. 7.55€ www.vascogroup.com  –www.domaine-genaudieres.fr

Nouveautés – Bubbles

Bernard Massard – Méthode Traditionelle - Cuvée de L’Ecusson – Brut

Bernard Massard – Méthode Traditionelle - Cuvée de L’Ecusson – Brut

La cuvée de prestige de la maison, composée de chardonnay, pinot blanc et riesling, au vieillissement de 24 mois, nous a rapidement convaincus des qualités de la matière. La robe pâle aux reflets verts tendre laisse s’envoler une myriade de fines perles en continu. Olfactivement, l’expression s’avère fraîche et agréable. Le nez offre des notes de pommes golden, d’amandes, de poires mais également du chocolat blanc. En bouche, l’explosion directe rafraîchit le palais avant de s’ouvrir sur une belle amplitude. Le dosage bien intégré donne sur la longueur une excellente droiture où la rétro-olfaction laisse apparaître des notes briochées. Que ce soit à l’apéro, sur des mises en bouche contenant des crustacés, des viandes blanches charnues ou une tarte Bourdaloue (Poires) le jus s’apprécie. Voilà un beau rapport qualité-prix.
A noter que si Bernard Massard utilise d’autres apports pour ses autres cuvées, celle-ci est 100% luxembourgeoise. 12.90€
www.bernard-massard.lu/fr

Fontanafredda Barolo Serralunga d’Alba 2009

Fontanafredda Barolo Serralunga d’Alba 2009

Ce pur Nebbiolo doit son nom à la localité dont il est issu, Serralunga, célèbre pour son château perché… et ses jolies vignes qui semblent onduler sous le soleil, au cœur de la DOCG Barolo. Un vignoble d’altitude, planté sur du grès.
Ce vin conjugue notes florales, fruitées et épicées au nez, avec en bouche des fruits secs, du tabac blond et du moka, pour finir sur des nuances subtiles d’eau de rose et de liqueur de noix. Ce 2009 ne fait pas son âge. «Quelle prestance!», s’est exclamé un de nos dégustateurs. C’est le mot. Et quelle émotion aussi. 34.10€
www.fontanafredda.it/web/en/home/

La dégustation IVV
Quelques Colheitas de chez Barros – 10/2014

Par une belle après-midi de mai, un petit panel de dégustateurs d’IVV s’est penché sur un petit panel de Portos pas tout à fait comme les autres, les Colheitas de la maison Barros.
En vieil amoureux du Portugal, c’est Luc Charlier qui se colle (et ta !) à la rédaction des commentaires.

barros

Commençons par le début. Qu’est-ce qu’un porto de type « Colheita » ? Ce terme veut dire «récolte» ou «cueillette» en portugais. Pour vendange, on utilise « vindima ». Il s’agit en fait d’un vin fortifié (muté à l’alcool vinique, comme tous les Portos) provenant d’une seule récolte, mais pas forcément d’un seul vignoble. Jusque-là, aucune différence avec le célèbre «Vintage». Par contre, une Colheita devra passer au moins sept années de son existence dans des foudres de bois avant d’être mise en bouteille. Ceci assure une oxydation progressive du vin, et sa transformation vers le style d’un «Tawny», avec toute sa litanie d’arômes oxydatifs liés à l’apparition de composés volatils très aromatiques (aldéhydes, cétones, dérivés du sotolon et esters des acides gras) ainsi qu’un passage vers des tons marrons, orangés ou ambrés. Pour faire simple, une Colheita, c’est un Tawny millésimé d’au moins 7 ans d’âge.

Dans mon expérience néanmoins, les meilleures Colheitas ont souvent passé beaucoup plus que 7 ans dans le bois. De même, elles proviennent souvent – mais pas forcément – d’années exceptionnelles, qui ont souvent vu la déclaration de nombreux vintages également. Sans remonter à Mathusalem, ni singer les experts autoproclamés qui ne jurent que par des bouteilles «exceptionnelles», les millésimes 1963, 1970, 1977 ont donné de très belles Colheitas, et de beaux Vintages en même temps.

