Les Côtes du Rhône Villages (suite)

02/11/2015 - Pour la suite de notre balade de Villages en Villages (voir notre article du 19 juin), place aux sols plus anciens - de quelques millions d’années, pour les terrains du Miocène (Tertiaire), à plus d’une centaine de millions d’années, pour les calcaires jurassiques du Secondaire.

En remontant du Sud au Nord

Massif d’Uchaux

Vigne (Massif d'Uchaux) / Vine (Massif d'Uchaux)Dans le prolongement de Rochegude vient le Massif d’Uchaux, une entité géologique à la fois bien ventée et abritée par de nombreux bois et bosquets.
Arpenter ses calcaires délités n’est guère aisé et rend compte tout de suite de la difficulté à travailler un tel sol. C’est Éric Michel qui nous a mis la puce à l’oreille il y a quelques années. La qualité de ses vins indiquait qu’il fallait s’y intéresser de plus près. Depuis, d’autres l’ont rejoint, comme le très raffiné Château Saint Estève d’Uchaux, l’espiègle Cabotte ou encore l’épicé Simian (pour les premiers qui viennent à l’esprit). Cette appellation en devenir nous réserve sans doute encore de nombreuses bonnes surprises, vu l’enthousiasme, la créativité et l’émulation qui y règnent.  

coupe_massif-d-uchaux

 

Superficie en production : 215 ha
Volume produit : 5.431 hl  (rouge uniquement)
Encépagement : Grenache (50% minimum), complété d’au moins 20% de Syrah et/ou de Mourvèdre.
Une partie du vignoble a obtenu l’appellation Côtes du Rhône dès 1937. En 1983, l’ensemble passe en appellation Côtes du Rhône Villages. Et c’est en 2005 que le Massif d’Uchaux est consacré Côtes du Rhône Villages avec dénomination géographique.

Visan

Visan, automne / Visan autumn

L’appellation faisait partie de «L’Enclave des Papes» et s’en réclame encore. Mais qui réclame du Visan? L’appellation ne manque pourtant pas de qualités, à commencer par son terroir qui mélange des sols anciens de marnes et de safres à des dépôts plus récents faits de galets et de cailloutis calcaires. Les pentes parfois douces, parfois fortes, orientent le vignoble pour les meilleures expositions. Là, Grenache et Syrah s’assemblent pour former un duo qui aime mettre en évidence la gourmandise du fruit tout en le soulignant d’une fraîcheur dont la sapidité rappelle celle des agrumes. Le Domaines Florane des Fabre, ou le Domaine Dieulefit de Rémi Pouizin, en sont des exemples pertinents.

coupe_visan

Superficie en production : 414 ha
Volume produit : 12.484 hl (92% de rouges, 4% de rosés et 4% de blancs)
Encépagement : Pour les rouges, 50% de Grenache minimum complété d’au moins 20% de Syrah et/ou de Mourvèdre. Idem pour les rosés, avec la possibilité d’ajouter un maximum de 20% de cépages blancs à l’assemblage. Pour les blancs, Grenache blanc, Clairette blanche, Bourboulenc et Viognier.
C’est en 1967 que le vignoble obtient son classement en Côtes du Rhône Villages Visan.

 

SVL2015_InVinoVeritas_960x180_FR

Obliquons au Nord-Est…

Valréas

Vignoble (Valreas) / Vineyard (Valreas)

Ici, la vigne semble courir sur les collines. Capitale de l’Enclave, Valréas charme par ses courbes sensuelles qui portent en elles le terrain propice à l’éclosion de cuvées à la fois croquantes et raffinées. C’est grâce à son altitude (jusqu’à 400 mètres), qui en  fait un terroir au climat méditerranéen frais, rafraîchi encore par le courant d’air froid qui descend des Alpes. Il faut savoir en jouer comme le font avec expertise les Bouchard, au Domaine des Grands Devers, ou d’une façon plus intuitive Stéphane Vedeau, au Clos de la Petite Bellane. Les sols dessinent un véritable patchwork de terrasses caillouteuses du quaternaires, de buttes de safres et collines marneuses du Miocène.

coupe_valreas

Superficie en production : 479 ha
Volume produit : 12.500 hl (dont 1% en blanc)
Encépagement : En rouge,50% de Grenache minimum, complété par 20% minimum de Syrah et/ou du plus rare Mourvèdre. Côté blancs, au minimum 80% des cépages suivants : Grenache blanc, Clairette blanche, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc, Viognier.
Le vignoble a été consacré Côtes du Rhône Villages Valréas en 1967.

