Antoine-Marie Arena, un talent corse.

20/05/2019 - Dans la famille Arena, au lieu-dit Morta Maïo, zone de Patrimonio, on a la vigne dans le sang. Les générations se succèdent et s’entendent à nous offrir de grands vins corses. Les parents Antoine et Marie avaient fait connaître le vignoble bien au-delà de leur île par la qualité de leurs vins. L’heure de passer le témoin à la génération suivante se dessine. Place notamment à Antoine-Marie, le cadet.

L’appellation Patrimonio, c’est une enclave calcaire du nord, entre le granit qui constitue la roche-mère de l’essentiel de l’île d’une part, le schiste du Cap Corse d’autre part. Le vignoble se situe sur des coteaux face au golf de Saint-Laurent. Les sols y sont essentiellement argilo-calcaires avec une forte proportion caillouteuse. Le climat méditerranéen est tempéré par des influences montagnardes, l’influence maritime et les vents.

La famille Arena

C’est ce cadre viticole que la famille Arena veut exprimer dans les vins qu’elle nous propose. Antoine et Marie ont tracé la voie mais l’âge aidant, ils ont décidé en 2014 de prendre les devants pour la transmission du patrimoine : les deux fils produisent désormais leurs propres vins sous leurs étiquettes personnelles. Si les parents ont gardé 3 ha sur le vignoble originel de Monte Maio pour leur propre vin, Antoine-Marie a choisi la fraîcheur du vignoble de Carco situé à l’ombre d’une barrière calcaire et exposé au levant, son frère Jean-Baptiste travaille le terroir plus solaire de Grotte di Sole à l’exposition sud. Chacun a manifestement voulu créer sa propre histoire même si tous les membres de la famille collaborent dans une bonne entente.

Antoine Marie, un trentenaire passionné

Sous son teint hâlé et son apparence calme, c’est un vigneron passionné que j’ai la chance de rencontrer plus de deux heures autour de quelques-unes de ses cuvées nées d’une viticulture bio, avec un usage minimum du cuivre et du soufre.

San Giovanni 2018   AOP Patrimonio

Ce vin est né sur une vigne que Antoine-Marie a soigneusement pensée avant de défricher le maquis et de planter divers plants de vermentinu à 6600 pieds/ha sur un sol argilo-calcaire profond permettant aux pieds de résister à la sécheresse. Le nez regorge de notes fruitées dominées par des agrumes jaunes de type yuzu, la bouche offre beaucoup de buvabilité avec sa fraîcheur, son léger amer minéral calcaire.

B.G 2017   Vin de France

Antoine, le père donc, a été le premier à produire en monocépage du bianco gentile, un cépage autochtone dont on ne connaît pas, à ce jour, la filiation. Plus précoce que le vermentinu, il a affronté avec bonheur le climat très solaire du millésime 2017 pour offrir un nez agréable de notes florales, d’herbes et d’agrumes et une bouche à l’ampleur soutenue par les amers, tendue et précise malgré un côté un rien plus pâtissier que dans d’autres années.

Les Hauts de Carco 2017   AOP Patrimonio

Une vigne de vermentinu de 15 ans sur un sol profond de calcaires concassés a donné un vin avec beaucoup de fond, des notes d’agrumes confits, de la fraîcheur, de la tension, de la précision et toujours cet amer qui vient cadrer la maturité du fruit mûr et sa rondeur, des notes d’épices douces ajoutent à la complexité aromatique, intéressante une touche saline aussi qui mène vers la longue finale. Superbe blanc de terroir qui comme les deux précédents n’a connu que l’inox.

Des rouges vibrants

San Giovanni 2018  –  Vin de France

Un assemblage inattendu puisque réunissant deux cépages autochtones certes mais originaires du sud de l’île en plus d’être peu connus : le carcaghjolu qui apporte acidité et fraîcheur et le morescone qui contribue à plus de légèreté et de gourmandise. Des fruits rouges à noyaux au nez, une bouche dont la grande fraîcheur et la fluidité ne manque cependant pas d’une certaine mâche. 5 jours de macération seulement ont en effet rendu ce vin à la fois juteux, accessible et digeste tout en ayant une réelle présence en bouche.

Carco 2016 –  AOP Patrimonio

100% niellucciu (nom corse du sangiovese) avec une macération de 14 jours et un élevage en en demi-muids ont donné ce vin aux arômes de fruits rouges et noirs et d’herbes sèches, à la trame tannique présente sans être insistante : la peau de ce cépage étant épaisse, Antoine-Marie recherche ici l’infusion plutôt que l’extraction grâce à une macération courte et un seul remontage. Il nous offre un vin de caractère avec beaucoup de fraîcheur.

Memoria 2016  –  AOP Patrimonio

Cette magnifique cuvée provient d’une parcelle sur schiste plantée par le grand-père. Il ne reste malheureusement que 1500 pieds du ½ ha originel. Comparé à Carco, on est immédiatement frappé par l’intensité du vin, la sève des vieilles vignes, l’éclat apporté par le schiste. La trame tannique est ici plus fondue malgré trois pigeages, le fruit est savoureux et juteux, l’ensemble tout à la fois élégant et profond. Un grand vin qui revendique son identité terroir.

www.sapinot.be

Bernard Arnould

Pour accéder aux autres articles de la rubrique «Portrait», cliquer ici

Laisser un commentaire