Beaujolais, champion du rapport plaisir-prix

04/11/2016 - Quelques jours passés en Beaujolais, en avril dernier, d'abord pour le Gamay Day, puis pour BBB (non, pas blanc-bleu belge, mais Bien Boire en Beaujolais) nous ont apporté la confirmation de tout le bien que nous pensons des vins de cette superbe région.

gamay_grapeIl serait temps que nous, les commentateurs, passions à autre chose que de ressasser nos déceptions passées: oui, il y a eu de mauvais Beaujolais; oui, le Beaujolais Nouveau a fait de l’ombre aux autres productions; mais il ne suffit pas de dire: « parlons des crus, quitte à les découpler du Beaujolais »; certes, les crus valent le détour; mais quid des Beaujolais et Beaujolais Villages? Ils méritent eux aussi d’être réhabilités, car on trouve aujourd’hui sous ces deux appellations de véritables joyaux. Correction: ils ont toujours existé, mais nous manquions de curiosité, tant l’image de la région avait pu tomber bas.

Certes, il reste bien quelques Beaujolais outrageusement fardés, à coups de levure ou de thermo. Mais ces mauvais sujets ne doivent plus faire de l’ombre aux autres, d’autant que les vignerons ont bénéficié de conditions favorables au cours de deux derniers millésimes – 2014 et 2015. L’embellie est manifeste.

Les vins qui suivent sont quelques exemples, parmi d’autres, de beaux Beaujolais, qu’ils soient de crus ou non. De vins qui font honneur à leur cépage, à leur terre et à leur communauté vigneronne. Alors remettons les pendules à l’heure… beaujolaise.

Manoir du Carra

Le cru de Juliénas (600ha) est connu pour la puissance de ses vins. C’est le cas de celui-ci. Le Manoir du Carra se situe à l’Ouest de Villefranche, sur la commune de Denicé. La famille Sambardier, pionnière de la viticulture bio, exploite 34 ha répartis entre plusieurs appellations et propose plusieurs cuvées parcellaires de caractère.
Juliénas 2014, Manoir du Carra
carra
Cette cuvée est issue de Gamays de 50 ans, plantés au lieu-dit En Bottières, sur des schistes et du granit, avec quelques poches d’argile. Elle présente une robe rubis aux reflets pourpres. Le nez offre un riche bouquet de fleurs, notamment violette et pivoine, combinés à une touche de caramel et de cannelle. En bouche, c’est plutôt le marasquin qui domine, accompagné d’épices (à nouveau la cannelle, mais aussi de la chicorée et de l’anis en finale). Un vin à la fois élégant, gourmand et charnu, avec une belle amertume – un vrai cru du Beaujolais !
www.manoir-du-carra.com
www.dulst.be

pano_qualite

Domaine de la Pirolette

Ce domaine de 15 ha de sols variés, au cœur de Saint Amour, tire son nom de la pirole, une plante à fleurs blanches ; son histoire remonte au début du 17ème siècle. Depuis 2013, elle est aux mains de la famille Barbet.
Saint Amour 2014, Domaine de la Pirolette
pirolette
Robe d’un carmin plutôt sombre. Le nez nous offre de la prune bleue bien croquante et des fruits des bois. La bouche s’oriente vers un fruit plus rouge, mais aussi des notes plus épicées – du balsamique, notamment. L’acidité est bien fondue, la finale juteuse et les tannins robustes qui appellent une belle pièce de Charolais…

Domaine Durieu

Beaujolais Villages 2015, Lou Y es-tu?, Mathilde et Stephen Durieu de la Carelle
lou-y-es-tu-2015-beaujolais-villages-gamay-bio-vin-naturel
C’est en 2007 que Stephen Durieu de la Carelle, vigneron depuis 2000, a converti en bio son domaine de 7 hectares, situé à Saint-Etienne des Oullières. Depuis 2009, il ne vinifie plus que du vin nature. Cette cuvée à très faible rendement (21hl/ha)  est issue de vignes de 70 ans sur granits et sables, orientées Sud-Sud Ouest. Macération carbonique et élevage en cuves béton.
Robe carmin; au nez, de la cerise et de la framboise à gogo, ainsi que de la violette. La bouche confirme, avec une pointe de guignolet. Cette cuvée aux tannins croquants présente aussi des accents salins. Bref, on a vu le Lou… https://www.facebook.com/stephendurieu/