Parlons à présent de choses plus récentes. Quoique…

Barros et moi

Prestigieuse maison de style très portugais, Barros est passée en 2006 dans le giron de Sogevinus, un groupe lié à une banque de Galice. Je n’ai pas eu de contacts avec eux depuis mon installation dans le sud de la France et c’est donc «vierge» de tout a priori que j’ai découvert la gamme mise à notre disposition chez IVV.
Enfin presque. Car par le passé, j’étais un inconditionnel des Colheitas de cette maison, au point d’avoir racheté à l’importateur de l’époque tout son reliquat de stock (environ 40 bouteilles) du millésime 1977, qui était exceptionnel. Avec ce que produisaient Niepoort, Andresen, Burmester et Kopke, il s’agissait de mes vins favoris dans ce type. Ensuite, lorsque Christian Seely a commencé à mettre couramment en bouteille les Colheitas de Noval hébergées au-dessus de Pinhão, ce producteur a rejoint ma liste.

 

porto-barros-colheita-1979-vin-porto-sogevinus

Tawny Barros
Pour s’étalonner, voici le «Tawny de base» de la maison. Presque tout le monde parmi les dégustateurs réunis par IVV parle d’arômes de cerise, mais on évoque aussi un certain brûlant, du caramel et même le céleri. L’une d’entre nous écrit même: «Pas trop d’intérêt». Personnellement, je n’apprécie pas trop non plus.
Je ne trahirai pas de secret en expliquant que, parfois (souvent ?), le Tawny est un mélange de Porto Ruby et … d’autre chose (Porto blanc, vin oxydé …), visant à obtenir vite ce que seul le temps (3 ou 4 années d’élevage oxydatif) devrait fournir. Je ne dis pas forcément que c’était le cas ici.

Barros 10 years of age
J’avais immédiatement pensé à ce type – nous dégustions à l’aveugle, totalement, en ne sachant même pas de quoi l’échantillonnage était constitué. Et là, le miracle du Porto Tawny opère. Il s’agit d’un vin tuilé, à l’attaque vive et aux arômes d’orange amère, avec une finale souple, harmonieuse. Certains le trouvent encore un peu alcooleux. En fait, c’est un dix ans d’âge de type «jeune», frais et facile. Je vous conseille de le rafraîchir un peu, de le servir avec des amandes grillées et… plutôt à l’apéritif (si, si). Certains autres shippers proposent des «10 years old» plus complexes, qui doivent alors filer vers la fin du repas.

Barros 2004
Robe carrément orangée, sensation de crème en bouche et bonne longueur ; les arômes vont vers la vanille et les notes d’élevage (whisky, cognac diront certains). Vous savez qu’on « rectifie » le taux d’alcool au moment de la mise, car le titre alcoolométrique doit légalement se situer entre 19,5 et 21,5% vol. L’eau-de-vie utilisée à ce moment-là peut influencer le résultat final.
NB: mis en bouteille en 2013

Barros 1989
On doit faire le parallèle avec le précédent mais la bouche est plus souple et le nez plus goudronné. La longueur augmente et les cerises à l’eau-de-vie réapparaissent, avec beaucoup de densité. Nous avons été unanimes à apprécier ce beau vin dense et puissant.
NB: mis en bouteille en 2011

Barros 1983
Robe très tuilée et nez de fruits secs et de vanille, avec du rancio. Par contre, la finale est jugée un peu sèche par certains, courte par d’autres. J’ai même lu « fade » sous la  plume d’un de mes camarades.
NB: mis en bouteille en 2013

Barros 1974
Tout paraît «jeune», bizarrement : la robe, la fraîcheur en bouche, les arômes fruités. Ce vin a convaincu et, en même temps, nous aimerions redéguster une mise faite dans 10 ans du même assemblage. Il y gagnerait sans doute encore.
NB : mis en bouteille en 2014

Barros 1966
Nous retrouvons tous le caramel, mais aussi de la fraîcheur, du raisin sec, du gingembre et du café torréfié. En fait, les notes de mes co-dégustateurs décrivent des dizaines d’arômes et signent un point commun : la complexité. Voici réellement un grand vin de méditation, d’après repas ou … de gâteau au chocolat ou au moka. Si le Partagas ne m’essouflait pas au point que je n’en fume plus, ce serait un bon compagnon.
NB : mis en bouteille en 2013

