Duboeuf, Beaujolais.

31/08/2016 - Faut-il relire "Clochemerle", de Gabriel Chevalier, pour saisir toute la verve du Beaujolais et de ses produits? Même celle d'une de ses marques les plus emblématiques?

image-11

Lors de notre dernière dégustation, sous chaussettes, bien sûr, nous fûmes confrontés à de beaux vins, du genre de ceux qui méritent que l’on en parle avec éloges, quelle que soit l’étiquette.

Voila pourquoi nous vous parlons aujourd’hui d’une véritable institution du Beaujolais: la maison Dubœuf. Et quitte à déplaire à certains mauvais coucheurs, j’affirmerai ici que le Beaujolais ne serait pas ce qu’il est si la région n’avait pas connu Georges Duboeuf, tout comme le Jura sans l’idéalisme d’Henri Maire.
Jeune Sommelier, en charge de la carte des vins du Vieux Dieleghem du regretté Pierrot Van Hauwermeiren, mon Maître, je fus souvent confronté aux «quilles» de Georges Dubœuf.
Et mes souvenirs n’évoquent que fruit, verve et plaisir.

L’histoire débute il y a plus de 4 siècles…

La famille Dubœuf produisait déjà du vin dans le Mâconnais au temps de Henri IV et de Louis XIV. C’est dire si les jus du Mâconnais – Beaujolais on connaît dans la famille !
Georges très jeune, à peine 18 ans, se trouve placé à la tête du domaine familial avec son frère Franck et c’est en 1964 qu’il crée «Les vins Georges Dubœuf» début de son activité de négoce. Aujourd’hui, Georges est un véritable ambassadeur mondial de sa région, à travers ses vins et son «Hameau du Vin», le premier parc à thème dédié à la vigne et au vin.

Une rencontre avec le « Patriarche » reste un beau moment; calme, posé, il sait évoquer d’une voix douce, sans aucun propos négatif, ses riches expériences en matière de gamay ou de chardonnay.
Désormais, son petit-fils Adrien Lacombe-Duboeuf, la trentaine dynamique, est chargé de reprendre les rênes. Si sa solide formation et ses expériences à l’international confortent la place qu’il occupe, il est activement suivi et épaulé par son Grand-père.

Saby Maviel 20152

«Le Beaujolais, c’est un vin
qui a la gueule de l’endroit» 

Le gamay abondamment planté dans toute la Bourgogne au Moyen Âge, concurrence le pinot noir. Très productif, procurant de meilleurs rapports parfois au détriment de la qualité.
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, finit par s’en émouvoir, craignant pour l’approvisionnement de sa table. En 1395 il ordonne d’arracher le gamay, dénommé « vil et déloyal plant » jusqu’à Mâcon. Réservant le cépage au Beaujolais, prouvant que, dès cette époque, on connaissait déjà l’influence de la nature des sols sur les vins.
Le cépage n’est que le véhicule de l’expression du terroir et non une fin en soi affirme Michel Bettane. Certes. Heureux vignoble, rien de terre à terre par ici. Le gamay noir à jus blanc, seul cépage autorisé dans la région, a de quoi s’exprimer tant les démarcations naturelles manifestent expressions riches et si diverses. Ce qui permet à la région de revendiquer, outre les appellations de « Beaujolais » et de « Beaujolais-Villages », celles de dix crus bien distincts, une hiérarchie en trois volets répartis sur  près de 23.000 hectares.
Pour ne rien omettre il reste à évoquer la magie annuelle d’un gouleyant ‘primeur’, argent facile, parfait vin médiatique teinté d’une bonne dose de folklore.
Les vins du Beaujolais s’expriment au mieux dans leur jeunesse, bien. Pour ce qui est des crus du Beaujolais les amateurs attendent le printemps d’après récolte pour les déguster, ils attendent que les vins aient fait leurs pâques.

Et comme dit si bien Jean-Pierre Perrin, « le Beaujolais, c’est un vin qui a la gueule de l’endroit »

Retenu aux mors, le gamay peut se faire spécialité;
débridé, il devient pinard.

En Beaujolais, le vin bourru, vin rouge partiellement fermenté, qui sort du pressoir chaud et fruité se nomme paradis. Accéder au paradis avant de mettre pieds à terre… Une gageure ?

Mais voyons à présent les vins qui sont à l’origine de cet article, la sélection de notre panel IVV…

Beaujolais Château d’Ouilly 2015 Sélection Georges Duboeuf

Beaujolais 2013 château d'Ouilly
Un vrai vin complet au plaisir immédiat. Nez de fraise, beau fruit persistant et frais dans une bouche structurée à la texture étoffée teintée de touches tanniques venant confirmer sans aspérité excessive le sérieux d’un vin gai et persistant. Du Beaujolais s’il en est, loin du canon à boire entre copains, qui fera un mariage élégant avec une belle tranche de jambon braisé à l’os  grillée sauce lie de vin.

