15 ans après…

09/01/2017 - En novembre 2002, IVV sortait un dossier consacré aux grands Champagne. J’ai eu le plaisir et la chance de redéguster une des bouteilles sélectionnées. Epoustouflant!

Petite soirée homard en amoureux et descente à la cave.
Une « petite » bouteille de Champagne rosé devrait faire l’affaire …
Tiens, en voilà une qui se repose depuis un bon moment, et un 1989 de surcroît.
C’est un Jacquesson, une maison que je considère comme une des 3 grandes de Champagne (je ne parle pas de taille); plus précisément, le Grand Vin Signature Brut Rosé 89.
Et la température de cave me semble parfaite, inutile de la réveiller trop brutalement au réfrigérateur.
A l’ouverture, le bouchon résiste gentiment et un beau bruit laisse présager de l’effervescence toujours bien présente.

La robe est attrayante, soutenue sans être brunâtre, que voulez-vous, après plus de 25 ans…
Au nez, ce sont maintenant les agrumes confits qui ont pris la place des prunes, mais le thé et le miel sont toujours présents.
La bouche est toujours explosive, fraîche, grasse, élégante, équilibrée, longue avec une structure étonnamment jeune et une acidité impressionnante de jeunesse. C’est bête, j’aurais bien pu l’attendre encore une dizaine d’années!
Une très grande bouteille.

Voici ce que nous avions écrit en 2002.

Jacquesson & Fils- Grand Vin Signature
Brut Rosé 89.

Tirage du 11 juillet 1990

Belle prestation de la part de cette bouteille qui se ménage une place au soleil de la manière la plus naturelle qui soit, c’est-à-dire en «brut zéro». Les frères Chiquet avaient bien testé plusieurs degrés de dosage à l’époque, mais aucun ne les satisfaisait. Décision fut donc prise de s’en passer. Le rose a pris quelques rides jaunes et le nez feutré exhale de délicats effluves de prune, de thé et de miel ainsi qu’une volute de fumé. Evolution sans lourdeur, trame serrée, tonique, finale «nature» et rétro subtile. Beaucoup de personnalité dans ce vin composé de 47 % de chardonnay (Avize), de 46 % de pinot noir (Aÿ et Dizy) et de 7 % de pinot noir de Dizy vinifié en rouge. Fermentation et élevage en foudres.

Vous pouvez nous en vouloir ! Il est impardonnable de ne pas vous avoir signalé à l’époque qu’un grand Champagne n’a rien à craindre à sommeiller des années en cave. Désolé.

http://champagnejacquesson.com
www.albertkint.be

Philippe Stuyck

Pour les autres rubriques « Opinion », suivre ce lien

Laisser un commentaire