Saint-Pantaléon-les-Vignes

Vigne (Saint Pantaleon les Vignes) / Vine (Saint Pantaleon les Vignes)

Ici, la lavande est plus répandue que la vigne, qui ne compte que 25 ha en production. Pourtant, il y a cent ans, la mairie demanda d’ajouter «les vignes» au nom du village, histoire de faire reconnaître l’importance du vignoble… de l’époque. Invoquons Saint-Pantaléon, dont le nom, qui vient du grec, veut dire «le tout miséricordieux», afin qu’il remette à l’honneur la production de ce village aujourd’hui presque oublié. Plus sérieusement, son terroir est sa force : les parties sableuses engendrent des vins élégants aux tanins soyeux, tandis que les parties plus argileuses en coteaux génèrent des vins aux structures un peu plus fermes tout en restant délicats.

coupe_stpantaleon

Superficie en production : 25 ha
Volume produit : 935 hl
Encépagement : il faut 50% minimum de Grenache dans l’assemblage des vins rouges, complété de 20% minimum de Syrah ou de Mourvèdre, les autres cépages admis dans l’appellation ne pouvant dépasser les 20%.
Les rosés suivent la même règle, ils peuvent toutefois compléter l’assemblage par des cépages blancs à raison de 20% maximum.
La dénomination géographique Saint-Pantaléon-Les-Vignes a été reconnue en 1969.

Rousset-les-Vignes

Rousset-les-Vignes,_view_on_village

Comme son voisin, le vignoble de Rousset-les-Vignes a connu des jours meilleurs. Pourtant, ses grandes étendues de grès coquillés lui donnent un atout majeur, des vins rouges fins et digestes, aux tanins délicats comme une dentelle d’Alençon. De plus, le village, les paysages sont à couper le souffle, un avantage non négligeable pour le travail de son image. Mais aujourd’hui, ses 37 ha en production ne permettent guère d’émerger sur le marché.

coupe_rousset

Superficie en production : 37 ha
Volume produit : 1.220 hl dont 97% de rouges, 2% de blancs et 1% de rosés
Encépagement : En rouge, Grenache majoritaire, avec 20% minimum de Syrah et/ou de Mourvèdre. Idem pour les rosés de saignée ou de pressurage direct, éventuellement complétés de cépages blancs (Grenache, Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et Viognier) à concurrence de 20% maximum de l’assemblage.
En blanc, Grenache blanc, Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et Viognier doivent représenter au minimum 80% de l’assemblage.
La dénomination Côtes-du-Rhône Villages Rousset-les-Vignes date de 1969.

Demi-tour plein Sud

Puyméras

Cotes du Rhone Villages Puymeras /

L’entité se présente comme un véritable patchwork. La variété des sols, des orientations, des pentes de douces à raides et des altitudes (de 220 à 600 mètres) déterminent le style des vins. Ensemble encore influencé par les flux d’air engendrés par le mont Ventoux sur lequel s’appuie l’appellation. Par conséquent, sa richesse est la diversité. Cave La Comtadine à Puyméras, qui couvre presque 80% de la production, illustre bien cette grande variation de terroirs. Sa gamme de vins va de l’austère au tendrement fruité. 

coupe_puymeras

Superficie en production : 127 ha
Volume produit : 4.885 hl dédiés au seul vin rouge
Encépagement : 50% minimum de Grenache complété par au moins 20% de Syrah et/ou de Mourvèdre. Les autres cépages de l’appellation sont admis à raison de 20% maximum.
Classé A.O.C. Côtes du Rhône Villages depuis 1979, le vignoble de Puyméras a obtenu la dénomination géographique en 2005.

Roaix

Cotes du Rhone Villages Roaix /

Quand on se balade le long des petits chemins qui arpentent le vignoble, on est frappé par la beauté du paysage, sa variété, ses couleurs, ses parfums. Une question saute tout de go à l’esprit, comment se fait-il qu’un endroit pareil soit aussi méconnu, alors que l’appellation Villages existe depuis 1967?
Mais gageons que cela va changer. Depuis peu, une poignée de vignerons sortent de belles bouteilles et offrent un nouvel éclairage à la belle oubliée. Que ce soit Élodie Balme ou Gilles Ferran du Domaine des Escaravailles ou encore Olivier Tropet du Domaine Pique-Basse, tous ont à cœur de représenter dignement ce terroir de marnes multicolores.

