Révelette et La Font des Ormes

20/05/2016 - Merlot, syrah, marselan, cabernet sauvignon, grenache et carignan.
Un cocktail explosif pour deux vins du Rhône qui ne vous laisseront pas indifférents.
Que du bonheur !

Le Grand Rouge du Domaine Révelette 2013
Vin de Pays des Bouches du Rhône

revelette

Depuis l’acquisition du domaine, en 1985,  Peter Fisher s’est totalement investi dans la culture bio; sa rencontre en 1992 avec Claude Bourguignon, le célèbre micro-biologiste des sols, l’a poussé encore plus loin dans la connaissance fine du vivant et du minéral.  Sa propriété compte 90 ha dont 30 de vignes, celles-ci se répartissent sur 17 parcelles et accueillent pas moins de 11 cépages. Situé à une trentaine de kilomètres au nord d’Aix (à Jouques), le domaine est isolé et remarquablement  préservé, il est aussi le plus septentrional de l’appellation Coteaux d’Aix-en-Provence.
Son isolement et son altitude (entre 330 et 400m)  permettent un équilibre naturel, les nuits fraîches favorisent ce caractère bien trempé propre à Révelette. La personnalité des vins qui en sont issus exprime bien cette ambivalence à la fois sudiste (fruits mûrs et généreux) et nordique (tension et fraîcheur portées par l’acidité).
L’assemblage de ce Grand Rouge se compose de Syrah (51%), de Cabernet sauvignon (29%), de Grenache (15 %) et  d’une pincée de Carignan (5%). La vendange est manuelle et égrappée, la vinification s’opère en levures indigènes et la cuvaison est longue. L’élevage (14 mois) se fait ensuite en barriques mais avec seulement 20% de bois neuf ; pour le reste ce sont des fûts de un à cinq vins qui sont utilisés.
Dans le verre, le vin affiche une robe carminée intense, resplendissante de jeunesse. Au nez, une purée de fruits noirs fraichement pressés nous aborde, elle est assistée par d’espiègles notes de cardamone, de cade et de poivre. Ce petit caractère sauvage nous titille joyeusement jusqu’au moment où l’on porte le nectar en bouche ; le second acte se révèle puissant par son attaque et d’une grande droiture. L’expression fuitée est nette et généreuse, tandis que la structure tannique impose subtilement sa réserve. Cela se traduit par une élégance à la fois retenue et invitante. Tout est bien ciselé, le dessin montre une trame serrée où les angles sont polis. Une certaine tension nous garde les sens en alerte et nous invite sans cesse à revisiter ce Grand Rouge qui porte si bien son nom. www.revelette.fr
www.cavedesoblats.comwww.wijnhuisvandenbulcke.be – Jacques Delire

revel1

Domaine La Font des Ormes – Igp Pays de Caux 2014

VIN-DE-PAYS DE CAUX La Font des Ormes

Guy Cazalis de Fondouce, psychiatre de profession, reprend en 2002 le vieux domaine familial dans l’idée de le redresser. Rapidement il se pique au jeu et fait appel aux illustres microbiologistes des sols, Claude & Lydia Bourguignon, pour connaître ce que son terroir «a dans le ventre». Ceux-ci mènent une expertise en profondeur et ils y découvrent une rareté géologique sur une parcelle nommée «Le Mexique» : du calcaire sur basalte. A partir de là, le domaine achète peu à peu des parcelles sur ces terrasses prometteuses et nourrit une collaboration fidèle avec le couple Bourguignon. Depuis lors (2004), le domaine s’est métamorphosé, plus question de livrer les raisins à la coopérative ; le vignoble a été totalement remanié (arrachage et replantation). Aujourd’hui, il compte 16 ha de vignes et sa direction a été confiée en 2013 au talentueux Florent Girou qui, rappelons-le, est à l’origine de l’excellent film documentaire «Les Voix du Terroirs» réalisé en 2005 en étroite collaboration avec son ami œnologue Etienne Besancenot.
Le domaine, mené en bio, produit peu mais est totalement investi dans la qualité ; avec à peine 20.000 cols par année, la gamme est courte et essentiellement rouge ; elle se décline en appellation Languedoc, Pézenas et Vin de Pays de Caux. C’est justement celui-ci que nous avons retenu pour notre « Coup de Coeur » car il permet d’approcher la philosophie du domaine par une lucarne originale et festive.
Ce vin, déclaré en IGP, propose un assemblage bien particulier : merlot, syrah et marselan. Pour rappel, ce dernier est le résultat d’un croisement entre le cabernet sauvignon et le grenache noir, on le doit aux chercheurs de l’INRA et de l’ENSAM (1961). Cette cuvée originale est issue de sols peu profonds, majoritairement calcaire (du Miocène) avec quelques éboulis basaltiques.
Avec une telle couleur soutenue, le verre se tapisse d’encre mauve. Le nez se montre espiègle et enjoué, nous sommes rapidement maculés de fruits noirs bien mûrs, pendant que quelques herbes de garrigues s’amusent à nous titiller le fond de la narine. La bouche offre une mâche bien gourmande, avec un jus nourri ; la sensation tactile éprouvée s’inscrit dans la souplesse molletonnée, tout concourt à l’expression de la  gouleyance. Sans gêne aucune,  une jouissance insouciante s’offre à nous, difficile de la refuser tant elle réitère ses avances.
Vous l’aurez compris, c’est un joli vin pas compliqué mais doté d’une certaine complexité, sans lourdeur mais avec de l’épaisseur. Sortez le panier de pique-nique, le flacon est prêt pour la ballade !  http://fontdesormes.fr
www.christiaens-wijnhuis.be

PEZENAS5440

Pour accéder aux autres Coups de Coeur, cliquer ici

 

Laisser un commentaire