Brouilly Pisse Vieille 2015 Sélection Georges Duboeuf

BROUILLY PISSE VIEILLE
Seul climat de l’appellation Brouilly reconnu officiellement par l’INAO. Commune de Cercié, sols de sable de décomposition granitique. Ce nom singulier vient d’une légende entretenant de façon bucolique la confusion provoquée dans un confessionnal entre les termes pêcher et pisser…
Fruits rouges et griottes, réglisse, viennent égayer ce vin de large verve soutenu par quelques touches de CO2. Belle matière soyeuse finissant de façon agréable et toujours aussi fruitée. Sa fraîcheur le destine à un râble de lapin rôti aux petits oignons grelots.

Régnié 2015 Sélection Georges Duboeuf

REGNIE 2014
Le 10e cru, celui qui vint rejoindre ses compères du Beaujolais en 1988. Des sols pauvres constitués de sable en majorité, légers, offrants une belle capacité de percolation. Après un nez de fruit rouges quelque peu effacé on découvre un corps plein et à la chair charnue et vineuse assez atypique de l’appellation. Quelques touches minérales et épicées renforcent le côté sérieux et tubulaire d’un vin raffiné terminant sur un beau côté fruité. Avec un coq braisé au vin de gamay, lardons, petits oignons et champignons ou un  saucisson chaud aux pistaches en brioche.

Chiroubles Domaine des Pontheux 2015 Sélection Georges Duboeuf

CHIROUBLES 2012 Domaine des Pontheux
Une quintessence du cépage complanté ici sur sols granitiques. Mosaïque fine et savoureuse aux notes de fruits à noyaux, touches florales (iris) et relents de framboise. Caractère affirmé, complet aux tanins légers et fins. Finale longue et sapide aux belles saveurs fruitées. Un plaisir avec un foie de veau déglacé au vinaigre de framboise ou une entrecôte grillée moelle et cardons.

Une fois n’est pas coutume, après le gamay,
si nous passions au chardonnay?

Le petit village viticole de Chardonnay, en Mâconnais, est probablement le berceau historique de ce cépage à la notoriété mondiale. Et c’est justement en Mâconnais que nous partons avec les  trois vins de notre sélection

Mâcon-Villages Domaine les Chenevières 2015 sélection Georges Duboeuf

MACON-VILLAGES 2013 Domaine les Chenevières
Mâcon-Villages AOC : uniquement vins blancs issus du seul cépage chardonnay.
Belle robe brillante jaune claire. Nez de genêt humide, d’églantine, de verveine, avec une touche d’agrumes. Ce 2015, de belle balance, présente vivacité et fruit direct, tel qu’il sied aux vins de la région, sapidité finale sur belle longueur. Un plaisir à renouveler à chaque occasion de l’apéritif aux plats les plus variés du pavé de sandre au beurre blanc, à la poule au pot et jusqu’au sushi de truite saumonée !

 Saint-Véran Domaine Saint-Martin 2014 Sélection Georges Duboeuf

Saint Véran Domaine Saint Martin
1971, naissance d’une forte personnalité. Saint-Véran passe au grade d’AOC.
Robe profonde jaune or pâle. Finesse du nez : fleurs blanches, poire cuite, notes de crème. Sec certes, mais ample et gras avec puissance et caractère. L’équilibre est soutenu par une belle acidité. On retrouve les fruits blancs en bouche. Finale persistante aux caractères de pomme avec touche de pêche de vigne.  Bel accord sur une mouclade à l’estragon ou une escalope de veau crémée au citron.

 Pouilly-Fuissé Clos Reyssié 2014 sélection Georges Duboeuf

Pouilly Fuissé 2013 Clos Reyssié
Robe de couleur jaune vert brillante. Au nez, délicates notes minérales et beurrées. En bouche on trouve fleurs blanches et amandes révélées par un côté acidulé rafraichissant. Belle texture grasse fidèle aux effluves en ajoutant de la pomme golden mûre. Ce vin riche de caractère sera idéal avec un poulet de Bresse à la crème, un homard grillé sous une duxelles de noix ou quelques écrevisses à la nage parfumée de coriandre.

Bon appétit… et large soif
www.duboeuf.com
www.nevejan.euwww.magnuswijnen.bewww.drinksonline.bebufrapex@skynet.be www.labonnebouteille.be

Jean-Michel Jaeger

Dossiers IVV, cliquer ici 

carte

Connectez-vous

J'ai oublié mon mot de passe

Abonnez-vous ou inscrivez-vous au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (gratuit)

IVV numérique, c'est tout le magazine In Vino Veritas, avec les fonctionnalités modernes en plus. Un contenu réactualisé 4 fois par semaine.
Pour accéder à tous nos articles, et à nos outils de recherche et d'interactivité, une seule solution, l'abonnement!
Quatre formules :

  • L’accès gratuit au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (compris avec l’abonnement)
  • L’abonnement d’un an à 40€
  • L’abonnement de 2 ans à 76€
  • L’ offre d’essai de 15 jours à 5€

Je m’inscris et/ou je m’abonne