Jasnières, en sec

04/04/2018 - De ce cru, Curnonsky a dit qu’il produisait le meilleur blanc du monde… trois fois par siècle. Ce qui est à la fois flatteur et désespérant. Les vignerons ont heureusement décidé de ne pas s’en tenir là. Et nous offrent leur version souvent très épurée du Chenin.

Un peu d’histoire et de géographie

Jasnières fait partie des plus anciennes appellations de la Loire – elle a fêté ses 80 ans en 2017. Mais il faudrait plutôt parler d’appellation du Loir, car elle se situe, non sur les rives du fleuve royal, mais sur son affluent, à une cinquantaine de km au nord de Tours. Son aire est enclavée dans l’autre AOC de la Sarthe, les Coteaux du Loir.
Curieusement, Jasnières n’est pas le nom d’un village, mais d’un lieu-dit, Les Jasnières (prosaïquement, «là où vit la famille Jasnier»), à la limite entre les deux anciennes communes qui constituent l’aire d’appellation ; à savoir Lhomme et Ruillé-sur-Loir (aujourd’hui englobées dans l’entité de Loir-en-Vallée).


L’appellation, 100% chenin, ne couvre que 120 ha, pour une production de l’ordre de 2000 hl. Elle se répartit entre vins secs, demi-secs et moelleux. Compte tenu de l’acidité relativement élevée, certains vins peuvent présenter des niveaux de sucre résiduel dépassant les 8 grammes, et cependant rester secs dans leur profil.
Le sport local, à Jasnières, se décline en deux épreuves: le choix du moment de récolte et le tri du raisin.
Toute proportions gardées, le Jasnières est un peu au chenin ce que le Chablis est au chardonnay. Un vin sans trop de fioritures.

Compte tenu de la situation septentrionale de l’appellation, les expositions sont très importantes, même si la forêt de Bercé protège le vignoble des vents du Nord; les vignobles sont donc implantés essentiellement sur des coteaux de calcaires à silex, sur tuffeau, exposés au sud ou sud-est, avec des bas de pentes plus argileux. Ils constituent une bande d’environ un kilomètre de large sur 5 km de long, sur la rive Nord du Loir.
Après avoir bien failli disparaître, Jasnières compte aujourd’hui une vingtaine d’élaborateurs.
Longtemps en concurrence avec d’autres cultures (notamment la pomme et la poire), le vin de Jasnières en présente curieusement souvent les arômes…

Notre sélection

Ces vins, nous avons pu en déguster une bonne quinzaine lors de la soirée Chenin organisée à Blois pour Val de Loire Millésime. Nous nous sommes tout particulièrement intéressés aux secs.

Domaine des Gauletteries – La Tradition 2017

Francine, Raynald et Claire Lelais peuvent être fiers de leur cave troglodytique. Et de cette cuvée toute en pureté ; très jeune encore, elle devrait gagner en complexité à mesure que son acidité naturelle se fondra dans une matière qui s’annonce assez opulente.
www.domainelelais.com

Les Maisons Rouges – L’Eclos 2015 et 2016

De leur domaine biodynamique de Ruillé, Elisabeth et Adrien Jardin ont tiré cette cuvée pleine de minéralité ; au nez, à la poire répondent les notes grillées héritées des 15 mois en fût de 400 litres enrobent la vivacité de la bouche. Belle matière (sans doute la marque de l’élevage sur lie). Tout à fait sec.
Dans le même esprit, le 2016 est marqué par un millésime un poil plus frais; les fruits (citron, cédrat) sont plus frais, la minéralité encore plus évidente. Magnifique vin tout en droiture et en précision.
www.maisonsrouges.com

Domaine Champion – Les Clos 2017

Ancien sommelier. Olivier Champion a voulu produire plutôt que servir et commenter. Son domaine de Poncé sur Loir compte 6 ha en Jasnières.
Pas tellement de poire, ici, mais plutôt de l’ananas et du citron, une bouche bien ciselée, des fruits croquants et craquants, un vin qui déménage !
www.jasnieres-champion.com

Dorothée et Ludovic Gigou – Clos Saint Jacques 2000

Oui, le Jasnières vieillit très bien. Ou faut-il dire «vieillit lentement» ? Au point que n’eussent été ses notes pétrolées (qui évoquent le riesling), on ne lui aurait jamais donné ses 18 ans. Pour sa majorité, il nous la joue espiègle, salin ; sans renier un côté très sec, il s’est assagi, son acidité s’est fondue dans la chair du vin. Ce millésime solaire fait sans doute partie de ceux dont parlait Curnonsky. La différence, c’est qu’ils sont beaucoup plus fréquents, ces temps-ci…
www.gigou-jasnieres.com
www.divinewines.be

Domaine de Cézin Origine 2017

Amandine et Xavier Fresneau, dont la cave est située à Marçon, exploitent un vignoble terra vitis sur des argiles à silex.
5,5 g de sucre, mais on les sent à peine, dans ce vin tout en délicatesse. Aux classiques notes de pommes, son nez substitue le tilleul et la camomille. La bouche ajoute un peu de coing. La matière est fine, mais les impressions durent longtemps…
www.fresneau.fr

Domaine Renvoisé Tradition Sec

La cave de Jean-Marie Renvoisé se situe à Chahaignes, à l’Ouest de l’aire d’appellation. C’est un partisan des vins de terroir, qui refuse l’ajout de levures.
Le nez de miel d’acacia et de pêche blanche bien juteuse semble annoncer un vin en surmaturité, voire un moelleux, mais non, ce vin est sec de chez sec. Il présente cependant la puissance et la souplesse de texture d’un authentique fils du calcaire. Souplesse qui se confirme en finale, grâce au retour de l’acacia, accompagné d’une touche de coing. Beau potentiel de garde, à n’en pas douter.
jean-marie.renvoise@wanadoo.fr

En résumé

On qualifie parfois le Jasnières de Savennières du pauvre. On a tort. Le plus septentrional des deux n’est pas forcément le moins intéressant. Et encore n’avons-nous abordé que les vins secs de la zone. On regrettera d’autant plus que le Jasnières soit si difficile à trouver hors de sa jolie région. Voilà en tout cas qui donne envie d’aller sur place visiter les domaines en élargissant le panel, et des producteurs, et des types de cuvées…

Hervé Lalau

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

Laisser un commentaire