100% Marsanne !

08/06/2018 - La Marsanne est un cépage méconnu ; il faut dire qu’elle est le plus souvent assemblée à sa soeur la roussanne. Ajoutez que de l’aveu même de certains vignerons, c’est un cépage assez difficile à maîtriser. Et par-dessus le marché, elle ne fait pas partie de la palette de goûts à la mode commercialement.

Et pourtant! Sur un terroir adapté et dans les mains de vignerons qui savent l’apprivoiser, elle produit des vins de toute beauté. D’ailleurs, certaines cuvées 100% Marsanne – à l’image de L’Orée, l’Hermitage de Chapoutier –  ont emballé des revues comme le Wine Advocate au point de devenir «culte».

Qui est-elle ?

Ampélographiquement parlant, la Marsanne appartient à la famille des sérines ; elle doit son nom à au village de Marsanne, près de Montélimar, dans la Drôme.  Elle compte parmi les 6 cépages principaux de blanc du Rhône (mais elle n’est pas autorisée à Châteauneuf-du-Pape). Elle est souvent assemblée à la Roussanne, une de ses plus proches parentes. On en trouve également en Suisse, notamment dans le Valais, où elle porte le nom d’Hermitage, mais aussi en Californie, dans l’Etat de Washington et en Australie (Victoria).

Cépage au débourrement tardif, elle mûrit rapidement ; c’est un cépage vivace et productif. Il faut donc la tailler court et limiter son rendement. C’est sur les sols pierreux et pauvres (graniet, mélagé ou non de calcaire ou d’argile) qu’elle se sent le mieux ; elle aime aussi les expositions fraîches (ce n’est pas pour rien qu’elle donne son meilleur sur les parcelles les plus hautes du nord du Rhône).

Saint-Péray

Elle est plutôt sensible à la moisissure, aux pucerons et au botrytis. La Marsanne forme de grosses grappes, mais ses baies sont assez petites. Elle exige du vigneron beaucoup de vigilance et un grand sens du détail.
De tous ces éléments résulte en général des vins à la robe dorée, au nez floral (chèvrefeuille, fleur d’amandier), au corps souple et à la faible acidité. Un peu de glycérol tempère la sensation d’alcool. Comme pour son frère plus médiatisé, j’ai nommé le viognier, c’est la minéralité qui lui confère l’équilibre au vin.

Les grandes cuvées de Marsanne ont un bon potentiel de vieillissement. Mais il faut tenir compte de la courbe de son cycle de vie : dans ses premières années, elle séduit par ses arômes primaires, floraux et fruités ; puis elle se referme et c’est m’amertume qui prend le dessus. Une fois cette adolescence difficile passée (au bout de 7 ans, environ)  – la Marsanne se livre à nouveau dans toute sa complexité d’arômes et de goûts.  Les plus grandes cuvées – notamment à Saint Joseph et en Hermitage- présentent un potentiel de garde époustouflant.

28 cuvées sous la loupe

Nous avons dégusté pour vous 28 cuvées de Marsanne in purezza. 27 cuvées d’entre elles provenaient du Rhône Nord, réparties en 4 des 7 appellations qui autorisent la Marsanne. La dernière cuvée, une IGP Méditerranée, venait du Rhône méridional, et se sentait un peu perdue parmi toutes ces vins venus du frais.

Saint-Péray

A Saint-Péray, on ne produit que des blancs. A partir des années 1830, l’appellation a construit sa notoriété sur les effervescents – une production qui a beaucoup décliné à partir des années 1930, au point qu’elle représente aujourd’hui moins de 15%.
Ces dernières années, les vignerons les plus dynamiques des appellations plus au nord ont élargi leurs gammes en achetant des parcelles à Saint Péray ; on a ainsi assisté à une véritable renaissance de ce cru, le sudiste du Rhône Nord, aussi bien en vins tranquilles qu’en vins mousseux.
Vigneron à Cornas – où l’on ne fait que du rouge –Alain Voge a constitué son domaine progressivement entre 1965 et 2004, avec, à l’époque déjà, une réputation de pionnier. En 1984 déjà, il a commencé à vinifier ses Saint Péray tranquilles en barriques bourguignonnes. En 2004, il s’est associé avec Albéric Mazoyer, ancien oenologue de Jean-Luc Colombo et de Michel Chapoutier. Depuis 2016, les 13 ha du domaine sont certifiés bio.

