L’autre France

03/10/2016 - Le saviez-vous? Il y a eu deux France dans l’histoire. Comme il y a eu deux Allemagne. Comme il y a encore deux Corée. Pour ce qui est de la France, cela remonte à loin. Aux Francs, pour être exact.

Tous des flèches !

Il paraît que les Français se prennent tous pour des flèches. Pas étonnant, puisque que le mot Franc dérive du germanique frankos, javelot; et par extension «homme libre», car disposant d’une arme. Il est vrai que les Francs étaient de bons guerriers et qu’ils aimaient les grands espaces.
Les origines exactes de ce peuple sont toujours discutées; les Romains ne commencent à en parler que lorsqu’il arrive sur leur frontière, le limes. Ce que l’on sait, par contre, c’est qu’il a occupé successivement plusieurs zones en Europe; notamment celle à laquelle on se réfère en général: la France, ou Francia Occidentalis. Et puis, plus tardivement, à partir du 6ème siècle, la Franconie, ou Francia Orientalis, conquise par des chefs francs sur les Burgondes, auxquels ils finirent par s’assimiler sur place (oui, ce sont ces Burgondes, autre peuple germanique, qui, ont donné leur nom à la Bourgogne).
Et la différence de langue, me direz-vous? Elle s’explique par le fait que les Francs de l’Ouest, mélangés aux Gallo-Romains, sont rentrés dans l’orbite latine, tandis que les Francs de l’Est ont gardé leur héritage germanique. Je schématise, bien sûr.
Concrètement, cette France Orientale correspond à la région de Würzburg, au Nord-Est de la Bavière actuelle.

Que serait la France, même orientale, sans vin?

franken

Et bien sûr, ces frères francs, ces Français oubliés, en quelque sorte, produisent du vin. C’est d’ailleurs pour ça que je vous en parle.
La Franconie moderne représente un peu plus de 6.000 ha de vignes et abrite des crus réputés; et notamment le Stein, que les Anglais ont longtemps assimilé à tous les vins de la région. De la même façon que les vins du Rhin étaient affublés du nom de Hock (d’après le cru Hochheim).
Autre particularité: la Bocksbeutel, la bouteille régionale, assez renflée, qui aurait inspiré celle de Mateus dans les années 1940.

Cîteaux dit, Cîteaux planté: le Silvaner

marienberg_wuerzburg

Marienberg Würzburg

Reste que Stein (pierre, en allemand) est un nom de cru. Le plus fameux étant le Würzburger Stein. A savoir, 85 ha de vignes aux pentes impressionnantes, plantées principalement de riesling rhénan et de silvaner. Ce dernier cépage est un cépage historique de la région – là encore, on peut trouver un rapport avec la France, puisqu’on dit que c’est un abbé de l’ordre de Cîteaux – un Bourguignon au sens large, donc – qui l’aurait implanté ici. C’était en 1659.

Bien adapté à la région, manifestement, il y donne des vifs et fruités à la fois, et qui présentent souvent des notes de pierre à fusil, un je ne sais quoi de jovial. Plus si affinités, notamment après quelques années de garde (il y a de très belles caves à Würzburg).

C’est peut-être pour ça que les vins de Franconie m’ont toujours semblé les plus joyeux des vins allemands, les plus faciles d’abord, les plus gastronomiques, aussi.  Et ce qui ne gâte rien, ils ne sont pas trop chers (en comparaison avec d’autres régions allemandes).

Quelques adresses pour terminer, histoire de vous laisser vérifier par vous-même…

Juliusspital,
Weingut Am Stein,
Winzerkeller Iphofen,
Burgerspital Würzburg…
Hans Wirsching

Et vive la France… orientale!

Hervé Lalau

Pour accéder aux autres « Histoires Liquides », cliquer ici

Laisser un commentaire