Clos de la Roilette

Alain Coudert a repris les rênes de cette exploitation familiale de Fleurie en 1984.
Quatre hectares du domaine (qui en compte 8) sont situés sur le lieu-dit qui lui donne son nom, sur des sols sombres, argileux et caillouteux, qui recouvrent un socle granitique, avec quelques pentes assez douces. Il s’agit principalement de vieilles vignes, dont certaines ont plus de 80 ans.
roiteleteClos de la Roilette Fleurie 2014
Une cuvée qui combine force et élégance ; le fruit rouge, opulent au nez et en attaque de bouche, s’appuie sur des tannins très fins, et une belle vivacité emporte la finale. www.clos-de-la-roilette.com
http://vins-mostade-gobert.be/ http://www.vierheemskinderen.nl/

roitelette

Château Thivin

Le Château Thivin est dans la famille Geoffray depuis 1877. Il a séduit Colette et Curnonsky (entre autres). Claude, Evelyne et Claude-Edouard Geoffray y vinifient des Brouilly, des Côtes de Brouilly, en assemblages ou en parcellaire, et des Beaujolais-Villages.
chateau-thivin-cuvee-godefroy-2011-gChâteau Thivin Côtes de Brouilly 2014 Cuvée Godefroy
Un fruit noir, une belle acidité, des tannins fondus, une impression de confort et de puissance.
www.chateau-thivin.com
www.art-et-terroirs.bewww.veluvins.bewww.boutelegier.be

chateau-thivin-domaine-mont-brouilly

Domaine Louis-Claude Desvignes

8 générations de vignerons se sont succédés dans cette maison de Villié-Morgon qui possède notamment des parcelles de très vieilles vignes sur la Côte du Py. Qualifié de «traditionnaliste impénitent», parce qu’il refusait la thermovinification, Louis- Claude Desvignes a maintenant  laissé sa place à ses 2 enfants, Claude-Emmanuelle et Louis-Benoît, qui suivent si bien ses traces qu’il lui ont dédié la cuvée ci-dessous.
Domaine Louis-Claude Desvignes Morgon 2014 Cuvée Impénitents
domaine-desvignes-impenitents-2011-g2
Ce vin nous aborde avec un superbe nez de compote de fraise, puis elle nous retient avec des notes épicées, animales, et fumées en bouches, une belle structure  où la puissance s’équilibre d’une belle fraîcheur et d’une certaine gourmandise.
Cette cuvée (qui n’est produite que les bonnes années) est issue de vignes de 100 ans, en bas de la Côte du Py, dont les raisins sont vinifiés en grappes entières.
www.louis-claude-desvignes.com
http://vins-mostade-gobert.be

claude-emmanuelle-desvignes

Château de Pizay

Un domaine créé en… 1030. Qui dit mieux? Si le château du 14ème accueille un hôtel de charme, aujourd’hui, il a conservé toute sa vocation viticole : 78 ha de vigne, dont une bonne partie sont visible du château, à Saint-Jean d’Ardières. Et pour faire bonne mesure, une œnothèque très didactique et un parcours oeno-sensoriel…
Château de Pizay Régnié 2014
pizay-regnie1
Un vrai délice nasal que ce vin qui mêle le floral (violette, pivoine) et le fruit (confiture aux 4 baies), mais dont la bouche vive, et les tannins fermes viennent contrebalancer ou plutôt compléter la gourmandise. Ses tannins fermes et suaves, sa finale veloutée, soyeuse, appellent un plat de choix, une recette ambitieuse ; un lièvre à la royale, par exemple.  Normal, pour un vin appelé à… Régnié !
www.vins-chateaupizay.com
www.young-charly.com –  www.vinsleroyprevot.com – http://lamaisonblanche-wijnen.nl/ – www.albertkint.be/index.html

pizay

Un peu de marketing de comptoir…

Le Beaujolais est le type même du lubrifiant social, nous disent les experts… et les buveurs, pour une fois d’accord. Il délie les langues et ouvre aux autres. Il fait partie de ces produits auxquels on s’identifie facilement; le buveur, en l’occurrence, s’attribue ses qualités, notamment de légèreté réelle ou supposée.
Le Beaujolais, c’est une logique de plaisir;  les accords gourmands de tous les jours,  la cuisine bistrot, le partage, la convivialité ; c’est un vin, mais c’est aussi un territoire – d’ailleurs, le vin en incorpore le nom. Un des plus beaux paysages viticoles de France.
Bref, un vin qui n’a pas besoin de protocole, et surtout pas de prise de tête.
Avec tous ces atouts, expliquez-nous encore comment il ne s’en vend pas plus, notamment en Belgique, pays de convivialité… Serions-nous devenus snobs ?

