Balade en Roussillon, épisode 2

06/04/2018 - Le périple se poursuit, la Tramontane souffle aujourd’hui, comme trois jours sur quatre par ici. Elle rend le paysage plus lumineux, le Canigou au loin semble du coup plus proche. La perspective l’habille d’un patchwork de vignes.

Deuxième épisode: terre avec vue…  

Cliquer sur l’image pour voir le clip

Terrassous, à Terrats

En venant de Llupia, on est frappé par la curieuse construction qui flanque la Cave de Terrats. C’est la Tour Bouteillé, du nom de l’ingénieur qui l’a conçue dans les années 70. Elle réduisait la main-d’œuvre nécessaire au décuvage.
Depuis, les Vignerons de Constance et Terrassous (nom des habitants du village) qui regroupent les caves de Thuir et de Fourques (Constance) et de Terrats sont passés à autre chose, accentuant encore leurs efforts qualitatifs.
J’ai toujours apprécié leur cuvée ‘Les Pierres Plates’, parangon de ce que peut produire une coopérative dans l’excellence.
En blanc, d’abord, avec Les Pierres Plates 2016 Côtes du Roussillon, au nez expressif de verveine, d’agrumes et de poivre blanc, à la texture grasse qui rappelle la suavité de l’abricot.
En rosé, ensuite, avec le 2016; cette cuvée élevée pour 1/3 en barriques présente un nez de menthe, de girofle et de sauge;  une bouche dense et ample; et une finale aux accents de violette et de framboise. Bref, un rosé de repas.
Enfin, le rouge 2015 Côtes du Roussillon Villages Les Aspres, à la structure droite, dense, dont les tanins bien serrés libèrent un jus frais teinté de cacao. Joli trio !
D’autres cuvées dégustées montrent l’envie de figurer parmi les meilleurs, de porter haut les couleurs des Aspres, Côtes du Roussillon Villages depuis 2017. 
Encore un mot sur le Carignan 2016 IGP Côtes Catalanes qui parle du croquant des cassis, mûre et cerise avec générosité, facile et fruité, taillé pour l’été.
Et sur le Château Mossé 2016 Côtes du Roussillon, dont la bouche saline vient mettre en exergue les fruits rouges et noirs – un vin qui reste gourmand malgré son architecture imposante.
Enfin, le Villaré Juliani 2015, toujours en Côtes du Roussillon, à la bouche truculente qui mord à pleine dents dans le charnu des fraise, cerise et cassis parfumés de thym, de sauge et de réglisse.
Un tour dans les vignes nous fait comprendre le travail réalisé. Le directeur Hervé Lasserre nous emmène à la rencontre de quelques vendangeurs qui cueillent les derniers raisins. Le vignoble couvre 700 ha qui s’échelonnent entre plaines et collines de 150 à 350 m avec vue sur le Canigou.

Des VDN, une autre grande spécialité de la cave, nous l’avons évoquée dans www.invinoveritas.be/fr/surprenants-vins-doux-naturels-du-roussillon/

www.terrassous.com
www.wine-not.be – www.hic-wijnimport.nl

À deux lieues de là, le Domaine des Perdrix à Trouillas

Le domaine existe depuis 1812, mais cela ne fait que quelques années qu’André Gil fait du vin pour le mettre en bouteille. Cette entité familiale a fourni à Thuir Byrrh, puis la coopérative de Trouillas.

Aujourd’hui, changement de cap total, le domaine se veut le fournisseur des belles tables, « nous nous sommes spécialisés dans les vins de gastronomie jusqu’à quelques étoilés » confie André et de renchérir « nous avons dans les Aspres un rôle à jouer dans les vins de plaisir, on n’est pas là pour faire de grosses concentrations, on préfère rester sur des vins plus faciles, mais avec du caractère, une puissance retenue et surtout de l’élégance ». Voilà qui est dit.
Et pour agrémenter le propos, les étiquettes répondent au côté artistique de la famille, les père et grand-père d’André étaient artistes.
Pour Ceux qui Rêvent le jour… 2016 Côtes du Roussillon, un Grenache Roussanne classique, au galbe arrondi et charnu, à mordre dans la pêche qui le parfume.
Charakter blanc 2015 Côtes du Roussillon 100% Roussanne en acacia 6 mois, mais elle tient le choc et nous livre d’agréables effluves de pêche blanche, de pâte de coing, de fleur d’oranger, un rien muscaté et rafraîchi d’un cristal de sel.
N’oublions pas dans la gamme des blancs, la bouche ciselée de la cuvée Joseph-Sébastien Pons 2015 Côtes du Roussillon (la grand-père catalan poète) aux goûts de poire, au léger départ oxydatif qui lui va bien à sa fraîcheur saline qui rappelle les embruns (Grenache de 100 ans, un rien de Macabeu, 8 mois en bois neufs).
Côté rouge, le Corto 2016 IGP Côtes Catalanes nous épice les papilles à souhait, il croque le fruit et avoue d’entrée son caractère affirmé.
La note douce, Rivesaltes hors d’âge qui passe 4 mois en fûts de Jack Daniels, montre qu’André Gil est toujours en recherche de nouvelles pistes. La douceur de la canneberge et de la pêche s’embaume de fenugrec et d’algue sèche, le tout souligné d’un trait de caramel. On y retournera pour les nouvelles cuvées en gestation.
www.domaine-perdrix.net
www.quaidesvignerons.com – www.vanhende.com

