Ces vins vermeils qui plaisaient aux princes & aux peintres

21/03/2018 - Au Domaine Henry, à Saint Georges d’Orques, on rend hommage à ces vins qui ont séduits et désaltérés aristocratie et bourgeoisie durant de très nombreuses décades. Leur rosé, bien en dehors des modes et tendances actuelles, nous fait vivre l’impossible. Il nous fait déguster l’exquis breuvage dans de nombreuses natures mortes du 17es représenté.

Vin Vermeil 2016 St-Georges d’Orques Coteaux du Languedoc Domaine Henry

Une robe d’un rose intense aux reflets carmin pourpre, parfumé comme une dentelle ancienne de violette et de rose, mais aussi de framboise et de cerise pour en annoncer la délicate gourmandise. La bouche nous fait un baiser raffiné, à peine effleuré, mais suffisant pour en apprécier la saveur recherchée. Légèrement poivrée, elle a le goût de la burlat qui éclate au premier coup de dent, celui du grain de grenade que l’on écrase du bout de la langue, de la fraise des bois qui inonde délicate le voile safrané. Sa texture est veloutée au toucher, comme enrobé de douceur et de fraîcheur, boutis piqué d’arabesque floraux, exquise envolée sensuelle.
Rien à dire, ce style à l’ancienne nous prend les sens, quand on veut bien y céder…
Ce rosé assemble 55% de Grenache de 100 ans complété de saignée de Syrah, de Mourvèdre, de Cinsault et de Carignan qui poussent sur des côteaux faits de calcaires jurassiques, de calcaires à chailles (rognons de silex) et de cailloutis du Villafranchien. Ajoutons-y quelques autres cépages anciens pour compléter le tableau de ce rosé de terroir, ce dernier étant intemporel ou presque.

Le vin vermeil

Extrait de La Comédie de Chansons de Jean de Rotrou
Acte deuxième Scène IV

Bannissons la bizarre humeur
Et le soin de nostre cœur,
Et qu’un bon vin vermeil
Soit nostre soleil.
Beuvons compagnons toute la nuiet
Au bruit
Des pots, des plats,
Sans estre las.

Jean de Rotrou, né Jean Rotrou, est un dramaturge et poète français, né le 21 août 1609 à Dreux et mort de la peste le 28 juin 1650 à Dreux.

Christian Berentz, Nature morte, deuxième moitié du 17ème siècle

«Les Vins Vermeils sont à l’origine de la réputation du vignoble du Royaume de France jusqu’au 18esiècle, époque à laquelle ils faisaient les délices de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie. Bus dans l’année qui suivait la récolte, ils ont été détrônés par ceux qu’on appelait alors «les vins noirs», équivalents de nos rouges actuels. Le développement du commerce vers l’Europe du Nord, et l’évolution de la marine marchande ont permis des échanges beaucoup plus lointains, plus longs. Les vins noirs, considérés auparavant comme vulgaires, ont beaucoup mieux résisté à la durée de ces voyages. Leur prix inférieur à ceux des raffinés mais fragiles Vins Vermeils a favorisé leur essor. L’avènement de la bouteille* de conservation en verre, capable de recevoir un bouchage efficace, et donc de conserver les vins, a accéléré le phénomène. Comme on pouvait enfin conserver les vins sur plusieurs années, on a produit alors des vins capables d’être conservé. Ainsi sont nés les vins de garde français dans le courant du 18ème siècle. Notre Vin Vermeil, en dehors de toute mode, est une sorte d’hommage aux vins à qui la France doit l’origine de son rayonnement œnologique.» François Henry

 *vers le milieu du 17es, les Britanniques optent pour les fours à charbon pour le travail du verre et créent dans la foulée des bouteilles bien plus résistantes que celles produites grâce à des fours à bois nettement moins puissants. De plus, ils ajoutent une bague au goulot qui permet de résister au bouchage de liège et donc à la conservation et au transport. Jusque-là, les bouteilles étaient réservées au transvasement du vin et à son service à table. 

Dégustons ce nectar du passé qui aujourd’hui séduit autant nos papilles que celles des siècles passés…

www.domainehenry.fr
www.wine-not.bewww.winetop.bewww.vinsetcompagnie.bewww.vogel-vins.ch

Peinture: Clara Peeters – Nature morte – Huile sur panneau, 52 × 73 cm

Marc Vanhellemont

Pour accéder aux autres « Histoires Liquides », cliquer ici

Laisser un commentaire