Les Bulles d’Alain 2012 – Saint-Péray – Domaine Alain Voge

Ce Brut nature vinifié en méthode traditionnelle est laissé 42 mois sur lattes ; il n’est pas dosé. Les vignes de Marsanne de 30 ans se trouvent sur deux parcelles, les Grandes Blaches et le Perrier ; la première sur sols calcaires de colluvions, et la seconde, sur pur granit.
Or et fines bulles. Nez plein de promesses, à la fois riche, complexe et profond : de la brioche, des  pommes golden, et une légère touche d’ananas et d’anis. La bouche aussi est très riche, pleine de fruit mûr, mais elle garde assez de vivacité et une douce amertume Bonne longueur, soulignée par un peu de réglisse. Opulent et vineux.
www.alain-voge.com
www.vaneccelpoel.bewww.vins-concaves.be

Hommage 1829 – 2013 Saint-Péray – Les Vins de Vienne

Cette cuvée rend hommage à Louis Alexandre Faure, qui, dès 1826, a produit les premières bulles de Saint Péray – sa première cuvée a été débouchée en 1829 au pied du Château de Crussol.
Ce vin est issu de vignes de 40 ans plantées sur granit dégradé. Il a été élevé 36 mois sur lattes.
Robe dorée légère aux reflets verts. Nez floral (muguet, amandes, camomille et verveine). Bouche juteuse d’agrumes et de vanille, empreinte d’une belle fraîcheur. Matière opulente mais élégante. Finale pleine de sève, marquée par une jolie amertume.
www.vinsdevienne.com
www.sobelvin.bewww.comptoirdesvins.bewww.wijnhuisvandenbulcke.be

François Villard, Pierre Gaillard et Yves Cuilleron

Et c’est tout pour les bulles. Passons à présent aux perles… tranquilles.

Ongrie 2015 – Saint-Péray – Domaine Alain Voge

Depuis 2015, le nom d’Ongrie a remplacé la très révolutionnaire cuvée Boisée ou Terres Boisées, née en 1984. Ongrie sans ‘H’, est le nom d’un lieu-dit qui fait référence à une ancienne tannerie située à cet endroit. C’est une parcelle de 1,5ha sur calcaires et argiles alluviaux de Rhône enrichis de granits colluviaux.
Jolie robe dorée. Nez subtil d’agrumes et de pétales de rose avec une pointe de poivre blanc.
La bouche est riche, veloutée et présente un énorme potentiel. Beaucoup de fruit mûr (poire, reinettes, melon gallia), orné de poivre et de foin. Finale très longue et bien fraîche autour d’une subtile minéralité. Quand l’élégance épouse la puissance.
www.alain-voge.com
www.vaneccelpoel.be

Albéric Mazoyer et Alain Voge

Fleur de Crussol 2015 – Saint-Péray – Domaine Alain Voge

Cette cuvée créée en 1999 est nommée d’après le Château de Crussol dont le vignoble est le berceau de l’appellation. Ses vieilles vignes (80 ans et plus) poussent sur des granits mélangés à des colluvions calcaires.Jolie robe jaune vif. Nez opulent de biscuit et de pêche blanche relevé de miel de tilleul et de caramel. Fruit mûr et croquant en bouche, de la souplesse et cependant, une certaine vivacité. Sa minéralité lui donne aussi un côté à la fois terrien et aérien. Un bel équilibre, ce l’élégance et un potentiel de garde certain.
www.alain-voge.com
www.vaneccelpoel.be

Les Faures 2015 – Saint-Péray – Vins de Vienne

Après avoir contribué à la renaissance du vignoble de Seyssuel, et avoir conçu la gamme des Amphores (Amphore d’Or pour les vins les plus structurés, l’Amphore d’Argent pour les plus fruités), le triumvirat Cuilleron, Villard et Gaillard a lancé une ligne de cuvées parcellaires.
Les Faures est un de ces parcellaires, il s’agit d’une vigne plantée à 6000 pieds/ha sur granit et saprolite. Le rendement est de 35hl/ha. Fermentation et vinification en barriques de chêne français, élevage sur lies pendant 17 mois.
Ceci nous donne dans le verre une Marsanne dorée au nez expressif d’abricots croquants, avec cependant, à ce stade, une dominante boisée et toastée. Suivent de la poire, des fleurs de camomille et de la menthe fraîche et des amandes. De la bouche se dégage une impression de puissance et d’opulence, quelque peu tempérée par une belle minéralité ; la finale allie finesse et volupté.
www.lesvinsdevienne.fr
www.sobelvin.bewww.comptoirdesvins.bewww.wijnhuisvandenbulcke.be

