Cà del Bosco ou les belles bulles de Franciacorta

01/10/2018 - Depuis 1995, la DOCG Franciacorta s’applique aux fines bulles élaborées selon la méthode traditionnelle, dans une aire de 2900 ha au sud du lac d’Iseo. Ca’ del Bosco en est un des plus beaux représentants.

Nous sommes en Lombardie, entre l’Alto Adige et le Piémont, au pied de l’arc alpin. Cette région se vante d’avoir expérimenté la refermentation du vin en bouteille dès le 16ème siècle – bien avant Dom Pérignon, donc. Pourtant, jusque dans les années 1950, sa production de mousseux était destinée à la seule consommation locale, sauf quelques grandes familles milanaises et vénitiennes qui venaient ici l’été en villégiature. On les affublait alors du nom de «petits champagnes italiens».

Aujourd’hui, notamment grâce à la démarche de pionniers comme Maurizio Zanella, de Ca’ del Bosco, Franciacorta s’est hissée à la hauteur du Champagne, si ce n’est en termes de volumes, mais en termes de qualité. L’appellation italienne s’est d’ailleurs dotée d’un cahier des charges plus exigeant, en certains points, que le Champagne: un rendement maximal de 9.000kg/ha (celui de la Champagne oscille entre 10.400 et 15.500) et un temps d’élevage sur lies de 18 mois minimum.

Grâce à William Wouters, j’ai eu la chance de pouvoir déjeuner avec Maurizio Zanella en personne: un homme à l’histoire passionnante, un vigneron visionnaire pour qui le respect de la tradition ne signifie pas qu’on s’endorme sur ses lauriers, mais au contraire, qu’on doive toujours chercher à améliorer les choses.

La petite histoire d’un grand vigneron

Dans les années 1960, la mère de Maurizio, Annamaria Clementi a fait l’acquisition d’une petite maison au milieu des chênaies d’une colline d’Erbusco – la maison du bois, ou ca’ del bosco, en Lombard. C’est elle qui a planté les deux premiers hectares de vignes du domaine. Inspiré par cet exemple, et convaincu des possibilités de la région, Maurizio a mis toute sa passion pour construire ce qui est aujourd’hui, 50 ans plus tard, un domaine de référence.

Ses quelque 240 ha de vignes recevront la certification bio en 2019. Ca’ del Bosco, c’est aussi un domaine à la pointe de la technologie. Pas étonnant, quand on sait que Maurizio a étudié à Bordeaux, en Bourgogne et en Champagne, mais aussi dans la Napa Valley. Sa rencontre avec Robert Mondavi a également été un élément déterminant dans son ambition de produire un vin de grande qualité.
Ses Franciacorta témoignent de la virtuosité de Maurizio dans l’assemblage, de sa connaissance de son terroir exceptionnel et de sa créativité en matière de techniques de vinification.
Ca’ del Bosco produit actuellement 8 cuvées de Franciacorta, mais aussi 2 blancs et 5 rouges tranquilles.

Le terroir

Les vignes de Ca’ del Bosco se répartissent entre une dizaine de parcelles soigneusement choisies. Les sols, ici, sont issus de moraines riches en éléments minéraux, et très bien drainés. Leur orientation au sud, et l’influence modératrice du lac d’Iseo et des vents qui soufflent depuis les Alpes par le Val Camonica, tout cela assure aux vignes des journées chaudes et des nuits fraîches l’été, ainsi que des hivers doux. Les vignes situées les plus en altitude – et Maurizio tend à les développer compte tenu du réchauffement climatique – présentent une amplitude diurne plus importante, ce qui garantit une maturation optimale, car plus tardive, et une acidité naturelle plus élevée.
A ce propos, 6 hectares d’un cépage local oublié, l’erbamat, garantissent un surcroît d’acidité.

La main du maître

La récolte se fait manuellement; les grappes sont ensuite débarrassées de toute impureté, puis lavées trois fois, et enfin (depuis cette année) séchées à l’air frais. Tout ceci pour garantir une matière première particulièrement saine, qui assure à son tour une meilleure fermentation et des lies plus pures. Tout est mis en œuvre pour contrer l’oxydation et limiter au maximum l’utilisation de soufre. Maurizio s’est fixé des contraintes plus exigeantes que celles de la DOC – c’est pour lui le prix de l’excellence. Ainsi, il applique un temps d’élevage sur lattes plus long, afin d’enrichir ses vins par l’autolyse (la dissolution des cellules des lies dans le vin, qui ne commence qu’après un an environ) et leur apporter plus de complexité et d’harmonie.

