Bandol, le Pauillac provençal.

16/04/2015 - Pour chaque œnophile, il est un vin avec lequel tout a commencé. Pour moi, c’est le Bandol. Une passion transmise par mon père, qui l’a partagée également avec tout ce que l’horeca et les guildes de vins comptaient d’esprits ouverts. Rien de plus justifié, d’ailleurs, car s’il est un vrai grand cru de rouge en Provence, c’est bien Bandol, qu’on décrit même parfois comme le Pauillac provençal.

Bandol, une sélection

Bandol, c’est d’abord un environnement exceptionnel. On a beau être près de la grande bleue, ce n’est pas la Côte d’Azur à proprement parler ; mais  ici, les gens ont le sens de l’accueil. Pour celui qui n’y est jamais allé en vacances, tout de même, prévoyez une voiture, car les liaisons en transports publics sont difficiles.

Bandol, c’est également une des plus anciennes appellations de France  (elle date de 1941). Ses vignes s’étagent sur différentes terrasses, entre le Massif de la Saint Beaume et la mer.
L’aire d’AOP englobe 1.400 ha et 50 vignerons, plus 5 coopératives. Elle se répartit entre 8 communes: Bandol, Le Beausset, Le Castellet, La Cadière d’Azur, Saint Cyr-sur-Mer, Sainte Anne d’Evenos, Sanary et Olliouilles.
Bandol, pour moi, c’est d’abord un grand rouge et c’est donc d’abord le Mourvèdre, sans doute un des cépages les plus délicats qui soient. A Bandol, on dit qu’il doit voir la mer pour donner de bons résultats.  En tout cas, c’est un cépage qui murit difficilement en dessous de 300 jours de soleil par an. Autre élément favorable: le mistral, qui contribue à préserver la qualité sanitaire du raisin en éliminant certaines maladies.
Le Bandol rouge doit contenir au moins 50% de Mourvèdre et rester 18 mois en fûts. Les autres cépages autorisés sont le Grenache, le Cinsault, la Syrah et le Carignan (à titre anecdotique).
Aujourd’hui, à Bandol, on trouve deux types de vinificateurs: la vieille école, et la nouvelle école.
Car si le Mourvèdre a son petit caractère, les vignerons du cru aussi. Certains n’hésitent pas à oublier ce qu’on apprend dans les écoles de viticulture. Un exemple: si la plupart égrappent la récolte, au Château Pradeaux, non. Avec comme résultante des vins pleins, fruités et plutôt colorés, mais qu’il faut savoir attendre.
Il y a-t-il quand même un dénominateur commun? Oui, et il s’appelle Mourvèdre, avec ses beaux tannins, ses notes de cuir, son élégance, aussi. Le Bandol est un vin qui vous en donne toujours un peu plus dans le verre, un vin à la fois puissant et fruité, parfois un peu rustique, mais toujours élégant en finale (sauf exceptions).

Les vins dégustésAFFICHE_A3_Millesime_Bandol

Les vins dégustés se repartissent entre trois millésimes: 2012, 2011 en 2010. Si le type de vinification joue un rôle, le pourcentage de Mourvèdre aussi: plus celui-ci est élevé, plus il nous faut faire preuve de patience pour en apprécier les charmes.
Le “vrai” Bandol, sa vraie spécificité, pour moi, c’est le rouge. Mais notons que l’AOP produit également des blancs, qui peuvent rivaliser avec les Cassis (le vin de la Bouillabaisse par excellence).
Quant aux rosés, ils ne manquent pas de qualités… et représentent aujourd’hui plus de 60% de la production. C’est la conséquence de la demande actuelle de rosé, et il faut dire que les Bandol rosés comptent parmi les meilleurs de France. A noter cependant que cet engouement pour la couleur tendre est surtout le fait des coopératives; chez les caves particulières, le rouge conserve généralement une part plus grande.
Une nouvelle génération de vignerons est en train d’apparaître, et les perspectives sont excellentes, car on a rarement vu autant d’enthousiasme parmi une telle bande de producteurs; ni autant de volonté de partager les connaissances, ce qui augure bien de l’avenir de cette appellation.
Enfin, notons que la part des produits bio progresse.

Notre sélection/nos coups de cœur (en rouge) 

Domaine La Laidière 2012

Freddy Estienne est une référence à Bandol: son père a été un de ceux qui ont porté l’appellation sur les fonts baptismaux, et lui continue de bien  la défendre. En outre, ses 25 hectares de vignoble sur Sainte Anne d’Evenos sont idéalement situés. A noter que La Laidière est aussi réputée pour ses blancs.
Robe profonde aux reflets pourpres. Nez de fruit noir et d’herbes aromatiques. Beaucoup de sève en début de bouche, mais celle-ci présente aussi beaucoup de richesse et de rondeur. Les tannins, bien présents, sont très suaves, élégance oblige! – www.laidiere.com

Château Salettes 2012

Au Château Salettes, le travail à la vigne n’est pas des plus faciles, témoin le fait que les tracteurs sont toujours solidement attachés à des câbles quand ils travaillent les sols caillouteux de leurs impressionnantes restanques. Le domaine devrait son nom à une ancienne mine de sel.
Couleur profonde aux reflets violacés. Au nez, du fruit rouge frais, des épices sauvages, du cacao et un peu de boisé. La bouche est  pleine, avec des tannins bien mûrs.  – http://salettes.com