Crozes-Hermitage

Les Jalets 2016 – Crozes-Hermitage Blanc – Domaine Paul Jaboulet Aîné

Depuis 2006, cette maison historique du Nord du Rhône est la propriété de la famille Frey. Les vins sont vinifiés par l’œnologue Caroline Frey. Ce Crozes-Hermitage –  qui n’est qu’une de ses cuvées 100% marsanne  –  est issue d’une parcelle de 6ha d’un des trois terroirs de l’appellation, à savoir, des collines de galets.
Robe légère, or pâle aux reflets verts. Nez séduisant, aux accents exotiques et fruités (pêche blanche, abricot et miel de camomille). La bouche juteuse et délicieuse de fruit frais finit sur des notes de biscuit et de frangipane. A la fois délicat et savoureux.
www.jaboulet.com
www.deconinckwine.com

Caroline Frey, Œnologue et Propriétaire

Cuvée Gaby 2015 – Crozes-Hermitage  Blanc – Domaine du Colombier

Cette cuvée haut-de-gamme provient de vignes entre 30 et 100 ans plantées dans la parcelle des Pends, à Mercurol, sur argiles et calcaires. Leur rendement n’est que de 32 hl/ha. David Viale fait fermenter ses raisins en demi-muids d’un ou deux ans, et limite le bâtonnage au strict minimum.
Ensuite le vin passe encore 12 mois en demi-muid. Le vin est clarifié avant la mise en bouteille mais pas filtré.
Robe soutenue, dorée. Nez d’abord dominé par le bois, mais cela s’estompe rapidement pour laisser la place à une riche palette aromatique florale (fleurs blanches et rose), puis épicée (curcuma). En bouche, là encore, la première impression est celle du bois, bientôt remplacée par une structure à la fois huileuse et minérale. Elégance, équilibre et complexité.
davidviale@free.fr
https://lechemindesvignes.be

Florent Viale

Saint-Joseph

Le Lombard 2016,Saint-Joseph Blanc, Domaine Yves Cuilleron

Yves Cuilleron possède quelque 15ha dans cette appellation, dont 2,4 ha sont plantés à raison de 10.000 pieds/ha (plantés de Marsanne, d’ailleurs). Cette cuvée est issue de vignes de 50 ans, orientées est-sud est sur les collines de Verlieu (granit et sable). La fermentation et l’élevage sont effectués en barriques, le vin restant environ neuf mois sur ses lies. Ce vin est clarifié et filtré en bouteille.
Robe jaune à reflets verts. Premier nez puissant de vanille suivi de miel d’acacia et de curcuma. Bouche suave et épicée, avec un fruit croquant (citron) et une pointe de sel. La finale est très enlevée, grâce à une plaisante amertume. Un vin à la belle carrure, mais non dénué d’élégance.
www.cuilleron.com
www.tgvins.be

Silice 2016 – Saint-Joseph Blanc –  Coursodon

Etablis à Mauves, dont les vins étaient aimés de Victor Hugo, les Coursodon exploitent un domaine de 16 ha dont 2,5 ha de blanc ; ils ne produisent d’ailleurs que du Saint-Joseph. Leur cuvée de prestige est le mythique Paradis Saint-Pierre ; ce Silice, lui, est une cuvée intermédiaire ; elle est issue de vignes plantées en collines, sur les parcelles réputées de Saint-Joseph et de Dardouille – pour moitié sur granites et sur l’autre, granite mêlé à de l’argile et à de la marne. Vu les pentes impressionnantes, la vendange est manuelle. Le rendement n’est que de 38 hl/ha et les raisins sont soigneusement triés. La fermentation malolactique est bloquée.
Robe jaune pâle. Nez complexe, d’abord sur les fruits exotiques, puis sur la poire au sirop les pétales de rose, un peu d’anis, de la verveine, de la camomille, sans oublier quelques copeaux de chocolat blanc ( !). La bouche juteuse est à la fois souple et gourmande ; les fruits confits et le miel sont réveillés par du poivre. Belle longueur et une certaine fraîcheur  ( pas de malo) , sur une structure minérale. Une cuvée  qui ne peut que nous faire aspirer au paradis… au Paradis Saint-Pierre, bien sûr !
www.domaine-coursodon.com
www.terre-vin.be