Loin dans les terres, au fin fond de la Vallée de l’Agly:
Hugo Arguti, à Saint-Paul de Fenouillet

On est parfois surpris, et là j’en étais tout ébaubi quand Hugo Arguti confia son passé bordelais. Interdit après avoir dégusté son UGO blanc IGP Côtes Catalanes, un Grenache gris surprenant, à la fois onctueux et net, parfumé d’anis, de thym et de citron confit, frais et minéral, à l’accent catalan, c’est sûr. Mais Ugo est tombé amoureux de la région en s’y promenant. Ceci explique cela. Rien ne laissait supposer sa ‘mise au vert’ aussi loin de ses régions d’origine. Né Toscan, il travailla pour Bernard Magrez au Château Fombrauge où il fit 27 millésimes. L’envie de faire son propre vin le vit arriver au fin fond du Roussillon. Il a gardé de son long passage à Saint-Émilion la précision dans la vinification. Et si l’élevage de l’UGO rouge Côtes du Roussillon Villages présente encore quelques réminiscences bordelaises, Ugo y travaille… Sa passion pour sa deuxième région d’adoption est franche et sincère, la preuve : il n’a pas attendu longtemps avant de faire du Muscat, du Maury et maintenant il se lance dans le rancio. Merci Ugo !
http://domainearguti.fr

Retour vers la mer, avec vue sur la grande bleue:
Domaine Gauby Calce

Quand la lune m’éclaire, je ris au soleil. Gauby reste Gauby, toujours en éternelles réflexions, en continuelles mutations, alors que tout y semble immuable, déjà pensé, déjà construit. Mais tout y change tout le temps, mais sans ostentation. Dynamique discrète où le détail compte plus que le chamboulement. Chamboulement climatique attendu auquel père et fils répondent par l’agroforesterie (culture à trois niveaux où la vigne est l’intermédiaire entre l’arbre et le couvert végétal) ou une permaculture adaptée à la région chaude et sèche qu’est la leur. Cette oasis est pour l’instant en devenir, il faut que ça pousse et c’est bien parti. Il reste à espérer que l’endroit ne deviendra pas un nouveau Sahara avec juste le point vert des Gauby. On verra si d’autres y adhèrent…

Quant aux vins, difficile de se prononcer aujourd’hui. Ils me laissent une impression d’absence, mais pourvu d’un supplément d’âme, curieuse impression. Leur finesse, leur élégance ne s’ancre pas dans la densité attendue, trop aérien peut-être. Ou alors est-ce le souvenir des Muntada d’antan, au caractère fort, à la puissance avouée qui aujourd’hui ma perturbe. Me manque-t-il le supplément d’âme que j’y trouve ?
Pour l’instant Calcinaire 2016 blanc IGP Côtes Catalanes m’offre ses notes délicates de fleurs blanches, son élégance, sa rondeur coquine en bouche. Le Vieilles vignes blanc 2015 IGP Côtes Catalanes préfère me séduire par ses fragrances safranées, son goût de miel de lavande, sa fraîcheur minérale, tout est en place, rien ne dépasse. Calcinaire 2016 rouge Côtes du Roussillon Villages aux tanins fins, au fruité croquant et juteux, à la fraîcheur délicate, tout en notes graciles.
Vieilles vignes 2015 Côtes du Roussillon Villages sombre comme le cassis qui le parfume, les tanins encore hérissés, mais d’une grande finesse, le jus épicé, la texture onctueuse.
Roque 2015 IGP Côtes Catalanes un 100% Grenache de 85 ans plus floral que fruité avec des accents de garrigue, la bouche rugueuse comme l’arbouse, du caractère. Muntada 2015 Côtes du Roussillon Villages iris, acacia, à peine concentré en bouche, vraiment frais, une petite amertume de quinquina qui renforce encore cette fraîcheur, des épices qui nous viennent à l’arrière de la langue.

Faut vraiment que j’y retourne…
www.domainegauby.fr
www.maisondesvins.be – www.cavedesoblats.com – www.millesima.be – www.lesventsdanges.be – www.vins-concaves.be – www.wengler.lu – www.lemillesime.ch

Marc Vanhellemont

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

 

Laisser un commentaire