Domaine du Gros Noré 2012

Ancien boxeur et chasseur acharné, Alain Pascal a repris le domaine familial avec son frère et s’est mis à la viticulture. Pendant des années, les raisins de ce domaine de 17 hectares ont été achetés par les domaines Ott et Pibarnon, jusqu’à ce que Pascal construise son propre chai, en 1995.
Vendanges manuelles, levures indigènes.
Bonne concentration ; un peu de prune, de cerise à l’alcool et de compote de fruits au nez ; belle charpente, de la puissance, de jus et une bonne acidité. Ce costaud présente tout de même beaucoup d’élégance en finale  – www.gros-nore.com

Tempier 2012

La famille Peyraud fait partie des icones de Bandol car c’est Lucien Peyraud, décédé en 1996, qui a fait vraiment reconnaître l’appellation au plus haut niveau.  Le domaine est toujours dans les mains de la famille, mais la direction en a été confiée à Daniel Ravier.
Robe dense de couleur pourpre.
Au premier nez, odeur de poulailler et de romarin sauvage ;  à l’agitation, le fruit s’exhale : des petites baies bleues et rouges et de la réglisse. La bouche est très ample, typée, assez longue.
Un conseil : carafer le vin pour bien faire sortit le fruit. www.domainetempier.com

Domaine La Suffrène 2012

En 1996, Cédric Gravier, soutenu par son père, a repris ce domaine qui a connu plusieurs générations de viticulteurs, mais dont seuls les raisins étaient achetés jusque là.  Vin biologique.
Robe rubis aux reflets violets. Nez de fruit compoté, un peu de clou de girofle et un soupçon de vanille.
En bouche, d’élégants tannins et une belle acidité. www.domaine-la-suffrene.com

Domaine de La Bégude 2012

begude l

La Bégude

Venus de Bordeaux, les Tari ont su apprécier les qualités du Mourvèdre et se sont installés à Bandol.
Robe rouge rubis ; le premier nez est animal, mais à l’aération, déboulent des arômes plus flatteurs de fruit rouge. En bouche, les tannins sont robustes, mais celle-ci finit tout en élégance, sur des notes de poivre.  Ce n’est pas pour rien que Hugh Johnson a appelé Bandol «le Pauillac de la Provence».  – www.domainedelabegude.fr

Domaine de Font Vive 2012

Au Beausset, la famille Barthès exploite deux domaines, Château Barthès et Domaine de Font Vive, dont les belles restanques sont exposées sud-ouest.
Bien typé Bandol. Beaucoup de concentration, un peu fermé au nez (il serait utile de carafer, puis, en rétro-olfaction, arrivent des herbes de la garrigue et du fruit noir. Puissant en bouche, avec des tannins bien mûrs. Un solide bébé… – barthesph2@wanadoo.fr
http://www.veluvins.be/

Château Vannières 2011

Un petit bijou que ce domaine, aux mains d’Eric Boisseaux, et qui ne produit qu’une seule cuvée.
Un peu fermé au départ, le nez se livre à l’agitation, (on carafera donc si on le peut), avec de belles notes de fruit noir et rouge. La bouche est juteuse et riche, mais la finale très élégante avec des tannins particulièrement soyeux. – www.vannieres.com

PIBARNON vendanges-113

Château Pibarnon

 

Château Pibarnon 2010

Les vignes de ce magnifique domaine de la Famille Saint Victor ont la forme d’un amphithéâtre encadré par les bois. Les plus hautes atteignent 300 m d’altitude. Les sols (calcaires à fossiles du trias sur marnes bleues) sont uniques à Bandol.
Joli nez de fruit noir et rouge, une pointe de cannelle et d’herbes de la garrigue. Belle fraîcheur en fin de bouche, un bon potentiel de garde, mais déjà prêt à boire. www.pibarnon.com
www.cavedesoblats.comwww.courtiersvinicoles.bewww.vinedevos.be

Château Pradeaux 2010

Propriété de la Famille Portalis (les descendants du rédacteur du Code Civil), le domaine est situé à Saint Cyr sur Mer. Cette cuvée (95% Mourvèdre et 5% de vieux grenache) est la preuve qu’il ne faut pas nécessairement des installations dernier cri pour faire du bon vin, que les bonnes vieilles techniques marchent toujours. Ici, en quelque sorte, on pratiquait déjà le bio avant que le bio n’existe.
Ce vin est une vraie petite bombe de fraîcheur, mais avec un beau potentiel de garde. – www.chateau-pradeaux.com

Domaine La Roche Redonne 2010

La biodynamie semble bien fonctionner ici pour Geneviève et Henri Tournier.
Joli nez de fruits, encore une petite bombe d’arômes en bouche, avec un beau retour du fruit en rétro-olfaction.
On pourra oublier cette bouteille en cave un certain temps. – roche.redonne@free.fr

Château Guilhem Tournier – Cuvée La Malissonne 2010

Issu des vignes confiées à Guilhem par ses parents (La Roche Redonne), ce domaine fête ses 10 ans.
Encore une illustration de la grande qualité du millésime 2010. Une robe profonde aux reflets violacés. Un nez de fruits frais, rouges et noirs, qui vire à la confiture aux 4 fruits, avec une note d’herbes de la garrigue. En bouche,  une belle fraîcheur et des tannins très doux complètent le tableau. Domaine bio en conversion vers la biodynamie. www.chateauguilhemtournier.com

www.vinsdebandol.com

Inge Straetmans

Laisser un commentaire