coupe_roaix

Superficie en production : 137 ha
Volume produit : 3.408 hl (98% de rouges, 1% de blancs et 1% de rosés).
Encépagement : pour les rouges, 50 % de Grenache pour 20% minimum de Syrah et/ou de Mourvèdre, accompagnés d’autres cépages admis à hauteur de 20% maximum. Idem pour les rosés, avec éventuellement l’ajout de cépages blancs (Grenache, Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et Viognier) à concurrence de 20% maximum.
Pour les blancs, le Grenache blanc domine à plus de 80% et se complète de Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et Viognier.
Le vignoble de Roaix a reçu l’appellation Côtes du Rhône Villages avec nom de commune en 1967.

Séguret

Cotes du Rhone Villages Seguret /

Séguret, c’est un peu comme Gigondas, en plus petit et en moins haut. L’entité possède les mêmes types de sols, anciennes terrasses de l’Ouvèze, bande de safre et duo marne et calcaire sur le dessus. Et comme Gigondas, elle favorise l’assemblage des trois types de terrains, histoire d’offrir des vins bien équilibrés. Une jolie brochette de vignerons met en valeur ce terroir qualitatif, selon des approches différentes, traditionnelles, en mode biologique ou encore abordé avec un regard extérieur, voire étranger. Malgré ces nuances, les vins offrent presque systématiquement fraîcheur et gourmandise et sont aussi empreints d’un charme authentique, à l’image du village. 

coupe_seguret

Superficie en production : 461 ha
Volume produit : 13.092 hl dont 92% de rouges, 5% de rosés et 3% de blancs
Encépagement : en rouge, 70% minimum de Grenache, complété d’au moins 20% de Syrah et de Mourvèdre.
En rosés, Grenache majoritaire, associé à plus de 20% de Syrah et de Mourvèdre, ainsi qu’aux autres cépages admis par l’appellation (Cinsault…) mais limités à 20%.
Les vins blancs sont constitués majoritairement de Roussanne et de Marsanne, associées au Grenache blanc et à la Clairette.
Le vignoble a été consacré Côtes du Rhône Villages Séguret en 1967.

Sablet

Ville de Sablet / Sablet Town

Son nom parle d’évidence, ici, les sols sableux règnent en maître. Quoique… le vignoble se prolonge en partie sur les alluvions anciennes du Plan de Dieu et sur les éboulis calcaires à matrice marneuse des flancs Nord des Dentelles de Montmirail. Les terrains de safres initient des vins très élégants à la texture aérienne, l’assemblage avec les jus issus des deux autres substrats renforce leur structure et les impressions tanniques. Les gammes des domaines des Pasquier ou Piaugier traduisent fort bien les possibilités offertes, tout comme les cuvées de Vasco Perdigo, qui a repris le domaine Chamfort.

coupe_sablet

Superficie en production : 340 ha
Volume produit : 9.922 hl dont 90% de rouges, 8% de blancs et 2% de rosés.
Encépagement : majorité de Grenache, complété de Syrah et/ou du Mourvèdre à hauteur de 20% minimum. Les autres cépages de l’appellation sont admis à concurrence de 20%. Idem pour les rosés, éventuellement complétés de cépages blancs à concurrence de 20% (Grenache blanc, Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et Viognier).
Plus de 80% de l’assemblage des blancs doit comporter du Grenache blanc, de la Clairette, de la Marsanne, de la Roussanne, du Bourboulenc et du Viognier.
Le vignoble a obtenu l’appellation Côtes du Rhône Villages Séguret en 1967.

Avant de nous quitter… Cairanne

Le Côtes du Rhône Villages Cairanne ambitionne depuis plus de vingt années de gravir l’échelon du cru. L’INAO a finalement accepté le dossier en février dernier. L’entité étiquettera donc bientôt ses rouges et ses blancs avec la mention «Cru». On ne peut qu’augurer d’un bel avenir, Cairanne ayant de tout temps élaboré des vins à la fois complexes et raffinés.
Le troisième volet complétera les deux premiers par une série de commentaires de coups de cœur issus d’une grande dégustation qui regroupera tous les Côtes Villages avec nom de commune.

Marc Vanhellemont  

Pour accéder aux autres Dossiers IVV, cliquer ici

 

Carte des Vins des Cotes du Rhone / Carte des Vins des Cotes du Rhone

 

 

Laisser un commentaire