Grands Bourgeois

04/09/2017 - Une étape sur le chemin du retour des vacances m’a mené à Chavignol.
Et qui dit Chavignol dit Bourgeois…

Ils sont cinq, Arnaud, Jean-Christophe, Jean-Marie, Lionel, et Raymond, à travailler dans l’entreprise, où dix générations de Bourgeois se sont déjà succédées. A côté de leurs vignes de Sancerre et Pouilly-Fumé, ils mènent une activité de négoce sur plusieurs appellations (celles déjà citées, mais aussi Menetou-Salon, Châteaumeillant, Coteaux du Giennois et Quincy).

En plus de ce fief du Centre-Loire, en 2000, ils ont étendu leur activité à l’ «autre pays du Sauvignon», la Nouvelle Zélande (au Clos Henri, à Marlborough).

Mais revenons à Chavignol…

Des blancs qui tiennent dans le temps

Ce qui devait au départ n’être qu’un petit coucou à la cave s’est mué en dégustation verticale de plusieurs millésimes des belles cuvées. Car un des grands atouts de la gamme d’Henri Bourgeois, c’est de proposer des millésimes plus anciens, ce qui est plutôt rare pour des blancs (pour cette fois, nous sommes remontés jusqu’en 2010). Voici trois de mes coups de cœur.

La Côte des Monts Damnés

Henri Bourgeois Jadis 2014

3 ans déjà, mais encore énormément de potentiel. Le nez est primesautier, guilleret, avec ses notes de citron, d’abricot et de chèvrefeuille ; la bouche est tranchante, très minérale – comment qualifier autrement cette pierre à fusil ? S’ajoutent aussi quelques notes d’anis.
La finale laisse une impression de grande fraîcheur. Pas mal de matière. On peut l’attendre encore.

Henri Bourgeois Sancerre La Côte des Monts Damnés 2010

Pas d’erreur, il s’agit bien d’un sauvignon – mais plus dans le registre des fruits exotiques que celui du végétal. La bouche, sans rien renier de son acidité, a été quelque peu patinée par le temps : on a affaire, non, à un poulain fougueux, mais à un étalon fringant, aux muscles tendus. A la vivacité se combine une impression de gras. Très long en finale.
Pour mémoire, la Côte des Monts Damnés est un coteau pentu exposé au Sud-Sud-Ouest, dont les sols sont majoritairement constitués de marnes kimméridgiennes (coquilles et argile).

La Bourgeoise 2010

Les fruits mûrs sont encore très présents pour un blanc de 7 ans – abricot et pêche, mais dans un registre assez discret. A l’agitation, ils sont complétés par des notes d’anis et de miel d’acacia. Et comme il se doit pour un vin de silex (une sélection de belles parcelles de Saint Satur), par quelques notes fumées.
Cette solide Bourgeoise présente une bouche charnue… et séduisante ; la rondeur de sa texture et son boisé très bien fondu s’harmonisent très bien. La finale revient sur les fruits, avec un zeste de citron et une giclée de cassis, et une impression dynamique, sans oublier un poil d’amertume qui loi de déranger, prolonge le plaisir. Cet équilibre de funambule entre gras et vivacité, entre fruit, fleurs et minéral est assez singulier.

Le charme discret de la Bourgeoisie… !

www.henribourgeois.com
www.despert.bewww.dulst.bewww.auxcoteaux.bewww.nielsvins.bewww.comptoirdesvins.bewww.dewijnrank.bewww.feys-vanacker.bewww.wijnengoyens.bewww.ispc.be/fr/ispc-gandwww.lacaviniere.bewww.cavesdefrance.bewww.lismondewijn.bewww.gelin-vins.bewww.wercowines.comwww.portovino.bewww.vpsvins.bewww.wijnhandeldebrabandere.bewww.rob-brussels.bewijnhuis.gheyssens@belgacom.net

Chavignol, c’est aussi…

Et vous passez par Chavignol, pourquoi ne pas faire la promenade des vignes? Avec la vue sur le piton de Sancerre ; et puis, en retournant vers la fontaine au centre du hameau, chez Dubois-Boulay, pour acheter l’autre grand produit du terroir local : le Chavignol. Un fromage qu’il faudrait mettre au pluriel, tant il y en a de variantes : frais, bleu, sec… www.dubois-boulay.fr

Et si vous comptez apprécier les vins du cru sur place, une adresse pour y manger et y dormir au calme : l’hôtel-restaurant-bistrot de la Côte des Monts Damnés. https://www.montsdamnes.com/

Vous n’y serez pas dépaysés : il est (très bien) tenu par Jean-Marc et Karine… Bourgeois.

 Hervé Lalau

Pour accéder aux autres «Portrait», cliquer ici

Connectez-vous

J'ai oublié mon mot de passe

Abonnez-vous ou inscrivez-vous au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (gratuit)

IVV numérique, c'est tout le magazine In Vino Veritas, avec les fonctionnalités modernes en plus. Un contenu réactualisé 4 fois par semaine.
Pour accéder à tous nos articles, et à nos outils de recherche et d'interactivité, une seule solution, l'abonnement!
Quatre formules :

  • L’accès gratuit au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (compris avec l’abonnement)
  • L’abonnement d’un an à 40€
  • L’abonnement de 2 ans à 76€
  • L’ offre d’essai de 15 jours à 5€

Je m’inscris et/ou je m’abonne