Le Berceau 2011 – Saint-Joseph Blanc – Domaine Bernard Gripa

Un autre domaine de réference des appellations Saint-Joseph (où il possède 10,5 ha dont 3,5 ha en blanc) et Saint Péray ( 2ha). Si vous voulez comprendre la marsanne, il faut aller chez Bernard Gripa. Il est cependant très difficiles de se procurer ses vins, ce temps-ci; aussi, faute de recevoir d’échantillon pour cette dégustation… j’ai été en puiser un dans ma cave perso, où dormait un 2011. Ce qui nous a permis d’apprécier une Marsanne un peu plus âgée. La cuvée Le Berceau est issue de vieilles vignes plantées sur les lieux-dits Saint-Joseph et Peygros, aux sols granitiques. La fermentation est effectuée pour partie en fûts de chêne (neufs et usagés), et ceci, pour donner au vin un surcroît de richesse et de structure. Ce vin fait sa malo.
Robe dorée plutôt sombre mais brillante. Pas de dominante de bois au nez, juste des épices (curry) sur de la pêche jaune, des toasts beurrés et un léger caramel. La bouche est opulente, expressive et finement minérale, avec des notes de camomille et de verveine. La finale est longue bien tendue. Le genre de vin qui retient l’attention et incite à la méditation par tant de petits détails.
gripa@wanadoo.fr

Fabrice Gripa et son papa Bernard

Hermitage

On termine en beauté avec deux Hermitages – deux chefs d’oeuvre, mais dans deux styles bien différents ; les deux émanant de deux maisons renommées.

De l’Orée Ermitage 2014 – Hermitage Blanc – M. Chapoutier

Michel Chapoutier est une maison en constante expansion. Sur la colline de l’Hermitage – son camp de base – il atteint des sommets, s’il l’on en croit la critique internationale. Et notre panel n’en a pas jugé autrement. Cette cuvée est issue des vieilles vignes de la partie supérieure de la parcelle des Murets –  des Marsannes de 70 ans plantées sur les alluvions de l’ancien lit du Rhône.
La vinification s’effectue pour moitié en demi-muids et pour moitié en cuves. L’élevage sur lies dure une douzaine de mois.
Robe dense, aux reflets dorés. Le premier nez est dominé par le bois, mais déboule très vite une belle minéralité (silex) qui se combine à des notes de pêche, de pain grillé et d’amandes. La bouche nous régale elle aussi avec un fruit croquant sur une base minérale, quasi-cristalline, le tout très bien fondu. Quel équilibre, quelle délicatesse ! Pas étonnant après ça que ce vin valle son pesant d’or (liquide)!
www.chapoutier.com
www.young-charly.com

Domaine des Tourettes 2015 – Hermitage Blanc – Delas Frères

Delas Frères exploite 10ha sur la colline de l’Hermitage. Ses vieilles Marsannes – certaines, de plus de 100 ans d’âge – sont complantées avec un petit pourcentage de Roussannes  dans la partie basse du  prestigieux terroir des Bessards et sur la parcelle du Gros des Vignes, au lieu-dit Les Grandes Vignes. Sur granit, avec ça et là un peu d’argile. La fermentation alcoolique, suivi d’une fermentation malolactique partielle, s’effectue en fûts de chêne, neufs ou d’un ou deux vins. Suit un élevage sur lies de 9 à 12 mois. Les vins de différentes parcelles sont vinifiés séparément et assemblés en cuve deux mois avant la mise en bouteille.
Belle robe dorée. Nez d’agrumes confits, de miel de fleurs, et de pain grillé. Bouche opulente, retour du fruit mûr avec, cette fois, des notes fraîches et une texture minérale toute en délicatesse ; un vin tout en finesse, dont la complexité se révèle peu à peu.
www.delas.com
www.cinoco.com

En résumé

Cette dégustation (pas si facile à organisée, car le diable est dans les détails, surtout quand on s’intéresse à des vins au cycle d’évolution si capricieux) nous a convaincu que la Marsanne pouvait vraiment produire de grandes bouteilles.
Ce qui nous donne l’envie d’organiser un jour une verticale de ce cépage, sur au moins une décennie – car sa complexité se révèle avec l’âge.

Johan De Groef

Dossiers IVV, cliquer ici 

Laisser un commentaire