Dominique Piron, le Gamay lui coule dans les veines

25/10/2018- En cru et hors cru, le Domaine Piron nous offre cette identité beaujolaise qui nous plaît tant…

Beaujolais ou Chiroubles, Piron de toute façon

Les Crus du Beaujolais ont le vent en poupe, mais n’oublions pas les ‘simples’ Beaujolais qui offrent souvent un plaisir presque aussi grand, comme en témoignent les deux vins ci-après – un Beaujolais bien fait et un Chiroubles, un cru qui mérite d’être mieux connu. Les deux proposent ce fruité frais, épicé et floral qui nous régale avec générosité.

Les Cadoles de la Chanaise 2016 – Beaujolais – Dominique Piron

Rubis violacé, très gamay avec ses notes florales de violette et d’iris, son nez de cassis gonflé de sève. La bouche est séduite par la fraîcheur d’entrée, les tanins souples, la longueur sur la réglisse et son dynamisme bon enfant.
Un vin frais et léger qui se boit sans vraiment réfléchir, avec juste ce qu’il faut de croquant pour affoler nos papilles.
Les Gamay ont une moyenne d’âges de 40 ans et viennent des différents terroirs beaujolais. La vendange subit une macération courte pour n’extraire que la finesse du fruit enrobé de tanins légers.

Chiroubles 2016 – Cru du Beaujolais – Dominique Piron

Grenat violacé, au nez qui se partage entre réglisse et violette, entre poivre et groseille, entre girofle et framboise. La bouche suit la même séquence avec une fraîcheur bien installée et une texture onctueuse des plus agréables. Si la première souligne et donne du ressort à la série aromatique, la deuxième apporte confort et élégance. Les tanins en retrait tissent leur toile de fond et enveloppent fruits et épices.
On pourrait comparer Chiroubles à la Côte Rôtie, c’est le cru le plus haut perché du Beaujolais qui monte jusqu’à 450 m d’altitude. Son sol homogène se compose de granit qui se développe en arènes sableuses. La vendange s’y fait manuellement et fermente 2 semaines.

Deux Morgon, un joli duo

Morgon est considéré comme des crus des plus puissants et des plus construits du Beaujolais, mais certains montrent une tendresse insoupçonnée, alors que d’autres font preuve d’une belle fermeté.

Morgon La Chanaise 2016 – Cru du Beaujolais – Dominique Piron

Grenat cramoisi, le nez associe les fruits rouges et noirs, relevés d’une pincée de poivre et parfumés de pétales de pivoine et d’iris. Suave, toute en chair, avec une fraîcheur presque vive, la bouche croque le tanin et la chair voluptueuse des baies de cassis, de mûre et de cerise, puis s’envole en une élégance florale aux étamines poudrées de cacao et soulignées de réglisse.
Un Morgon dont les Gamay poussent dans les granits décomposés, un sable certes grossier, mais porteur d’élégance et de finesse. Vendanges à la main et égrappage partiel. Fermentation en cuves ciment de 15 à 18 jours, avec pigeages et remontages.

Morgon Grand Cras 2017– Cru du Beaujolais – Dominique Piron

Violet pourpre, ce gamay respire la confiserie, les bonbons au sureau, le bâton de réglisse et le sirop d’érable avec des notes de café. Puis viennent les fruits, groseille, mûre, framboise, suivi d’un bouquet floral explosif fait de rose, de violette et de lis. La bouche ronde et suave ne manque pas de fraîcheur. C’est un volume pointu qui fait merveille avec les tanins qui caracolent sur les papilles. Il croque joyeusement et offre énormément de gourmandise tout en gardant beaucoup de caractère. La texture qui fait penser au relief satiné d’un crêpe de Chine comble définitivement les papilles.
Les Gamay âgés de de plus de 50 ans dévalent la pente entre 300 et 200 m sur le flanc sud-est de la Côte du Py, là où les granits désagrégés colorés d’oxyde de fer offrent une légère profondeur de sol. Vendange manuelle et fermentation de 20 jours. Élevage majoritairement en cuves et partiellement en foudres et fûts.

Le domaine, situé à Villié-Morgon, propose presque tous les crus du Beaujolais et d’autres cuvées encore. L’ensemble montre toute la variété des terroirs de la région et ses nombreuses possibilités.
www.domaines-piron.fr
https://lechemindesvignes.bewww.michelbois.ch

Marc Vanhellemont

Autres articles consacrés à Dominique Piron:
Crémant de Piron
Dominique Piron : l’ambassadeur du Beaujolais
Les climats, un nouveau souffle pour Moulin-à-Vent ?
Chénas Quartz

Pour accéder aux autres articles de la rubrique «Portrait», cliquer ici

Johan De Groef (In Vino Veritas) et Dominique Piron

Laisser un commentaire