Barros 1964
Dégustation assez similaire, en un poil plus râpeux et plus sec.
“Not very much too choose between them both” diraient les amateurs britanniques. Personnellement, j’admets une petite préférence pour le précédent.
NB : mis en bouteille en 2014

Je sais que le monde se focalise sur les vintages, et je les apprécie aussi. Mais ces vieux Tawnies millésimés représentent pour moi l’aboutissement final de l’art du producteur de Porto. En outre, vous pouvez conserver plusieurs semaines une bouteille entamée … si vous avez le courage de résister à la tentation perpétuelle d’en boire, d’en reboire et d’en reboire encore.

Luc Charlier

www.porto-barros.pt

Les belles parcelles de Gérard Bertrand

La réussite de ses activités de négoce ne doit pas faire oublier les racines de Gérard Bertrand, à savoir le domaine familial de Villemajou. Ni les autres domaines rachetés au fil du temps, aux quatre coins du Languedoc. D’autant qu’il les mène résolument vers toujours d’expression, de personnalité.
L’illustration ultime de cette recherche, c’est la gamme des «Parcelles» ; des vins issus de micro-terroirs sélectionnés au sein de domaines exploités en propre. Nous les avons dégustés pour vous, ajoutant, pour faire bonne mesure, le Château de la Sauvageonne. A l’évidence, ces différentes cuvées ont fait l’objet de beaucoup d’attention (analyses de sols, suivi de la vigne, élevage). Plus important encore, le résultat est là, dans la bouteille, qui n’attend plus que votre bon plaisir…

Gardarem lou Larzac… e la Sauvageonne !

produits_photo1_32produits_photo1_10produits_photo1_122

 

 

 

 

 

 

 

 

Languedoc Château La Sauvageonne Grand Vin 2012 (Blanc)

Ce domaine d’altitude des Terrasses du Larzac est entré dans le giron du groupe en 2011. C’est un terroir particulièrement bien adapté aux blancs, grâce aux fortes amplitudes thermiques entre nuit et jour en été. La cuvée de blanc assemble Vermentino, Grenache Gris et Viognier. Elevage partiel en barriques pendant six mois.
Sauvageonne, peut-être, mais pas farouche au nez: celui-ci est du genre explosif, très fruité (maracuja, abricot, pomme, amandes fraîches), avec un très léger perlant ; en bouche, des épices viennent chatouiller la langue; c’est ample, riche et pourtant assez vif; en finale, une jolie pointe saline vient prolonger le plaisir du gras. 15/20

Le vol de l’Aigle

Limoux Domaine de l’Aigle, Aigle Royal Chardonnay 2012
On  change de cépage et de lieu – la Haute Vallée de l’Aude, en AOC Limoux, là où le Chardonnay a trouvé une seconde patrie. La parcelle est plantée de vignes à forte densité, conduites en espalier. Elevage en barriques entre 7 et 8 mois.
Au nez, on décolle bien vite de Limoux pour les tropiques (papaye, mangue, ananas) pour y revenir avec des essences plus méditerranéennes (myrte, fenugrec). Le bois est présent, mais pas envahissant, le dosage est parfait pour donner un peu de rondeur, de volume et de gras, sans déséquilibrer l’ensemble. Attendre encore un peu pour que la « fusion » soit parfaite. 14,5/20

Ayant chanté tout l’été…

Domaine de Cigalus  2011 (rouge)
Gérard Bertrand a fait l’acquisition de ce domaine en 1995. Ses sols limoneux-argileux sur grès en font un terroir aussi adapté aux cépages blancs qu’aux rouges (méditerranéens et internationaux). Certains de ces cépages n’étant pas admis dans le cahier des charges des AOC Corbières ou Languedoc, les vins de Cigalus doivent se contenter d’un IGP. Peu importe, en ce qui nous concerne. Cette cigale nous chante la belle mélodie de vins où le lieu transcende les variétés, d’autant qu’elles sont utilisées en assemblage (pas moins de 7 cépages pour le rouge, pas vraiment le choix de la facilité!).
Le Cigalus rouge 2011 nous propose un panier de fruits rouges bien mûrs (framboise, groseille) à la fois juteux et croquants, auxquels se mêlent des épices (laurier, poivre, thym, poivron doux), du fumé et du café vert. Il présente une grosse structure en bouche, de beaux tannins; le boisé est fondu, il s’exprime dans un registre grillé, truffé, et non vanillé. Le genre de vin qui ne laisse pas indifférent – notamment son côté fumé/torréfié. 15/20

