Domaine Berthier

06/03/2018 - Notre panel de dégustateurs a passé en revue la gamme d’un domaine du Centre-Loire dont IVV avait déjà sélectionné des vins dans le passé : les Vignobles Berthier.

La famille Berthier possède des vignes en Coteaux du Giennois (le Domaine de Montbenoît, 10,5ha, et le Domaine de l’Oselier), mais aussi à Sancerre (le Domaine des Clairneaux, à Saint-Gemme, tout au Nord de l’appellation). Sancerre déjà sélectionné en 2017, le  rouge  en décembre, le blanc en novembre .
La maison propose aussi un Pouilly-Fumé et un Champagne sorti dans notre dernier dossier Champagne.
Les vins de cette maison ont cartonné aux dégustations IVV, et ce dans chaque appellation présentée.
Aujourd’hui, ce sont les deux fils de Jean-Marie, le fondateur, qui tiennent les rênes de l’entreprise – Clément, l’aîné, à la cave ; et Florian, le cadet, à la vigne.

Notre dégustation a mis en évidence la qualité d’ensemble de leur production : nos coups de cœurs passés n’étaient donc pas des accidents. Elle nous a aussi permis de nous intéresser à la déclinaison des terroirs qu’ils proposent en Côteaux-du-Giennois, avec leur ligne de parcellaires (Silex, Marne et Caillotte).

Mais laissons Clément Berthier expliquer lui-même la démarche : «Chaque année, nous remarquions des différences flagrantes entre chacun de nos trois terroirs. Pour les mettre en évidence, nous avons décidé de n’avoir plus qu’une seule variable : le sol. La vinification est la même, nous travaillons en levures indigènes (ou neutres si celles-ci ne veulent pas travailler suffisamment…) afin que le sol s’exprime le plus possible. Ce type de vinification est plutôt contraignant, la fermentation à froid étant plus ou moins lente selon le millésime…Chaque cuvée évolue d’ailleurs de manière assez différente : Terre de Silex est un vin de garde ; alors que Terre de Marne est un vin qui peut s’apprécier dès le début de sa vie ; la cuvée Terre de Caillotte, elle, a besoin d’un peu de temps pour s’ouvrir». 

 Vignobles Berthier

 L’Instant Sauvignon, Vin de France 2016

Pas d’AOP, pas d’IGP, mais pas d’entourloupe non plus : le sauvignon, rien que le sauvignon, tout le sauvignon. Les vignerons parlent de «vin de copains». De bons copains, alors, parce qu’avec son explosion d’agrumes et son bel équilibre entre le tranchant et la souplesse, ce vin est apte à séduire les oenophiles ; et pas juste pour un instant :  nous l’avons trouvé assez long en bouche.
Comme quoi, bien souvent, la meilleure garantie, sur l’étiquette, c’est le nom du vigneron…

 

Vous avez dit «Coteaux-du-Giennois» ?

L’AOC des Coteaux-du-Giennois existe depuis 1998 – mais on trouve des traces de ce vignoble depuis le… VIème siècle.
Son aire d’environ 200 ha présente la particularité de s’étendre des deux côtés de la Loire, depuis Gien, au Nord, jusqu’à Briare, au Sud, dans le prolongement du vignoble de Pouilly. Et donc, sur deux départements et deux régions : le Loiret (région Centre-Val de Loire) et la Nièvre (région Bourgogne-Franche Comté).


L’appellation regroupe 37 producteurs, pour une production de l’ordre de 7.700 hl.
Son encépagement est assez simple : le sauvignon, pour les blancs, et le pinot noir et le gamay pour les rouges. L’appellation produit des vins des trois couleurs ; l’assemblage de deux cépages est obligatoire pour les rouges et pour les rosés.

Côteaux-du-Giennois Domaine de Montbenoît

Coteaux-du-Giennois 2016

Comme il fait bon dans le coing ! Cette cuvée plutôt riche, mais très élégante, avec ses notes florales grisantes et son fruité très mûr, est d’une séduction immédiate.

Terre de Caillotte 2015

Les notes florales, relativement discrètes du premier nez, passent bientôt le relai à un fruit mûr (poire tapée, coing); la bouche balance entre la puissance et la délicatesse, oui, non, et puis nous offre les deux, le tout orné d’une belle pointe de sel et d’amer en finale. De la personnalité.

Terre de Marne 2015

Ici, pas d’hésitation, pas d’ornements, pas de chichis, c’est tout, tout de suite: des agrumes, des fruits de la passion, de l’ananas, en veux-tu, en voilà ; et quelle puissance ! Qui se plaindrait de cette exubérance et de ce joli gras ? Pas nous. 

Terre de Silex 2015

Le silex, c’est peut-être la pierre à feu, mais ici, l’étincelle est menue et la flamme un peu froide. Pour tout dire, cette cuvée est la plus austère des trois. Mais peut-être aussi la plus prometteuse. Belle structure acide.

Domaine de Montbenoît Rosé 2016

Faut-il parler de rosé ou de «gris» ? Peu importe, en définitive, pourvu qu’on ait le plaisir. Et on l’a, avec ce vin qui a toute l’aromatique florale d’un blanc, mais aussi les jolis petits fruits rouges du pinot, sans oublier, en bouche, des épices et du fumé. On ne peut plus rafraîchissant.

L’Inédit 2014

Bis repetita placet. Nous avions apprécié ce vin dans son millésime 2012 – ce fut notre premier aperçu de ce domaine. Le 2014 confirme, avec un nez très séduisant (cerise, framboise, cassis) et une bouche où les mêmes fruits reviennent, sur un mode croquant ; le tout est agrémenté d’épices, et d’une bonne acidité ; d’où une impression de fraîcheur, pour une matière fluide, mais gourmande et sans maigreur.

Pouilly-Fumé Jean-Marie Berthier

Pouilly-Fumé Jean-Marie Berthier Sélection 2016 

Les jolis arômes floraux du nez sont soulignés par un zeste de mandarine très séduisant. La bouche fait preuve d’une belle vivacité, sur un joli fond de gourmandise. Ce vin est issu de marnes à petites huîtres du Kimméridgien. Une invitation à présenter ce vin aux nobles coquillages?

http://vincod.com/956DQK83U2/web
www.wijnhuisblommaert.bewww.vaneccelpoel.bewww.huismanendonckx.bewww.lesamisduvinmalle.be  – www.time2wine.bewww.wijnen-moniez.bewww.lavinothequewanze.be

Ont participé à la dégustation : Bernard Arnould, Johan De Groef, Hervé Lalau, Philippe Stuyck et Marc Vanhellemont.

Hervé Lalau

Pour accéder aux autres «Portrait», cliquer ici

Laisser un commentaire