Château du Moulin à Vent

A Moulin-à-Vent, il y  a un moulin, mais aussi un Château – le Château du Moulin à Vent. Même que Lamartine y a vécu. Le poète n’y buvait pas que de l’eau, dit-on. Aujourd’hui, c’est la famille Parinet qui exploite ce vignoble de 30 hectares.

Château du Moulin à Vent, Cuvée Champ de Cour 2014
champ
Ce vin est une des deux cuvées parcellaires du Château (avec La Croix des Vérillats, que nous avons déjà pu apprécier dans son millésime 2012). Le Champ de Cour est un plateau exposé Sud-Est, où la roche granitique superficielle pousse les racines des vieilles vignes à plonger profondément, ce qui les protège des aléas climatiques, Sont-ce les galets en profondeur qui donnent au vin sa minéralité ? Toujours est-il qu’il s’agit là d’un vin élégant, assez tendu, mais à la puissance contenue, aux tannins soyeux et très long en bouche. La grande classe.
www.chateaudumoulinavent.com
www.wijnengoyens.be

moulin

Domaine de Fa

Un Beaujolais tout court élaboré par les fils d’Alain Graillot, Antoine et Maxime. C’est leur premier millésime. Pour le prochain, ils sortiront sans doute un Saint-Amour, puisque leurs 5 ha sont à cheval sur ce cru et son voisin Juliénas.
Beaujolais En Bresset Domaine de Fa 2014
fa
Entretemps, leur Beaujolais 2014 s’offre tout de go, floral, primesautier, croquant le fruit, respirant les fleurs. Les tanins fins tissent leur soie en fond de décor, y accrochent baies délicieuses, y dessinent des arabesques épicées. Frais et juteux, voilà un joli coup à boire.
Les vignes de 40 ans sont plantées dans le granit à 8.000 pieds/ha. La vendange entière, non levurée, cuve de 8 à 10 jours, élevage en foudres de 20hl et 30hl pendant 10 mois
contact@domainegraillot.com
http://vins-mostade-gobert.be/

dom-de-fa

Domaine Mee Godard

Mee s’est installée à Morgon en 2013, année de son premier millésime. Avant, elle vendait des produits œnologiques. C’est en parcourant le Beaujolais qu’elle a flashé sur ses paysages magnifiques. Et décidé d’y faire du vin.
domaine-godard-morgon-cote-du-pyCôte du Py 2014 Morgon Domaine Mee Godard
Rubis sanguin, il respire l’iris et le bouton de rose poudré de poivre blanc, éclaboussé d’une groseille éclatée. La bouche hyper juteuse nous rafraîchit dès la première gorgée. Les tanins ont la texture un rien rêche de la soie sauvage, cela apporte un relief coquin et enrichit agréablement la structure. Fraîcheur et fluidité le montrent à la fois prêt et apte au vieillissement.
Les Gamays issus de 3 parcelles ont 65 ans et poussent entre schiste et pierre volcanique serrés à 10.000 pieds/ha. Égrappage partiel, cuvaison 15 à 20 jours, élevage en barriques, 14 mois d’élevage en barriques. www.meegodard.com
www.maisondesvinsfins.be – www.pallaswines.nl

vins-domaine-mee

On a aimé 😉

  • Les prix très sages, le rapport plaisir-prix imbattable.
  • La jovialité, la convivialité des vins comme de leurs producteurs. On sent comme une nouvelle fierté dans la base vigneronne du Beaujolais.
  • On note aussi l’apparition de jeunes talents. Des néo-vignerons ou bien des gens qui succèdent à leurs parents, et qui se lancent dans le vin avec d’autres idées, d’autres ambitions que de vider leur cave à la mi-novembre. Un gage d’avenir.