produits_photo1_120produits_photo1_119produits_photo1_123

Et voilà le Viala !

Le Viala Minervois La Livinière 2011
Ce vin est issu d’une sélection de parcelles du Château Laville-Bertrou, acquis par Gérard Bertrand en 1977. Un lieu-dit exposé plein Sud, surplombant la Livinière. Sols: «marnes décapées, grès calcaires et calcaires compacts. Assemblage: Syrah, Grenache et Carignan. Elevage: 12 mois de fût neuf.
Si vous doutez encore du potentiel du Languedoc à produire de grands vins de garde – tout en préservant une qualité de fruit et une étonnante souplesse, voilà le Viala! Le nez évoque la questsche et la cerise noire bien mûre ; les épices déboulent dans la foulée, en rangs serrés – thym, coriandre, bientôt rejoints par des notes plus suaves de moka et de cuir; aux tannins très juteux viennent se superposer grillé et truffe en finale. La complexité d’une matière exceptionnelle, dont l’élevage n’a rien gommé, mais qu’il a magnifiée, soulignée d’un joli trait. 17/20

 Que La Forge soit avec toi !

Corbières Boutenac «La Forge» 2011
Ce vin est issu d’une sélection de parcelles (Syrah et Carignan) du domaine de Villemajou; au lieu dit «La Forge». Tout simplement.
Au nez, le fruit noir (cassis, mûre), s’habille de cuir, mais aussi d’épices (poivre noir, réglisse) et de fumé; la bouche présente une belle charpente. Pas de vanille, juste un peu de grillé et de moka, un très bel élevage. C’est puissant, mais soyeux jusqu’en finale.
« Une poigne de fer dans un gant de velours », comme dit l’expression consacrée; ou plutôt, l’élégance d’un vrai seigneur dans un maillot de rugby… 16/20

Clape de fin

L’Hospitalitas 2011
Au sein du vignoble du Château de l’Hospitalet, à La Clape, cette parcelle est située au pied d’une falaise qui l’abrite du vent du Nord. Côté sols, on trouve à la fois des marno-calcaires et des sols rouges sur calcaire – deux éléments qui concourent à la finesse et à la concentration du vin.
Au nez, d’emblée, c’est une belle envolée d’arômes de fruits noirs et de cuir, et puis, dans leur sillage gourmand, déboulent les épices; allez savoir comment, le romarin et le thym de la garrigue ont sauté dans le verre.
En bouche, c’est opulent, solaire, mais aussi étonnamment frais (il y a une superbe touche d’eucalyptus et de menthe en finale). La somme vaut plus que l’addition des éléments, des arômes, des textures, ce vin a du fond, une matière, une sorte de magie, la coexistence pacifique mais improbable de plusieurs couches de saveurs. 17/20

Terminons par une citation de Gérard Bertrand lui-même : «Un grand vin n’est rien d’autre que l’accomplissement d’un homme dans sa recherche d’absolu, de perfection, de raffinement, d’excellence au service de son terroir». Avec les «Parcelles», il applique son programme à la lettre.

Hervé Lalau

Melchior*/Drinks Dubuisson/La Casière/Paradise Drinks/Rob Gourmet’s Market/La Grande Epicerie/Wine Square/B.L. Vins/Meryvin/Stassen Vin/Wijnen & Drankenhandel Vets/ijnen Moniez/Verhelst Drankencentrale/Wine Select/Concept Vins/Drankendiscount Het Tolhuis/Bacchus Knokke/Caves de Bordeaux/Werbrouck Wijnhuis
www.gerard-bertrand.com