Champagne, Gascogne et Costières

21/01/2019 Pour ce début d’année, IVV vous propose un trio très éclectique: un singulier Champagne, un tendre Gascon et un rouge poétique des Costières de Nîmes.

Champagne Chassenay d’Arce – Pinot Blanc Extra Brut 2009

On l’ignore trop souvent, mais le cahier des charges de l’Appellation Champagne ne prévoit pas que les trois cépages de la fameuse trilogie champenoise (Chardonnay, Meunier et Pinot Noir). Parmi les «oubliés», figure notamment le Pinot Blanc, jadis beaucoup plus abondant en Champagne, et dont nos amis Alsaciens et Luxembourgeois démontrent depuis pas mal de temps qu’il se prête très bien à la bulle.
Quelques rares maisons champenoises en proposent aussi des cuvées «in purezza», comme la valeureuse coopérative de Chassenay D’Arce, dans la Côte des Bar.
Ce Pinot Blanc, nous dit l’élaborateur, est issu de vignes entre 40 et 60 ans. Il n’est produit que dans les grandes années (la dernière avant ce 2009 était le 2006).
Des jolies notes d’agrumes confits au nez, un côté très crémeux en bouche, pas mal de fraîcheur, et puis cette petite note d’amertume qui relance la finale, cet extra brut est très équilibré, très Champagne aussi. Alors, à l’aveugle, aurions-nous forcément reconnu ce vin d’un Chardonnay? Pas évident. Quand on sait ce qu’on boit, c’est plus facile… Peut-être que l’acidité est différente. Peut-être…
Qu’importe, en définitive: vous avez là un excellent Champagne, et en plus, de quoi intriguer vos amis… « Quoi, du Pinot Blanc?! »
On le verrait bien sur un saumon ou sur un velouté d’asperges.
www.chassenay.fr
www.vinsbrunin.com

Domaine de Joÿ – Cuvée Saint-André 2016
Côtes-de-Gascogne

Nos amis des Côtes de Gascogne se sont fait une sorte de spécialité d’un type de blanc original, le tendre.
Le tendre n’est pas vraiment doux, ni même demi sec; ou bien, si c’est le cas en termes de grammes de sucre, il le compense tellement bien avec l’acidité naturelle des cépages identitaires du Piémont pyrénéen (je veux parler des deux Mansengs, petit et gros), qu’on le croirait beaucoup plus sec.
C’est un équilibre très particulier, instable, périlleux, même, que les meilleurs producteurs ont appris à maîtriser; parmi ces funambules, il y a le Domaine Pellehaut, avec son fameux «Été Gascon»; mais il y a aussi le Domaine de Joÿ, dont la cuvée Saint-André 2016 est l’illustration quasi-parfaite de ce que nous venons d’énoncer.
Pensez-y, au moment de l’apéro, ou bien de la croustade. Ou encore, pour rester local, au moment du foie gras.
Pour info, le domaine, situé à Panjas, dans le Gers, produit aussi de l’Armagnac et du Floc de Gascogne.
www.domaine-joy.com
www.fontaine-aux-vins.bewww.universalwine.be

Château de Valcombe – Les Sentiers de Septembre 2016
Costières de Nîmes

Basile et Nicolas Ricome exploitent le Château de Valcombe, à Générac, dans le Gard. Aux mains de leur famille depuis le 18ème siècle, ce domaine compte aujourd’hui pas moins de 90 hectares de vignes. Avec comme ambition, outre la pérennisation de l’héritage familial, un fort engagement écologique qui vient de se traduire par la Certification Haute Valeur Environnementale, qui intègre la protection de la biodiversité et celle de la ressource en eau.
La cuvée dont il est question aujourd’hui a pour (joli) nom Les Sentiers de Septembre. Elle nous parle de ces chemins tracés par les vignerons dans les herbes folles, à flanc de coteau, et qui se referment après leur passage. Des chemins qu’empruntent les raisins, et dont on retrouvera peut-être le souvenir dans le vin – pour peu qu’on ait un tant soit peu la fibre poétique….
Plus prosaïquement, elle assemble une majorité de Syrah, un cépage dont le grand père Ricome a été un des précurseurs dans le sud du Rhône, et du Grenache.
Nous avons été immédiatement séduits par la pureté de fruit de ce vin, qui n’a pas vu le bois – des fruits plutôt noirs, mûre, cassis, cerise de Bâle; et puis, très vite, on passe sur de beaux épices;  sa bouche a un petit côté sauvage, avec des notes de laurier sauce et de romarin, plutôt fraîches, ce qui équilibre bien sa puissance. Les tannins sont marqués, mais pas envahissants.
J’ai apprécié aussi sa belle longueur en finale, avec le retour du fruit noir, mais aussi une légère touche mentholée.
Ce Languedocien aux accents provençaux ravira vos convives aussi bien sur un gibier que sur une volaille, même en sauce.
www.chateaudevalcombe.com
www.vinsbrunin.com

Hervé Lalau

Pour accéder aux autres Coups de Coeur, cliquer ici

Laisser un commentaire