On a moins aimé ;-(

  • Le distinguo, maintes fois entendu, entre les Crus Communaux et le Beaujolais en général. Les crus font partie du Beaujolais; selon nous, ils n’ont d’avenir que si le Beaujolais dans son ensemble se tire du marasme, par le haut. C’est l’image de la région tout entière qu’il faut rétablir, pas seulement celle de quelques zones.
  • L’idée qu’il ne puisse y avoir de premiers crus, un jour, que dans les appellations communales, est une insulte aux beaux  terroirs des Villages et du Beaujolais simple – qui n’en manquent pas!

D’ailleurs, notre sélection comprend aussi bien des Beaujolais, des Villages que des appellations communales.

Domaine Jean Foillard

Jean Foillard faisait déjà du vin nature bien avant qu’on en parle dans les gazettes. Voilà plus de trente ans qu’il suit la ligne suggérée par Jules Chauvet, celle de l’authenticité, et cela, contre vents et marées marketing. Ses vins débordent d’élégance, de gourmandise et de précision. Ah, si tous les vins naturels étaient comme les siens…
Cuvée Corcelette 2014 Morgon Domaine Jean Foillard
domaine-jean-foillard-morgon-corcelette-2012-g
Pourpre violacé, ce vin offre curieusement des senteurs chocolatées au premier nez. Ça le rend d’emblée gourmand, d’autant plus que les gelées de framboise et de groseille les recouvrent sans hésitation. Un parfum de violette et d’iris lui confère de l’élégance. Élégance qui se retrouve en bouche. Charme simple et délicat accentué par le croquant du fruit, le grain tannique et le trait d’épices. Et puis il y a cette fluidité qui rafraîchit le palais d’un juteux succulent…
Plantés à 10.000 pieds/ha, les Gamay ont 60 ans et sont vendangés en grappes entières. Vinification en macération carbonique, élevage de 8 mois en fûts non neufs; ni sulfitage, ni filtration à la mise.
jean.foillard@wanadoo.fr
www.basin-marot.be – www.lepasseurdevin.com – www.vierheemskinderen.nl – http://wijnvriend.nl/  –www.pieksman.nl

fouillard-1

Bientôt des Premiers Crus en Beaujolais ?

C’est une des actualités du Beaujolais, dont l’intérêt pour la hiérarchisation des crus a sans doute été relancé par l’inscription des Climats de Bourgogne au Patrimoine de l’Humanité.
Des climats, en Beaujolais, il y en a, bien sûr. Mais pas au sens officiel de premiers crus ou de grand crus. Tout juste des lieux-dits, dont rares sont ceux qui ont une vraie notoriété – on citera la Côte de Py, à Morgon ; ou encore, pour son côté poétique, La Folie, en Saint-Amour.
Avec la caractérisation des sols du Beaujolais, engagée en 2009, la région vise à mettre un place un outil de hiérarchisation de ces climats – en clair, à pouvoir déposer à l’INAO un dossier qui tient la route, ou plutôt, le terroir.
Cela ne concerne pour l’instant que les dix appellations communales.

Le Grappin

Andrew Nielsen, Australien d’origine, se voue aux vins depuis qu’il a flashé au milieu des années 2.000 sur un Clos de la Roche. Après quelques vinifications autour du monde, il a atterrit en Bourgogne où il recherche avec son épouse Emma les petits terroirs d’exception pour alimenter son micro-négoce. De Beaune où ils sont installés au Beaujolais, il n’y a qu’un pas vite franchi pour une parcelle de vieilles vignes du côté de Lancié, au sol fait d’un dépôt alluvial de granit rose et de schiste sur sable granitique
Beaujolais Villages du Grappin 2015
grappin
Rubis violacé, très gamay avec ses notes florales de violette et d’iris, son nez de cassis gonflé de sève. La bouche est séduite par la fraîcheur d’entrée, les tanins souples, la longueur sur la réglisse et son dynamisme bon enfant. Un vin frais et léger qui se boit sans vraiment réfléchir, avec juste ce qu’il faut de croquant pour la charcutaille.
Vinification des raisins entier en cuve béton sans soufre ni levurage. Remontage léger après fermentation. Pressurage après 9 jours de cuvaison en vieux pressoir vertical. Entonné en fûts de 10 vins et +. Élevé sans soufre, mise en bouteille sans collage ni filtration sous capsule à vis avec 5mg/L SO2 ajouté juste avant le mise.
www.legrappin.com

