SPECIAL LANGUEDOC : En passant par Pézenas

16/09/2015 -En comparaison avec d’autres appellations comme Terrasses du Larzac ou Pic Saint Loup, on parle peu de cette AOP Languedoc Pézenas. Elle est pourtant reconnue officiellement depuis 2007. Attiré par la réputation de deux ou trois domaines qui ont font partie, Bernard Arnould nous y emmène le temps d’une visite du vignoble et d’une dégustation d’ensemble.

Par un beau et doux vendredi matin d’avril, me voici dans la ville de Molière. Une modeste maison ancienne, celle du syndicat, m’accueille. Direction le premier étage, direction les cartons de bouteilles pour deux heures de travail «dégustatoire». Objectif : tenter de comprendre les spécificités de l’appellation.

Pezenas23

Mais où sommes-nous donc ?

Depuis des siècles, Pézenas et les 14 autres communes qui font partie de l’aire d’appellation vivent de la viticulture. Toutefois, la monoculture de la vigne ne se développa de façon spectaculaire qu’au début du XIX e siècle. Aujourd’hui, 35 domaines privés et caves coopératives y font de la bouteille.

Les vignobles sont installés au nord-est de Béziers, sur la rive droite de l’Hérault. L’aire de production forme un triangle d’environ 24 km de côté, pointe tournée vers le bas. Partant de Pézenas, situé en bas de l’aire, et remontant vers Nizas et Adissan, on parcourt d’abord un paysage aux douces ondulations : les collines se succèdent à vue d’œil. Obliquant ensuite vers  l’ouest, la route se met à grimper vers les premiers contreforts de la Montagne Noire. Du haut de pentes situées à 300 m d’altitude, on domine l’appellation dont la zone la plus basse se situe à 20 m d’altitude. On retrouve de la vigne à toutes les altitudes intermédiaires. Par conséquent, il n’y a pas d’unité climatique. Pas plus qu’il n’y a d’unité de sol : à l’Est, on trouve les terrasses caillouteuses quaternaires du fleuve Hérault, à l’Ouest, des terrasses argilo et marno-calcaires ainsi que des schistes. Cette diversité peut se révéler être un atout, d’autant qu’elle est renforcée par la présence de coulées basaltiques intervenues il y a moins d’un million d’années.

Cette diversité va-t-elle se refléter dans les vins proposés à ma dégustation ?

Dans quelle mesure les vins de l’AOP Pézenas en tirent-ils profit pour se démarquer des autres appellations languedociennes ? La question est simple, la réponse plus risquée. En effet, d’autres paramètres interviennent,

  • à commencer par l’encépagement : le grenache, la syrah, le mourvèdre sont les principaux cépages des vins de l’AOP Languedoc-Pézenas (70% minimum mais limité individuellement à 75 %), aux côtés du cinsault et du carignan.
  • puis, la patte du vigneron, les décisions qu’il prend à la vigne et en cave. Fait-il par exemple des cuvées parcellaires associant un cépage à un terroir particulier ? Ou joue-t-il la carte de l’assemblage des parcelles et des cépages ?
  • sans négliger le positionnement prix des cuvées, qui induit des styles diversifiés.

Pézenas 3

Ma dégustation dégage deux grandes tendances spécifiques

Outre une dégustation antérieure de trois domaines à Bruxelles, j’ai goûté une vingtaine de rouges de l’AOP Pézenas sur place. De plus, cinq jours plus tôt, j’avais testé 16 cuvées  à Montpellier. Il faut y ajouter 13 vins blancs de l’aire de Pézenas n’ayant pas droit à l’appellation et par conséquent classés en AOP Languedoc. De cette soixantaine de vins, une première tendance plutôt paradoxale s’est dégagée : la fraîcheur saline des blancs (10% de la production seulement) parle peut-être plus clairement des terroirs de Pézenas que certains des rouges. Les nez de ces derniers, souvent aromatiques, sont dominés par des notes méditerranéennes de fruits noirs (cassis, mûre, myrtille…), de garrigues (cade, laurier, romarin, réglisse…) et d’épices (poivre blanc,…). Des plus intéressants d’entre eux se dégagent la deuxième tendance : finesse de la matière et fraîcheur minérale font saliver les papilles au-delà du côté solaire. Il convient  cependant de ne pas confondre l’élégance de ces vins avec  la simplicité d‘autres cuvées fruitées certes, mais sans réelle profondeur.

Ma sélection de domaines

Pézenas

Domaine Le Conte des Floris

Domaine Le Conte des Floris : il profite au mieux de la diversité des terroirs en isolant sols spécifiques et cépages. Carbonifère et syrah, Villafranchien et grenache.  Ces cuvées associent vitalité, subtilité et finesse. Grande pureté d’expression aussi  dans des blancs superbes : Arès Blanc, marsanne sur basalte, Lune Blanche, carignan blanc sur schiste. www.vin-etc.be

Domaine Les Aurelles

des terroirs de vieilles vignes pour des rouges à la structure délicate, des matières à la fois savoureuses et  élégantes tant pour Aurel que pour Solen 2010.

Domaine Pech Rome

très belle cuvée  Florens 2012 à dominante de mourvèdre sur basalte, finesse et fraîcheur minérale.

Prieuré Saint-Jean de Bébian

domaine historique de Pézenas dans les années 1980, il joue aujourd’hui un mix entre terroir et modernisme, en associant des touches minérales à une puissance solaire et une suavité gourmande.
www.lechemindesvignes.be

Domaine Turner Pageot

malgré la puissance, voire la violence de rouges tanniques, on perçoit une belle fraîcheur minérale.
www.rob-brussels.be

Domaine Lacroix-Vanel

la générosité du grenache sur terroir villafranchien dans Fine Amor 2013.
www.vins-mostade-gobert.be

 

Un ton dessous, les domaines suivants proposent toutefois des rouges de qualité, quoique moins marqués terroirs de Pézenas à mon sens :

Mas Gabriel  et sa cuvée Clos des Lièvres Pézenas 2
www.entrepotduvin.be https://www.facebook.com/WijnhandelLootens sens.larges@skynet.be

Domaine de Monplezy  et sa cuvée Félicité

Domaine Villa Tempora pour le fruit savoureux de ses 2012.

Domaine les Trois Puechs et sa cuvée Excellence

Bernard Arnouldarnould

Pour accéder aux autres Dossiers IVV, cliquer ici

carte

bandeau CIVL - In vino veritas

Laisser un commentaire