Bourgueil ou la vraie personnalité du Cabernet-Franc

03/07/2017 - Les vins rouges de Loire n’ont pas toujours eu les faveurs du grand public en raison de leur acidité assez marquée renforçant des tanins parfois anguleux.
Par contre, les œnophiles adorent depuis longtemps le cépage cabernet franc sur les différents terroirs ligériens pour sa personnalité construite sur les fruits rouges, la fraîcheur et son potentiel de finesse.

Cépage de deuxième maturité, il arrive à maturité vers fin septembre, début octobre. Parmi ces terroirs propices au cépage, Bourgueil  figure en bon rang. La maturité tardive est bien adaptée au climat semi-océanique et les sols/sous-sols lui conviennent. Reste alors au vigneron à travailler la vigne proprement pour exploiter le potentiel du couple terroir/ cabernet.

Terroirs

Le vignoble de Bourgueil, classé AOC par le décret du 31 juillet 1937, est situé à l’ouest de Tours sur la rive droite de la Loire. Il s’étend sur 7 communes du département d’Indre-et-Loire : Restigné, Benais, Ingrandes-de-Touraine, Saint-Patrice, Chouzé-sur-Loire, La Chapelle-sur-Loire et Bourgueil, ce sur une superficie de 1400 hectares. Les types de sols s’étalent sur trois niveaux :

  • Ilots caillouteux de sable et graviers sur les communes de Chouzé et la Chapelle émergeant des alluvions les plus récentes,
  • Hautes terrasses sablo-graveleuse d’alluvions anciennes sur les communes d’Ingrandes, Restigné, et Bourgueil. C’est un sol intéressant pour la culture de la vigne, profond de quelques centimètres à plusieurs mètres, posé sur sous-sol de calcaire.  L’eau est rapidement drainée, le sol se réchauffe rapidement, ce terroir produit des vins souples, délicats, ronds et fruités  à boire relativement jeunes.
  • Coteaux argilo-calcaires- le fameux tuffeau- adossés à la forêt qui favorisent des matières plus structurées, de garde. C’est ici que le cabernet franc donne le maximum de son potentiel à condition d’être récolté à juste maturité. Son magnifique fruit mûr habille alors des tanins qui peuvent parfois être anguleux dans la jeunesse mais qui révèlent leur finesse avec le temps tout en restituant une longue finale crayeuse.

Vins

Exposé plein sud, protégé des vents du nord par l’épaisse forêt qui le borde, le vignoble de Bourgueil bénéficie du microclimat doux et tempéré apporté par l’influence de la Loire.
120 vignerons y produisent environ 65 000 hl de vin chaque année : 4 % de rosé sec et aromatique mais essentiellement, ce sont les rouges qui ont fait la réputation de Bourgueil.
Ils sont majoritairement produits avec le cabernet franc (localement appelé Breton), mais quelques parcelles de cabernet sauvignon peuvent également entrer dans l’assemblage de ces vins (maximum 10 %). Il faut ici tordre le cou au mythe du cabernet qui devrait  se singulariser par des arômes de poivron vert. En effet ces derniers sont la marque d’un déficit de maturité phénolique, liée à des rendements trop élevés, des clones trop productifs, des sols vitrifiés par un excès de chimie. En réalité, bien travaillé, le cabernet franc exprime plutôt des notes de fruits rouges type framboise, griotte, de fruits noirs type cassis, mûre, sureau avec parfois des touches florales type pivoine.

Millésimes récents sur Bourgueil

2014 : printemps et été pluvieux ont provoqué une pression du mildiou. Heureusement septembre et début octobre  se sont montrés secs et ensoleillés. Les vendanges ont donc pu se dérouler sans hâte. Des nuits fraîches  ont permis au raisin de garder  fruit et acidité pour déboucher sur de matières d’un équilibre classique.

2015 : un printemps chaud et sec a été suivi par un été très sec. Cela a pu causer du stress hydrique auquel les pluies  en milieu et fin août ont mis un terme. Ces conditions solaires ont néanmoins freiné les maturités phénoliques et les vignerons qui ont pris peur  face aux pluie de mi-septembre ont récolté trop tôt des raisins aux tanins âpres, voire asséchants. Les autres par contre disposent de belles matières avec des fruits expressifs, des tanins mûrs et de la fraîcheur.

2016 : si l’hiver s’était montré clément, catastrophe fin avril : un gel désastreux anéantit en deux nuits une partie des vignes ayant connu un débourrement précoce. Pour suivre le printemps trop frais et pluvieux a favorisé le mildiou et causé coulure et millerandage. Ouf,  l’été a sauvé ce qui restait du vignoble avec un septembre calme, ensoleillé, favorable à faire mûrir les tanins. Les nuits fraîches de leur côté ont garanti de bonnes acidités. Des volumes faibles néanmoins.

Bernard Arnould

Quoi de neuf à Bourgueil ?