La gamme des Franciacorta de Ca’ del Bosco comprend trois niveaux, chacun avec un temps de vieillissement sur lattes plus long que le précédent, et à partir du 2ème niveau, un vin de base d’une seule année travaillé de manière à faire ressortir son caractère.
Tout en respectant au maximum la nature, Maurizio utilise toutes les possibilités de la technologie moderne, y compris l’informatique (ce qui lui permet notamment d’assurer une traçabilité complète de chaque bouteille, y compris le bouchon).
Mais la vérité étant dans le verre, voici nos commentaires sur 4 cuvées de la maison, à titre d’exemple; deux de la gamme de base, et une de chacune des deux gammes supérieures.

Cuvée Prestige

Un assemblage de 75% de chardonnay, de 10% de pinot blanc et de 15% de pinot noir (le plafond autorisé), issu de vignes d’une vingtaine d’années réparties entre une demi-douzaine de parcelles. Le rendement est limité à 7.500 kg/ha avec un rapport moût/fruit de 63%, aussi le vin est-il bien concentré; il a été élevé 25 mois sur lies (la réglementation en exige 18) et est dosé à 4g de sucre. Sa robe est d’un or soutenu, orné d’un joli collier de perles fines. Son nez nous offre des fruits jaunes et blancs, quelques notes florales et un soupçon d’amande. L’attaque en bouche nous offre des fruits mûrs dont le côté juteux est bien équilibré par une rafraîchissante acidité.
Cette cuvée «d’entrée de gamme» a le nom de «Prestige», ce qui montre bien l’ambition de la maison – quoi qu’il en soit, c’est la référence pour les aficionados de Ca’ del Bosco.

Cuvée Satèn 2013 (millésimé)

Maurizio Zanella est à l’origine de la mention Satèn, aujourd’hui officialisée par le Consorzio de la DOCG et qui s’applique aux Friancacorta dont la pression est limitée à 4 atmosphères – un peu comme l’ancien crémant de Champagne.
Cette cuvée assemble 85% de chardonnay (des vignes de 34 ans) et 15% de pinot blanc (26 ans), issus de 16 différentes parcelles. Le rendement est limité à 7.500 kg/ha et le rapport moût/fruit à 43%. Le vin est dosé à 2 grammes de sucre.
La robe de ce vin est d’un or soutenu, avec une jolie couronne de perles. Le nez nous propose des fruits jaunes et blancs bien mûrs, avec des écorces d’orange. C’est en bouche que ce vins mérite son nom de «satiné». Celle-ci est à la fois vineuse et opulente, avec un bel équilibre entre un côté mûr et un côté frais. 48 mois d’élevage sur lattes expliquent sans doute cette séduisante complexité.
De quoi faire un mariage princier et plutôt zen avec un tartare de gambas aux accents salés et fumés.

Cuvée Vintage dosage zéro noir 2008

Ce ‘blanc de noir’ est issu du seul pinot noir; les vignes sont situées sur une colline orientée au Sud, le Belvedere – elle donne sur le lac d’Iseo. A 466 m d’altitude, c’est la plus haute parcelle de Ca’ del Bosco. Le rendement est limité (à 7400kg/ha), et le pressurage également (ration moût/fruit de 50%), ce qui explique la coloration légère et l’élégance de la concentration.
Cette cuvée de 2008 – vous lisez bien – est restée 8 ans et 3 mois sur ses lies fines. Elle n’est pas dosée.
Sa robe est ornée de bulles très fines au centre du verre. Le nez séduit par ses notes de brioche aux éclats de pomme golden confite et de pistache. La bouche est – la fois vive et crémeuse, avec de cake au poires confites. Très frais, élégant, mais aussi complexe, avec une pointe de salinité en finale.

Cuvée Annamaria Clementi

Nous avons choisi de vous présenter le rosé afin de bien pouvoir établir une comparaison avec la cuvée précédente.
Cette véritable ode de Maurizio à sa mère a eu l’honneur d’être sélectionnée par Jancis Robinson. C’est la quintessence de Zanella et de Ca’del Bosco. Ce vine st issu de pinot Noir de vignes de 30 ans en moyenne, plantées près de la cave, à Erbusco. Le rendement est limité à 7200 kg/ha avec un rapport moût/fruit de -seulement 45%. Avec un dosage d’un gramme au litre, cette cuvée est un extra brut. Le vin est resté 9 ans sur ses lies.
Superbe robe saumonée garnie de fines perles. Nez estival de framboises et de groseilles, avec un zeste d’orange sanguine. Attaque étonnamment riche; mais également très vive, et à nouveau ce fruit rouge très rafraîchissant. Sa minéralité et ses subtils tannins en font un vin d’une grande finesse. Sa complexité et sa finale longue et puissante sont soulignées d’un trait de sel des Alpes. Harmonieux et étonnamment jeune pour son âge.

Bref, Ca’ del Bosco est un nom à retenir, et pas seulement dans le cadre italien.

www.cadelbosco.com
www.young-charly.com

Johan De Groef

Pour accéder aux autres «Portrait», cliquer ici

Laisser un commentaire