De Guffens à …Jean-Marie.

04/05/2015 - Guffens : un physique râblé, taillé dans la pierre, une personnalité plutôt bourrue, pas tout à fait dégrossie. Dès qu’il se met à parler, les mots dessinent un autre personnage à la fois intelligent, véhément, passionné. Au-delà de l’enveloppe corporelle, un être sensible, franc et sincère : Jean-Marie du Mâconnais.

Voilà près de 40 ans que ce flamand autodidacte et polyglotte a déposé ses pénates  dans la région de Mâcon. Arrivé là un peu par hasard, il se serait bien imaginé artiste, acteur, écrivain. Mais, s’il est resté un lecteur d’auteurs classiques  néerlandais tel  Multatuli ou d’écrivains plus sulfureux tel  M. Houllebecq, c’est dans le vin qu’il s’est pleinement réalisé.

Parti de rien, hormis le talent.Jean-Marie Guffens

En 1976, Jean-Marie et Maine Guffens-Heynen  quittent leur Flandre natale pour la Bourgogne.
Ce couple de jeunes étudiants se donne une année pour apprendre le français et découvrir le vin.
Jean-Marie entreprend rapidement des études de viticulture au lycée agricole de Davayé et Maine travaille chez les vignerons du village.
Puis ils deviennent régisseurs d’un petit domaine dans le Mâconnais.
Ils apprennent à travailler la vigne et Jean-Marie à vinifier le vin.
En 1979, ils font l’acquisition de quelques parcelles de vigne sur les hauteurs de Pierreclos.
Ce sera le début d’une belle et longue histoire puisque quatre décennies plus tard,  ils sont non seulement  propriétaires de 20 ha sur leur domaine Guffens-Heynen,  mais aussi de la maison de négoce Verget  ainsi que du château des Tourettes dans le Lubéron.
Verget  achète des raisins en Mâconnais et  sur Chablis.

Des déclarations chocs…mais pas toutes  fausses pour autant.

Qui dit forte personnalité, dit fortes déclarations.
Certes, au-delà de ses bons mots, les vins de J.M.Guffens, plus que ses paroles provocatrices, ont révolutionné l’image des vins du Mâconnais.
Toutefois, avant de décrire ses 2014, je ne résiste pas au plaisir de vous livrer quelques unes de ses phrases chocs.
Elles aident à  comprendre et l’homme et sa production vineuse.Maison de Verget

  • « Pour moi, le travail et l’intelligence de l’homme sont plus déterminants que le sol. Je ne suis pas un terroiriste. »
  • « Ma définition du grand terroir : un million d’euros à l’hectare. Les classements bourguignons sont obsolètes mais entretiennent le mythe, la spéculation et donc les prix. »
  • « Je n’ai hérité de rien : voilà qui est sain. Le talent vaut plus que l’héritage. »
  • « La biodynamie, c’est du pur terrorisme, tout comme la prévalence du terroir. On fait là un retour  à Pétain : retour au local, au soi-même. Il faut se radicaliser contre ces normes passéistes qui nous enferment sur nous-mêmes. »

Et enfin, ma boutade préférée : « il ne faut jamais contredire Guffens, il se contredit lui-même. »
Autre façon de dire que seuls les idiots ne changent jamais d’avis.

Le millésime 2014 en Mâconnais.

Après les conditions climatiques chaudes et sèches du printemps,  une partie de la Côte de Beaune  et le nord du Mâconnais ont été touché par un violent orage de grêle le 28 juin.
Le Chablisien et le sud du Mâconnais ont été épargnés.
L’été a connu une pluviométrie importante et  des températures fraîches.
Heureusement, le soleil, accompagné de vent du nord, est revenu dès les premiers jours de septembre. Donc  de bonnes conditions pour une maturation  des raisins et le maintien d’un bon état sanitaire.
Les vendanges se sont étalées chez Verget du 10 septembre à début octobre sans une goutte de pluie.

La dégustation des échantillons 20142000-01-01 00.01.51-1 l

24 bouteilles nous ont été présentées, uniquement des échantillons avant  mise.
Une remarquable production avec des vins de bonne à très grande densité, une acidité présente mais bien enrobée grâce à la maturité du fruit, une trame acidulée dans les mâcon et Saint-Véran, plus minérale dans les Chablis et les Pouilly-Fuissé.

Mes coups de cœur :

Verget  Bourgogne :
– Pouilly-Fuissé Les Combes Vieilles Vignes , poire, harmonie, précision, minéralité, puissance
– Pouilly-Fuissé La Roche, thym, fraîcheur citronnée, minéralité, ampleur, longueur
– Chablis Cuvée La Butte, mandarine, droiture,  précision, grain calcaire
– Chablis 1er Cru Vaillons, fleurs blanches, synthèse entre minéralité, élan et puissance
Domaine Guffens-Heynen Bourgogne :
– Mâcon-Pierreclos Tri  Chavigne,  fruits jaunes, dense, serré, profond, minéral, soyeux
– Saint-Véran CCP¨ : grand potentiel, du fond, de la minéralité
– Pouilly-Fuissé 35è vendange : puissance, richesse, vitalité
Guffens du Sud, Château des Tourettes,  IGP Vaucluse :
– Chardonnay Plateau de l’Aigle : mandarine, granny smith, équilibre, minéralité, petit gras.

Bernard Arnould

www.verget-sa.fr

www.christiaens-wijnhuis.be

Pour accéder aux autres «Portrait», cliquer ici

Laisser un commentaire