Nous avons pu déguster à l’aveugle 24 échantillons de Bourgueil, principalement des 2014 et 2015, dont nous avons retenu 8 flacons. Et comme nous pouvions nous y attendre, nous avons préféré les cuvées à bas rendement du terroir de coteaux de tuffeau parfois siliceux orientés au Sud. Et sans surprise également, ces bouteilles se tenaient toujours très bien quelques jours après ouverture.
Comme le dit notre confrère néerlandais Hubrecht Duijker ”Les Bourgueil sont comme des bijoux non taillés, il ont besoin d’un peu de temps».

Domaine des Chesnaies, Lamé-Delisle-Boucard.

Philippe et sa sœur Stéphanie, avec leurs conjoints Patricia et Eric, sont la 5ème génération d’une famille de vignerons passionnés. Leur domaine a été fondé en 1869. Leur cave abrite une belle collection de vieilles cuvées : voici quelques années ; nos collègues Lalau et Vanhellemont ont ainsi eu l’occasion de déguster un 1893 (vous avez bien lu !) encore plein de vie, paraît-il.
Le domaine comte 44 ha, répartis en 61 parcelles, dont la plupart sur des coteaux de tuffeau.

Cuvée Vieilles Vignes 2015

Issu de vignes de 40 ans, sur différentes parcelles ; une terrasse de galets au lieu-dit Louys et les chauds coteaux du Mont Sigou, où se mêlent argile et silice. Après 10 jours de macération, avec remontages réguliers, une fermentation alcoolique en futs coniques ouverts, une fermentation malo-lactique en foudres de bois, les vins sont assemblés puis élevés encore un an, avant d’être mis en bouteille.
La robe est d’une rouge sombre, aux reflets violines. Le nez d’abord timide se réveille à l’aération, pour nous offrir du fruit rouge et noir bien mûr, une touche animale et un soupçon de cacao. La bouche est veloutée, à la fois puissante et élégante, souple et charnue, et sa structure très harmonieuse (13,5° alc.). A noter, également, une jolie pointe de sel en finale.

Brunetières 2015

Une des deux cuvées parcellaires du domaine. Celle-ci est issue d’un coteau orienté Sud, protégé au Nord par des bois. Composé d’un mélange d’argile et de tuffeau (appelé Aubuis, localement), il appartient aux meilleurs terroirs de Bourgueil.
Robe rouge sombre. Nez expansif de framboise mûre et de griotte, bientôt rejointes après agitation par quelques myrtilles. La bouche bien fraîche prolonge ces fruits. C’est puissant, très droit et structuré, sur la minéralité. La longue finale est étonnamment juteuse. A garder.
http://lame-delisle-boucard.com
www.pouletvins.be

Cuvée Prestige 2015 – Domaine Guion

C’est en 1994 que Stéphane a repris ce domaine de 8,5 ha (bio depuis 1965). Le vignoble comprend des vignes cinquantenaires à Benais, sur des sols argileux et calcaires. Stéphane vendange à la main et utilise des levures indigènes. Après 20 jours de macération, le vin est élevé 10 mois en cuve.
Robe rouge sang. Nez typique de cabernet franc (cerise, fruits des bois) ; la bouche elle aussi sur les petits fruits rouges, notamment les griottes. Il s’agit d’un vin puissant, concentré, aux tannins tendus, à la belle acidité et à la texture minérale. Je le vois très bien sur de la charcuterie ou sur une solide pièce de viande.
www.domaineguion.com

Les Racines 2015 – Frédéric Mabileau

Ce domaine réuni en 2003 totalise 28 ha, répartis entre quatre appellations: Saint-Nicolas de Bourgueil, Bourgueil, Saumur et Anjou.  La Cuvée Les Racines est issue du lieu-dit Champs Colesse: une enclave de 2 hectares de galets à Chouzé, près de la Loire. Les vignes de 45 ans ont été plantées par le grand-père de Frédéric.
Après avoir fait sa fermentation alcoolique en cuve et sa malo en barriques, le vin est élevé 10 mois en demi-muids de 3 ou 4 ans.
Belle robe purpurine. Au nez, la framboise le dispute aux myrtilles. La bouche renchérit avec des notes de fruits des bois, si frais qu’on les croirait cueillis sous la rosée du matin, et des cerises noires. Belle structure, assez rond, tannins souples, finale plutôt longue et juteuse.
www.fredericmabileau.com
www.tgvins.behttps://lechemindesvignes.bewww.lansac.bewww.lacaviniere.bewww.winfin.bewww.feys-vanacker.bewww.terresdelavaux.chwww.lesgenereux.nl

Clos Sénéchal 2014 – Catherine & Pierre Breton.