grappin2

Domaine Saint Cyr

Ce domaine familial installé depuis 1963 sur la commune de Anse au sud du Beaujolais passe de père en fils presque tous les 20 ans. Aujourd’hui, c’est Raphaël Saint-Cyr qui mène le domaine. Arrivé en 2008, il a continué à développer le vignoble vers les crus beaujolais et initié la culture biologique.
Terroir de Bellevue 2014 Beaujolais Domaine Saint Cyr
Grenat violacé, un nez de gamay qui se partage entre réglisse et violette, entre poivre et groseille, entre girofle et framboise. La bouche suit la même séquence avec une fraîcheur bien installée. Celle-ci souligne et donne du ressort à la série aromatique. Les tanins en retrait tissent leur toile de fond et enveloppent fruits et épices.
Égrappage total de la vendange, macération de 30 jours, élevage en cuve durant 8 mois.
www.beaujolais-saintcyr.com

saint-cyr-people

Les Chasselay

Tout au Sud du Beaujolais, dans la Vallée de l’Azergue, la famille Chasselay occupe depuis plus de six siècles un petit domaine sur  la «route buissonnière». Les Chasselay y produisent des Beaujolais issus des environs, mais aussi une série de crus dont ils possèdent ou louent quelques arpents. Chose assez rare dans la région, ils proposent aussi de vieux millésimes, histoire de nous montrer que le Gamay supporte la garde avec grâce. Cela ne s’arrête pas là: depuis 2007, Fabien et sa sœur Claire ont ouvert chambres et table d’hôte. Parce que «la culture du vin, c’est manger avec…» comme le dit si bien Fabien.
La Platière 2014 Beaujolais Domaine JG Chasselay
chasselay_la_platiere
Rubis carminé, un gamay de confiserie, bonbon au sureau, bâton de réglisse et sirop d’érable. Puis viennent les fruits, groseille, mûre, framboise, suivent encore les fleurs, rose, violette et lis. La bouche ronde et suave ne manque pas de fraîcheur. C’est un volume pointu qui fait merveille avec les tanins qui caracolent sur les papilles.
Plantés à une densité de 8.500 pieds/ha, les Gamay ont 60 ans. Égrappage à 80%, vinification à froid et élevage en fûts non neufs.
Domaine Chassenay Cuvée de la Platière 2003
Floral. Cacao tannin, iris; figue. étonnamment vif, ni cuit ni passé : vous voyez que les Beaujolais peuvent vieillir – même dans les années chaudes !
Domaine Chassenay Beaujolais blanc 2015
Du même domaine, un blanc, pour démontrer s’il en était encore besoin que le Chardonnay réussit bien dans la région… Le nez de fruit jaune aux accents floraux nous introduit dans un vin assez gras, puissant, qui en remonterait à plus d’un cru de la région immédiatement plus au Nord… Comment s’appelle-t-elle, déjà?
www.domaine-chasselay.com
www.fruitsdelapassion.be  – www.sobelvin.be

chasselay_2

Domaine Antoine Sunier

Une création récente… Antoine était encore il y a peu dans la téléphonie et l’immobilier, avant de se laisser aller à sa passion, le vin, et de rejoindre son frère Julien, qui s’était lancé dans l’aventure viticole en 2008. Après quelques études viticoles et un stage chez Jean-Claude Lapalu, il trouve en 2013 deux parcelles en fermage sur Régnié et Morgon. Son premier millésime sort en 2014.
Régnié 2014 Antoine Sunier
sunier
Rubis pourpre, il respire la marmelade de cerise teintée de cumin, la gelée de prunelle où se mêlent l’iris et le cacao. La bouche élégante et délicate nous livre avec grâce ses arômes fruités et floraux, sans oublier le petit croquant qui le rend définitivement charmant. Fraîcheur et notes épicées nous accompagnent tout au long du cheminement gustatif.
Les Gamays âgés de 45 ans poussent sur une parcelle de 3,5 ha dans des sables granitiques. Vinification et élevage sans sulfite. Élevage en vieux fûts bourguignons pendant 8 mois sur lies fines. Vin non filtré, non collé et ajout de 10mg/L de sulfite à la mise en bouteille. www.facebook.com/domaineantoinesunier
www.lepasseurdevin.com

sunier-1

Hervé Lalau, Marc Vanhellemont & Johan Degroef

www.bienboireenbeaujolais.com

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

 

Beaujolais, France --- Field in Beaujolais --- Image by © Bryan F. Peterson/CORBIS

Laisser un commentaire