Pierre a vinifié son premier vin 1985 ; cinq ans plus tard, il passait en bio.  Catherine, elle, a vinifié ses premiers Vouvrays en 2002, sous le nom de La Dilettante. Ensemble, ils exploitent 17ha dont 10 en AOC Bourgueil, 1 ha en AOC Vouvray et 6 ha en AOC Chinon.
Cette cuvée est issue d’une parcelle de 1,3 hectare, plantée de vignes de 50 ans, sur des coteaux de tuffeau exposés au Sud.
Après 3 semaines de fermentation alcoolique, avec levures indigènes, et sans ajout de SO2, le vin fait sa malo puis séjourne encore 18 mois en foudres.
Robe d’un rouge profond. Le nez présente des notes de framboise et de mûre, ainsi qu’une touche de marasquin et de violettes, après l’agitation. La bouche nous régale de fruit –  du rouge bien mûr et du noir tout en tension. La texture est dense, assez ronde mais bien structurée, la tannins sont suaves et la finale très longue.
www.domainebreton.net
http://vin-naturel.be

Le Grand Clos 2014 – Y. Amirault

Yannick – un anticonformiste – a fondé le domaine en 1977, reprenant 3,4 ha de vignes à son grand père. Dans les années ’90, il l’a élargi en rachetant notamment Le Grand Clos, un terroir emblématique de Bourgueil. Benoît, un de ses deux fils l’a rejoint en 2003 et depuis 2009, l’ensemble du domaine (20ha) est certifié AB.
La parcelle dont cette cuvée comprend 2ha d’argiles et de silex sur tuffeau ; elle est plantée de vignes de 45 ans. Son rendement ne dépasse guère les 25hl/ha. Les raisins sont macérés puis fermentés pendant 4 semaines en futs tronconiques ; le vin est ensuite élevé pendant quelque 18 mois en barriques de 400 litres.
Robe rouge sombre. Nez puissant de framboise, de mûres et de sureau, complété par des notes florales. La bouche, elle, offre un fruité velouté, des tannins suaves et une belle vivacité. En résumé : un vin riche, rond, frais et surtout harmonieux.
www.yannickamirault.fr
www.tgvins.bewww.cavedesoblats.com

Château de Minière

Un couple de Belges, Sigurd et Kathleen Mareels–Van den Berghe sont les propriétaires de ce château depuis 2010. Les vignes du domaine (15 ha, bio depuis 2013) se répartissent entre trois communes de l’AOC Bourgueil : Ingrandes de Touraine, Restigné et Benais.

Château de Minière 2014

Les vignes de 45 ans poussent sur une terrasse où se mêlent argile, calcaire et galets, recouverts par du sable apporté par le vent.
La vendange égrappée est mise à fermenter en cuves inox sans ajout de levure ni de sucres; idem pour la malo. Le vin est ensuite élevé entre 10 et 12 mois, pour moitié en cuve inox, pour moitié en barriques de 2 et 3 ans. Le tout est assemblé 3 mois avant la mise, sans clarification.
Robe rouge sombre. Un beau panier de myrtilles, de mûres au nez, avec une pointe de sureau. La bouche très fraîche confirme et prolonge ces impressions, apportant en plus une touche épicée. L’ensemble est à la fois puissant et équilibré, le picotement des tannins réveille la finale, particulièrement juteuse.

Vignes Centenaires de Minière 2014

Ce grand vin est le coup de cœur de notre dégustation. Il est issu de vignes de plus de 100 ans plantées sur sols à dominante calcaire, orientés Sud-Sud-Ouest. Leur rendement ne dépasse pas 25hl/ha. Le vin subit le même procédé de vinification que son « petit frère » ci-dessus, mais son élevage dure 24 mois ; il se fait en barriques de 225 litres (30% bois neuf, 30% barriques d’un à deux ans, et le reste en barriques de deux à trois ans).
Robe profonde d’un rouge sombre. Beaucoup de fruit noir, de myrtille et de violette au nez. L’attaque en bouche reprend ce fruit noir auquel elle ajoute du fruit rouge frais. Cette bouche offre une grande complexité, avec une belle profondeur minérale ; les tannins sont bien marqués, mais très mûrs ; et en point d’orgue, la longue et succulente finale nous gratifie d’une pointe de sel. Quelle finesse !
www.chateaudeminiere.com

Johan Degroef

Dossiers IVV, cliquer ici 

Connectez-vous

J'ai oublié mon mot de passe

Abonnez-vous ou inscrivez-vous au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (gratuit)

IVV numérique, c'est tout le magazine In Vino Veritas, avec les fonctionnalités modernes en plus. Un contenu réactualisé 4 fois par semaine.
Pour accéder à tous nos articles, et à nos outils de recherche et d'interactivité, une seule solution, l'abonnement!
Quatre formules :

  • L’accès gratuit au « Bar-à-Vins In Vino Veritas » (compris avec l’abonnement)
  • L’abonnement d’un an à 40€
  • L’abonnement de 2 ans à 76€
  • L’ offre d’essai de 15 jours à 5€

Je m’inscris et/ou je m’abonne